Encyclopédie du débarquement et de la bataille de Normandie
English version Spanish version

Bréville-les-Monts en 1944 – Calvados – Bataille de Normandie

Bréville-les-Monts (Calvados)

Les villes de Normandie pendant les combats de 1944

Libération : 13 juin 1944

Unités engagées :

Drapeau anglais 9th Parachute Battalion, 3rd Para Brigade, 6th Airborne Division

Drapeau anglais 12th Parachute Battalion, 5th Para Brigade, 6th Airborne Division

Drapeau anglais 1st Battalion Royal Ulster Rifles, 6th Airlanding Brigade, 6th Airborne Division

Drapeau anglais 12th Battalion Devonshire Regiment, 6th Airlanding Brigade, 6th Airborne Division

Drapeau anglais 22nd Independent Parachute Company, 6th Airborne Division

Drapeau anglais 13th/18th Royal Hussars, 27th Armored Brigade (Independent)

Drapeau anglais 5th Battalion The Black Watch, 153rd Infantry Brigade, 51st Highland Infantry Division

Drapeau anglais N°6 Commando, 1st Special Service Brigade, 3rd Infantry Division

Drapeau nazi Grenadier-Regiment 857, 346. Infanterie-Division

Drapeau nazi III/Grenadier-Regiment 858, 346. Infanterie-Division

Drapeau nazi Grenadier-Regiment 744, 711. Infanterie-Division

Drapeau nazi 716. Infanterie-Division

Historique :

La commune de Bréville-les-Monts dans le Calvados est située au nord-est de la zone de parachutage codée “N” de la 6th Airborne Division. Elle se trouve sur un mouvement de terrain qui permet d’avoir des vues sur l’intégralité de la zone de saut de Ranville et le secteur de la division aéroportée au nord-est de Caen, ce qui lui donne un intérêt majeur pour les deux camps.

Après leurs actions respectives effectuées aux premières heures du 6 juin 1944, les parachutistes anglo-canadiens de la 3 Para Brigade doivent s’installer en défensive sur les hauteurs entre Bréville et Hérouvillette. Mais les Allemands ne se laissent pas déloger et tiennent fermement leurs positions. Après le renforcement de la 6th Airlanding Brigade arrivée par planeurs le Jour-J à 21 heures dans le cadre de l’opération Mallard, les Britanniques décident de faire effort sur ce saillant de Bréville dans la nuit du 6 au 7 juin. L’ordre est donné au 9th Parachute Battalion de s’emparer de la commune ainsi que du château Saint-Côme et du Bois des Monts situés au sud-est, afin de contrôler le plateau qui domine les environs. Les paras se mettent en marche vers 1 heure 30 et creusent des positions de combat aux abords du château Saint-Côme et de Bréville. Les Allemands qui défendent le secteur appartiennent au Grenadier-Regiment 744 (commandé par l’Oberst German Maier) de la 711. Infanterie-Division.

Le 7 juin en matinée, le N°6 Commando (1st Special Service Brigade) commandé par le lieutenant-colonel Derek Mills-Roberts et qui est situé au Plein, au sud d’Amfreville, est pris sous des tirs de mortiers provenant de Bréville. Les Anglais lancent un assaut sur le village qu’ils nettoient : ils font plusieurs prisonniers et détruisent quatre pièces d’artillerie avant de se replier sur leur base de départ, laissant les Allemands reprendre Bréville quelques heures plus tard. Ces derniers sont progressivement renforcés par la 346. Infanterie-Division, en particulier par le Grenadier-Regiment 857. Le 8 juin, les parachutistes reconnaissent le château Saint-Côme et s’en emparent sans combats. Les renforts allemands effectuent une reconnaissance offensive dirigée vers les positions tenues par la compagnie A (commandée par le Major Allen Parry) du 9th Parachute Battalion : ils sont rapidement repoussés par les paras. Le dispositif des compagnies A et C sont testées à plusieurs reprises par les Allemands ce même jour.

