Encyclopédie du débarquement et de la bataille de Normandie
English version Spanish version

La batterie York de Querqueville est à vendre

Batterie York de Querqueville - Normandie

Le site de la batterie de Querqueville est un ancien fort français réaménagé par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale. Il est désormais à vendre…

5 octobre 2016 : La batterie York de Querqueville en Normandie est à vendre.
Auteur : Marc Laurenceau

Propriété de l’Armée française jusqu’au début des années 2010, le site de la batterie de Querqueville dans le Cotentin est à vendre pour la somme de 275 000 Euros hors frais d’acquisition. Egalement connu sous le nom de batterie d’Amfreville, ce site abrite de nombreux vestiges de la Seconde Guerre mondiale. Il est désormais possible d’acquérir une partie du fameux Mur de l’Atlantique !

Les passionnés de “bunkerarchéologie” et de belles vues sur mer vont être séduits par cette annonce : l’actuel propriétaire du site de la batterie de Querqueville, baptisée “York”, met en vente son terrain. Plusieurs constructions, témoins de plus de cent ans d’histoire militaire, sont encore présentes et font face à la mer, à quelques kilomètres seulement de Cherbourg.

Le site, d’une surface totale de 1,6252 hectares, est vendu avec plusieurs vestiges encore sur place, laissés par les militaires au fil des années et des périodes d’occupation. D’après le propriétaire, certaines constructions datant de la Seconde Guerre mondiale ont été recouvertes de terre directement à la fin des combats de la libération, et seraient toujours sur place. Les anciennes tranchées allemandes sont toujours visibles à travers les buissons et les arbustes qui ont poussé depuis le dernier entretien du site.

Historique de la batterie York

A l’origine, la batterie d’Amfreville est une place forte d’artillerie française datant de 1898 qui s’inscrit dans la défense du port de Cherbourg, dans le Cotentin. A compter de 1926, trois canons de 164 mm modèles 1893-96 sur affût sont installés : ces pièces ouvrent le feu le 18 juin 1940 sur les troupes allemandes situées dans la région de Martinvast, avant d’être détruites sur ordre le lendemain.
Les Allemands s’emparent de la batterie et réutilisent les installations françaises tout en les renforçant lors des travaux réalisés dans le cadre de la construction du Mur de l’Atlantique. Ils y installent quatre canons de marine datant de la Première Guerre mondiale, des Krupp 170 mm SKC 34 d’une portée maximale de 27,2 kilomètres.

Ces pièces sont abritées par des casemates type Regelbau M272 et les tirs sont commandés depuis un poste à deux étages situé à l’arrière des casemates, sur une position plus élevée. L’ensemble du site comprend de multiples abris, des soutes à munitions ainsi que des positions de tir pour mortiers et mitrailleuses.

La batterie York est opérationnelle fin juin lorsque les Alliés cherchent à s’emparer de Cherbourg et de son précieux port en eau profonde. Elle prend à partie les bâtiments de guerre américains qui croisent au large et qui ont reçu pour mission de bombarder les différentes batteries d’artillerie de la région.
Le 25 juin, un impressionnant duel d’artillerie s’engage pendant de longues heures entre la batterie York, ses homologues du secteur de Cherbourg et les navires alliés. De part et d’autres, des tirs directs sont enregistrés mais sans causer de dégâts majeurs. Les bâtiments de guerre américains font route hors de portée des canons allemands vers quinze heures. Cet appui permet aux forces terrestres de s’approcher au plus près de Cherbourg et de ses points fortifiés : le 26 juin, le 2ème bataillon du 47ème régiment d’infanterie appartenant à la 9ème division d’infanterie américaine s’empare de la batterie York.

Ci-dessous, en 1944, une casemate type Regelbau M272 abritant un canon de 170 mm de la batterie York. Pour visualiser plus de photos du site pendant la Seconde Guerre mondiale, cliquez ici.

Les informations pratiques concernant la vente de cet espace historique, suffisamment rare pour être signalée, sont disponibles sur le site de l’agence immobilière anglaise Unique Property Agency.

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Actualités de la Normandie

George G. Klein – 2nd Ranger

George G. Klein – 2nd Ranger

Financez le retour de George G. Klein en Normandie aux prochaines commémorations ! Ce vétéran a escaladé la Pointe du Hoc le 6 juin 1944.

Mur du Souvenir

Mur du Souvenir

Le Mur du Souvenir est un espace de mémoire en hommage aux vétérans de la bataille de Normandie qui se sont éteints.

Médiathèque

Médiathèque

Médiathèque du débarquement et de la bataille de Normandie : photos et vidéos d'époque.

Suivez D-Day Overlord sur Facebook