Encyclopédie du débarquement et de la bataille de Normandie
English version Spanish version

Brouay en 1944 – Calvados – Bataille de Normandie

Brouay (Calvados)

Les villes de Normandie pendant les combats de 1944

Libération : 16 juin 1944

Unités engagées :

Drapeau canadien de 1944 The Cameron Highlanders of Ottawa, 9th Canadian Infantry, 3rd Infantry Division

Drapeau anglais 24th Lancers, 8th Armoured Brigade (Independent)

Drapeau anglais 6th Battalion Green Howards Regiment, 69th Infantry Brigade, 50th Infantry Division

Drapeau anglais 7th Battalion Green Howards Regiment, 69th Infantry Brigade, 50th Infantry Division

Drapeau anglais 11th Battalion Royal Scots Fusiliers, 147th Infantry Brigade, 11th Armored Division

Drapeau nazi S.S.-Panzergrenadier-Lehr-Regiment 902, Panzer Lehr Division

Drapeau nazi S.S.-Aufklärungsabteilung 12, 12. S.S. Panzer-Division Hitlerjugend

Drapeau nazi S.S.-Panzergrenadierregiment 26, 12. S.S. Panzer-Division Hitlerjugend

Historique :

Au lendemain du débarquement de Normandie, les forces alliées engagées dans le Calvados n’ont pas atteint les objectifs initialement prévus. Le général Montgomery décide de relancer l’action dès le 7 juin 1944 afin de s’emparer de la ville de Caen : c’est le lancement de l’opération Perch.

Le 7 juin 1944, les soldats du régiment Cameron Highlanders of Ottawa (commandé par le lieutenant-colonel P. C. Klaehn), appartenant à la 9ème brigade de la 3ème division d’infanterie canadienne, progressent en direction de la commune de Brouay mais ne parviennent pas à s’en emparer du fait de la présence d’éléments du Panzergrenadier-Lehr-Regiment 902 appartenant à la Panzer Lehr Division.

Ces éléments isolés appartenant au Panzergrenadier-Lehr-Regiment 902 n’ont pas la liaison avec leur unité et les Allemands ne savent pas s’ils sont encore en position. Le 8 juin 1944, l’ordre est alors donné au S.S.-Aufklärungsabteilung 12 et au 3ème bataillon du S.S. Panzergrenadier Regiment 26 de la 12ème S.S. Panzer-Division Hitlerjugend de s’installer à Brouay en vue de préparer une nouvelle offensive en direction des côtes.

Progressant sous les tirs incessants de l’artillerie alliée, le S.S.-Aufklärungsabteilung 12 et le 3ème bataillon du S.S.-Pz.-Gren.Rgt 26 atteignent les abords de Brouay vers midi et découvrent avec surprise les éléments isolés de la Panzer Lehr, coupés du reste de leur unité, au milieu des corps éparpillés de leurs camarades tués au combat. Depuis Brouay, les Allemands engagent des blindés alliés qui progressent vers le sud à hauteur d’Audrieu. Des chars anglais appartenant au 24th Lancers (aux ordres de la 8ème brigade blindée, 50ème division d’infanterie) effectuent une reconnaissance en milieu d’après-midi en direction de Brouay mais se replient lorsque le 3ème bataillon du S.S.-Pz.-Gren.Rgt 26 les engage.

A 19 heures, le Panzergrenadier-Lehr-Regiment 902 se prépare à contre-attaquer en direction des côtes : l’ordre de mouvement tarde à arriver car les soldats allemands attendent l’arrivée des chars sur la ligne de front. Finalement, le Panzergrenadier-Lehr-Regiment 902 est déplacé dans la nuit du 8 au 9 juin en direction de Tilly-sur-Seulles en vue de s’emparer de Bayeux (cependant, quelques éléments de cette unité, au contact avec les Alliés et parfois encerclés, ne peuvent se replier et restent sur place jusqu’au 9 juin). Un avion allié d’observation d’artillerie survole Brouay afin de corriger les tirs des bâtiments de guerre : l’Oberst Gutmann, commandant le Panzergrenadier-Lehr-Regiment 902, est blessé et doit être remplacé par l’Oberstleutnant Willi Welsch.