Le lendemain, 9 juin, le Grenadier-Regiment 857 lance une offensive coordonnée sur les positions des compagnies A et C après une importante préparation d’artillerie. Repoussés une première fois, les Allemands relancent l’assaut une heure plus tard depuis les bois au sud du château Saint-Côme, sans plus de succès. Les infiltrations à travers le Bois des Monts se poursuivent et le lieutenant-colonel Otway manoeuvre avec la compagnie C et une partie de son état-major pour repousser définitivement l’assaut adverse : son action permet la neutralisation de 19 soldats allemands et la capture de l’un d’entre eux. Vers 21 heures, une quarantaine de parachutistes du 9th Parachute Battalion, isolés et sans nouvelles de leur unité depuis le Jour-J, rejoignent enfin le régiment.

Le 10 juin, les Allemands lancent une nouvelle offensive, plus importante que la veille, qui prend comme point de départ la commune de Bréville et qui se dirige vers les ponts sur l’Orne et le Canal de Caen : à 8 heures, une préparation d’artillerie touche plusieurs positions de la 6th Airborne Division dans la profondeur. Puis les soldats débutent l’assaut : ils appartiennent au 2ème bataillon du Grenadier-Regiment 857, aux 1er et 2ème bataillons du Grenadier-Regiment 858 ainsi qu’au Grenadier-Regiment 744. Repoussés dans le secteur d’Amfreville, les Allemands, qui sont renforcés de blindés et de canons automoteurs, parviennent à s’emparer du château Saint-Côme. Poursuivant leur offensive au-delà de Bréville en direction de Ranville, ils sont finalement stoppés par le courage des parachutistes appuyés par les tirs des canons de marine (notamment ceux de l’HMS Arethusa). La compagnie C du 9th Parachute Battalion parvient à reprendre le château Saint-Côme vers 23 heures.

Les Alliés cherchent dès lors à renforcer leur dispositif à l’est de l’Orne et déploient la 51st Highland Infantry Division à compter du 11 juin. C’est le 5th Battalion The Black Watch qui est chargé de s’emparer de Bréville, toujours aux mains du Grenadier-Regiment 857. L’attaque débute à 4 heures 30 après une préparation d’artillerie : un feu roulant précède l’infanterie qui doit franchir un découvert de 230 mètres avant d’atteindre le village. L’assaut est un échec complet : 200 soldats anglais sont mis hors de combat. Le 3ème bataillon du Grenadier-Regiment 858 contre-attaque dans la foulée mais ne parvient pas à briser la ligne de front, leur tentative est repoussée par les Alliés. Des éléments blindés du 13th/18th Royal Hussars (27th Armored Brigade) viennent renforcés le Black Watch en début d’après-midi, mais trois chars sont détruits pendant leur phase d’approche du château Saint-Côme par des canons automoteurs allemands : les renforts du Royal Hussars font demi-tour. Pendant toute la nuit du 11 au 12 juin, les Allemands déploient plusieurs patrouilles chargées de définir le contour exact des positions anglaises dans le secteur du bois des Monts : les parachutistes entendent les véhicules adverses s’approcher de la ligne de front.

A 12 heures le 12 juin, les Anglais positionnés dans le bois des Monts subissent un tir d’artillerie qui dure trois heures. Les Allemands lancent un nouvel assaut blindé vers le château Saint-Côme : tous les canons antichar du Black Watch et neuf de leurs Bren Carriers sont détruits pendant les combats et les Anglais doivent se replier dans le bois où ils rejoignent le 9th Parachute Battalion. Les combats se poursuivent avec une intensité extreme jusqu’à 20 heures : pendant ce temps, le lieutenant-colonel Otway rend-compte qu’il n’est plus en mesure de tenir la ligne de front plus longtemps avec son régiment. Le général Gale commandant la 6th Airborne Division comprend bien la situation et selon lui, il faut redonner de la liberté d’action à ses unités en repoussant les Allemands au-delà de Bréville.

