Encyclopédie du débarquement et de la bataille de Normandie
English version Spanish version

Ranville en 1944 – Calvados – Bataille de Normandie

Ranville (Calvados)

Les villes de Normandie pendant les combats de 1944

Libération : 6 juin 1944

Unités engagées :

Drapeau anglais 2nd Bn. Oxf. and Bucks, 6th Airlanding Brigade, 6th Airborne Division

Drapeau anglais 12th Battalion Parachute Regiment, 5th Para Brigade, 6th Airborne Division

Drapeau anglais 13th Battalion Parachute Regiment, 5th Para Brigade, 6th Airborne Division

Drapeau nazi 346. Infanterie-Division

Drapeau nazi 711. Infanterie-Division

Drapeau nazi Grenadier-Regiment 736, 716. Infanterie-Division

Drapeau nazi Panzergrenadier-Regiment 125, 21. Panzer-Division

Historique :

Les forces aéroportées britanniques et canadiennes appartenant à la 6th Airborne Division sont chargées de s’emparer dans la nuit du 5 au 6 juin 1944 des rives ouest et est de l’Orne qui sont tenues par la 716. Infanterie-Division. Cette opération est connue sous le nom de Tonga. C’est le 13th Battalion Parachute Regiment (5th Para Brigade) commandé par le lieutenant-colonel Peter Luard qui est chargé de s’emparer de la commune de Ranville dans les premières minutes de l’assaut aéroporté allié en Normandie. Il est renforcé par le 12th Yorkshire Battalion Parachute Regiment (5th Para Brigade) commandé par le lieutenant-colonel Johnny A. P. Johnson. L’un des objectifs particuliers se déroulant également sur le territoire de la commune de Ranville est la prise d’un pont sur l’Orne (opération Deadstick) par des soldats aérotransportés commandés par le Major John Howard (D Company, 2nd Battalion Oxfordshire & Buckinghamshire Light Infantry – 2nd Ox & Bucks –, 6th Airlanding Brigade).

La commune de Ranville est située au sud-ouest de la zone de largage (“Drop Zone“) codée “N” et qui est dédiée aux régiments de la 5th Para Brigade. Elle se situe également au sud-est des ponts sur l’Orne et le Canal de Caen, sur un terrain d’où elle domine une grande partie de la région : cette localité est un véritable verrou qui permet d’accéder au nord de Caen et qui a des vues sur l’ensemble du secteur.

Les premiers à intervenir dans le secteur de Ranville sont les soldats aérotransportés du Major Howard qui s’emparent des ponts sur l’Orne (baptisé depuis Horsa Bridge) et sur le Canal de Caen (Pegasus Bridge) peu après 00h30. Ils sécurisent ce secteur en attendant l’arrivée des troupes alliées qui débarquent à l’aube du Jour-J sur Sword Beach.

Les parachutistes anglais du 13th Battalion Parachute Regiment sautent sur la Drop Zone “N” en deux vagues à 00h56 et à 01h00. Le point de ralliement régimentaire se situe immédiatement au nord de Ranville. Vers 2 heures du matin, le lieutenant-colonel Luard parvient à rassembler environ 60% de son unité et débute l’assaut de Ranville. Les trois compagnies A, B et C du régiment s’installent ensuite en interdiction tout autour de la commune. Les autres parachutistes sont dispersés dans les environs, le plus souvent perdus.

Le 12th Yorkshire Battalion Parachute Regiment est largué sur la même zone de saut à 01h03 et à l’instar de ses prédécesseurs, seulement 60% des parachutistes sont présents au point de ralliement (situé à environ 500 mètres au nord-ouest de Ranville, à proximité de la route départementale 514) une heure après le début du largage. Les trois compagnies débutent également leur mise en place, elles sont chargées d’assurer la protection des abords sud de Ranville à hauteur du lieu-dit Le Bas de Ranville.

Alertés par les compte-rendus des soldats de la 716. Infanterie-Division qui sont incapables de maîtriser la situation, la 21. Panzer-Division ordonne vers 02h30 à plusieurs patrouilles mécanisées de reconnaître les rives ouest et est de l’Orne. Les éléments de pointe du Panzergrenadier-Regiment 125. commandés par le Major Hans-Ulrich von Luck établissent le contact avec la 6th Airborne Division à 3 heures du matin. Les canons antichar 17-Pounder du 12th Yorkshire positionnés au Bas de Ranville que les Anglais ont transporté par planeur repoussent les patrouilles adverses. Pendant ce temps, le général Gale commandant la 6th Airborne installe son poste de commandement dans Ranville.

A l’aube du Jour-J, le secteur de Ranville est sous contrôle britannique mais il faut encore attendre le début d’après-midi pour que la commune soit entièrement libérée de tout occupant.

A 21 heures le Jour-J, l’opération Mallard prend forme au-dessus de la zone d’atterrissage “N” et les autres compagnies du 2nd Ox & Bucks atterrissent en planeur puis rejoignent la commune de Ranville.

Plusieurs contre-attaques allemandes menées par la 21. Panzer-Division et la 346. Infanterie-Division visant à percer le front échouent, en particulier les 9 et 10 juin.

Durant la deuxième moitié du mois de juillet, le général Montgomery lance une nouvelle offensive visant à s’emparer de Caen depuis l’est de l’Orne : l’opération Goodwood. Le 18 juillet 1944, les troupes britanniques se massent dans le secteur, traversent Ranville puis progressent plein sud après l’un des plus importants tirs d’artillerie de la bataille de Normandie. Après cette date, Ranville est définitivement hors de portée des Allemands.

Aujourd’hui, 2 152 soldats Britanniques, 322 Allemands, 76 Canadiens, 5 Français, 3 Néo-Zélandais, 2 Australiens, 1 Belge, et 2 soldats inconnus sont enterrés au cimetière militaire de Ranville. Plusieurs parachutistes anglais (dont le lieutenant Herbert Denham Brotheridge, premier officier britannique tué le Jour-J en traversant le pont Pegasus Bridge à Bénouville pendant l’opération Deadstick) et 4 anciens militaires français (René de Naurois, Roger Spinetta, Pierre Tanniou et Guy de Villardi comte de Montlaur) ayant appartenu au commando Kieffer sont enterrés au cimetière communal, situé à proximité du cimetière militaire.

   Photos de Ranville en 1944

Carte de Ranville :

Image : carte du secteur de Ranville - Bataille de Normandie en 1944
DDay-Overlord.com – Reproduction partielle ou totale interdite – Contact Webmaster

Actualités de la Normandie

George G. Klein – 2nd Ranger

George G. Klein – 2nd Ranger

Financez le retour de George G. Klein en Normandie aux prochaines commémorations ! Ce vétéran a escaladé la Pointe du Hoc le 6 juin 1944.

Mur du Souvenir

Mur du Souvenir

Le Mur du Souvenir est un espace de mémoire en hommage aux vétérans de la bataille de Normandie qui se sont éteints.

Médiathèque

Médiathèque

Médiathèque du débarquement et de la bataille de Normandie : photos et vidéos d'époque.

Suivez D-Day Overlord sur Facebook