Durant la seule journée du 8 juin dans le secteur de Brouay, le S.S.-Aufklärungsabteilung 12 perd 80 militaires : 18 tués (4 sous-officiers, 14 militaires du rang), 48 blessés (2 officiers, 8 sous-officiers, 38 militaires du rang) et 14 (disparus (1 sous-officier et 13 militaires du rang).

Du 8 au 11 juin 1944, le front reste relativement stable dans le secteur de Brouay : les deux camps se réorganisent tout en se livrant à un duel d’artillerie permanent.

Le 11 juin 1944, la 69ème brigade d’infanterie (commandée par le Brigadier Y. Carson Knox) de la 50ème division d’infanterie anglaise passe à l’attaque et le 6th Battalion Green Howards Regiment, progressant depuis Audrieu en direction de Brouay, est pris sous le feu du 3/S.S.-Pz.-Gren.Rgt 26 à proximité de la voie ferrée. A la tombée de la nuit, le 6th Battalion Green Howards Regiment se déplace au nord de Brouay. Installés en défensive sur la profondeur, les Allemands parviennent à repousser cette attaque mais perdent 67 hommes au total (27 tués, 30 blessés, 10 disparus).

A compter du 15 juin, les Allemands débutent le repli de leurs unités situées dans le secteur de Brouay. Dans la nuit du 15 au 16 juin, ils se rétablissent au sud à hauteur de la départementale 9 entre Saint-Manvieu-Norrey et Fontenay-le-Pesnel. Les Alliés se rendent compte de la situation et décident de lancer une attaque au même moment : la 49ème division d’infanterie anglaise est chargée de s’emparer de la commune de Cristot, au sud de Brouay. Du 15 juin à 23h00 jusqu’au 16 juin à 04h00, les Alliés effectuent un tir d’artillerie continue de manière à empêcher leur adversaire de dormir. Quelques heures avant le début de l’offensive prévue à midi, les bâtiments de guerre bombardent les terrains entre Brouay et Cristot ; un quart d’heure avant l’assaut, ce sont des chasseurs-bombardiers qui prennent pour cible les Allemands encore dans la zone.

En début d’après-midi, c’est le 11th Battalion Royal Scots Fusiliers (appartenant à la 147th Infantry Brigade de la 11th Armored Division) qui s’empare de Brouay. Les soldats anglais découvrent un village en ruines, parsemé de pièges explosifs laissés par les Allemands, avant de poursuivre leur reconnaissance vers les zones boisées au sud. Un ratissage de grande envergure est organisé le 17 juin avec l’appui de 14 chars Centaur.

Dès le mois de juin 1944, un cimetière militaire accueille les dépouilles des soldats anglo-canadiens tués dans les environs. A la mi-juillet 1944, la 53rd (Welsh) Division installe à Brouay un hôpital de campagne qui prend en charge les soldats blessés durant les violents combats qui se déroulent à proximité.

Aujourd’hui, 357 soldats anglais et 2 soldats canadiens reposent dans le cimetière militaire de Brouay.

 

Carte de Brouay :

Image : carte du secteur de Brouay - Bataille de Normandie en 1944
DDay-Overlord.com – Reproduction partielle ou totale interdite – Contact Webmaster

Actualités de la Normandie

George G. Klein – 2nd Ranger

George G. Klein – 2nd Ranger

Financez le retour de George G. Klein en Normandie aux prochaines commémorations ! Ce vétéran a escaladé la Pointe du Hoc le 6 juin 1944.

Mur du Souvenir

Mur du Souvenir

Le Mur du Souvenir est un espace de mémoire en hommage aux vétérans de la bataille de Normandie qui se sont éteints.

Médiathèque

Médiathèque

Médiathèque du débarquement et de la bataille de Normandie : photos et vidéos d'époque.

Suivez D-Day Overlord sur Facebook