La prise de Bréville doit être menée par la réserve de la 6th Airborne : il s’agit à ce moment de la compagnie D du 12th Battalion Devonshire Regiment (6th Airlanding Brigade), du 12th Parachute Battalion (5th Para Brigade) et de la 22nd Independent Parachute Company, appuyés par un escadron du 13th/18th Royal Hussars et par l’artillerie du 53rd Airlanding Regiment Royal Artillery. L’assaut, qui doit débuter à 22 heures, est commandé par le lieutenant-colonel Johnny Johnson, chef du 12th Parachute Battalion. Dix minutes avant l’attaque, les artilleurs anglais ouvrent le feu et les Allemands ripostent aussitôt avec leur propre artillerie. L’assaut est donné, compagnie C du 12th Parachute Battalion en tête : très rapidement, les officiers de cette compagnie sont mis hors de combat. Les parachutistes parviennent à entrer dans le village de Bréville en flammes, il ne reste qu’une quinzaine de soldats encore en état de combattre au sein de la compagnie C. La compagnie A connait elle aussi de très lourdes pertes : le Major Gerald Ritchie commandant la compagnie est blessé et la deuxième section n’existe plus. La compagnie D du 12th Battalion Devonshire Regiment quitte ensuite sa base de départ située à Amfreville et l’unité est alors prise sous un tir d’artillerie qui tue le lieutenant-colonel Johnny Johnson ainsi que le Major Bampfylde (commandant la compagnie D) et blesse le Brigadier Lord Lovat (commandant la 1st Special Service Brigade), le Brigadier Hugh Kindersley (commandant la 6th Airlanding Brigade) et le colonel Reggie Parker (adjoint du Brigadier Hugh Kindersley).

A 22 heures 45, la poignée de soldats anglais s’est emparée de Bréville. Afin d’empêcher toute contre-attaque allemande, les Alliés mettent en place un barrage d’artillerie qui touche malheureusement quelques positions occupées par les Anglais. Toute la nuit, la position de Bréville est renforcée : les chars du 13th/18th Royal Hussars s’installent à 2 heures du matin, suivis par la 22nd Independent Parachute Companyet par le 1st Battalion Royal Ulster Rifles (6th Airlanding Brigade). Le 13 juin 1944, la commune est définitivement aux mains des Alliés, mais les pertes sont terrifiantes : seuls 32 parachutistes du 12th Para Battalion sont encore en état de se battre : 126 ont été tués. La compagnie D du Devonshire Regiment a perdu 36 soldats. Les Allemands du 3ème bataillon du Grenadier-Regiment 858 ont enregistré la perte de 418 de leurs hommes sur les 564 engagés.

Les Allemands ne parviennent pas à déloger les Alliés des hauteurs de Bréville-les-Monts pendant les jours qui suivent. Le château Saint-Côme est notamment occupé en août par les soldats hollandais de la brigade royale “Princesse Irène”.

Les furieux combats qui se sont déroulés dans le secteur de Bréville portent le nom de “bataille de Bréville”. Deux soldats anglais sont enterrés au cimetière communal, et la plupart des soldats tués pendant cette bataille sont enterrés au cimetière de Ranville.

  Photos de Bréville-les-Monts en 1944

Cartes de Bréville-les-Monts :

Image : carte de Bréville-les-Monts
DDay-Overlord.com – Reproduction partielle ou totale interdite – Contact Webmaster

Actualités de la Normandie

George G. Klein – 2nd Ranger

George G. Klein – 2nd Ranger

Financez le retour de George G. Klein en Normandie aux prochaines commémorations ! Ce vétéran a escaladé la Pointe du Hoc le 6 juin 1944.

Mur du Souvenir

Mur du Souvenir

Le Mur du Souvenir est un espace de mémoire en hommage aux vétérans de la bataille de Normandie qui se sont éteints.

Médiathèque

Médiathèque

Médiathèque du débarquement et de la bataille de Normandie : photos et vidéos d'époque.

Suivez D-Day Overlord sur Facebook