Encyclopédie du débarquement et de la bataille de Normandie
English version Spanish version

Ecausseville en 1944 – Manche – Bataille de Normandie

Ecausseville (Manche)

Les villes de Normandie pendant les combats de 1944

Libération : 10 juin 1944

Unités engagées :

Drapeau américain 8th Infantry Regiment, 4th Infantry Division

Drapeau américain 70th Tank Battalion

Drapeau nazi Sturm-Bataillon AOK 7, 709. Infanterie-Division

Drapeau nazi Grenadier-Regiment 922, 243. Infanterie-Division

Historique :

Pendant l’Occupation, les Allemands s’installent en juin 1940 sur la commune d’Ecausseville, particulièrement intéressés par l’ancienne base de la Marine nationale française et son hangar à dirigeables en structure métallique. Ils y stockent les canons de 155 mm appartenant à deux batteries et placent des positions pour mitrailleuse ainsi qu’une batterie de canons de 88 mm pour la défense du site.

A compter du 8 juin 1944, les Américains appartenant au 8th Infantry Regiment (4th Infantry Division) appuyés par les chars de l’escadron C du 70th Tank Battalion débutent le siège du site et du village d’Ecausseville. Ils sont opposés aux soldats allemands du Grenadier-Regiment 922, (243. Infanterie-Division) et du Sturm-Bataillon AOK 7, (709. Infanterie-Division). Le 9 juin, la zone du hangar (située au sud-ouest d’Ecausseville) est attaquée par le 3ème bataillon du 8th Infantry Regiment aux ordres du lieutenant-colonel Erasmus H. Strickland: les hommes de la compagnie I franchissent à toute vitesse le grand découvert aux alentours du hangar et parviennent à rejoindre un couvert au nord de la position malgré de lourdes pertes. Ils sont ensuite pris à partie depuis le hameau de La Lande, à environ 300 mètres au nord. La compagnie I (commandée par le capitaine Frederick C. Maisel, Jr), isolée du reste du bataillon, est renforcée deux heures plus tard par la compagnie L (commandée par le capitaine John Reckord) qui livre elle aussi de durs combats pour atteindre le hangar. La compagnie K du capitaine John Spangler accède également à la ligne de contact.

Le 1er bataillon attaque sur le flanc droit du régiment mais il est fixé à la même hauteur que le troisième bataillon. A 14 heures, le colonel James A. Van Fleet commandant le 8th Infantry Regiment engage le 2ème bataillon dans la bataille au centre de son dispositif en direction de la commune d’Ecausseville : la compagnie E du capitaine Howard Lees progresse en tête lorsqu’elle est prise sous un feu nourri de mitrailleuses et d’obus d’artillerie. Une position de mitrailleuse allemande prend en enfilade la compagnie qui enregistre de lourdes pertes ; l’artillerie adverse effectue des tirs précis qui détruisent un mortier ainsi que deux mitrailleuses lourdes appartenant à la compagnie H. 14 soldats de la première section cherchant à éviter les tirs adverses se déportent vers l’est puis établissent involontairement la liaison avec les éléments du 1er bataillon : il est alors décidé qu’ils ne rejoindront leur unité que plus tard pour éviter tout désordre supplémentaire. Les hommes de la compagnie E se replient sur près de 400 mètres : ils ont perdu une soixantaine des leurs, tous leurs mortiers et la moitié de leurs mitrailleuses lourdes. A 17 heures 30, le 2ème bataillon reçoit l’ordre de se replier sur une nouvelle zone afin de se réarticuler.

A 19 heures, le 1er bataillon du lieutenant-colonel Conrad C. Simmons progresse depuis Magneville en visant l’est d’Ecausseville derrière deux pelotons de chars de l’escadron A du 70th Tank Battalion qui progressent en longeant la route nationale 13. Pendant 15 minutes, des échanges de tirs s’engagent entre les chars et les positions allemandes situées dans le village. Des canons de 88 mm ripostent, obligeant les chars à se replier immédiatement. En chemin vers leurs lignes, les chars investissent le lieu-dit du Petit-Bourg, à qui est situé à 400 mètres au nord-est d’Ecausseville et qui est encore occupé par l’ennemi : au même moment, la compagnie A du capitaine Carl Cline prend d’assaut le lieu-dit. Les Américains font une centaine de prisonniers à cet endroit.

A 21 heures, les trois bataillons s’installent en interdiction face au nord pour la nuit. Les Allemands décident d’abandonner Ecausseville à la faveur de l’obscurité, ayant perdu le secteur du hangar sur leur flanc droit et le lieu-dit du Petit Bourg sur leur flanc gauche. Au matin du 10 juin 1944, le 8th Infantry Regiment relance son offensive avec le 2ème bataillon du lieutenant-colonel Carlton O. MacNeely au centre, dirigé droit vers Ecausseville que les Américains découvrent abandonné. Ils s’emparent du village puis poursuivent leur progression en direction de Montebourg.

Après la prise d’Ecausseville, les Américains utilisent le site de l’ancienne base de la Marine française comme centre logisitique. De nombreux véhicules y sont stationnés ainsi que des réserves de carburant ou encore d’importantes quantités de pneumatiques. A la fin de la guerre, de nombreux matériels sont laissés par les Américains et récupérés par la population locale.

  Photos d’Ecausseville en 1944

Cartes d’Ecausseville :

Image : carte de Ecausseville
DDay-Overlord.com – Reproduction partielle ou totale interdite – Contact Webmaster

Actualités de la Normandie

George G. Klein – 2nd Ranger

George G. Klein – 2nd Ranger

Financez le retour de George G. Klein en Normandie aux prochaines commémorations ! Ce vétéran a escaladé la Pointe du Hoc le 6 juin 1944.

Mur du Souvenir

Mur du Souvenir

Le Mur du Souvenir est un espace de mémoire en hommage aux vétérans de la bataille de Normandie qui se sont éteints.

Médiathèque

Médiathèque

Médiathèque du débarquement et de la bataille de Normandie : photos et vidéos d'époque.

Suivez D-Day Overlord sur Facebook