Encyclopédie du débarquement et de la bataille de Normandie
English version Spanish version

Saint-Georges-d’Elle en 1944 – Manche – Bataille de Normandie

Saint-Georges-d’Elle (Manche)

Les villes de Normandie pendant les combats de 1944

Libération : 11 juillet 1944

Unités engagées :

Drapeau américain 23rd Infantry Regiment, 2nd Infantry Division

Drapeau américain 741st Tank Battalion

Drapeau nazi Fallschirmjäger Regiment 5, 3. Fallschirmjäger-Division

Historique :

A compter du 10 juillet 1944, les Américains ne sont plus qu’à environ trois kilomètres de leur objectif : Saint-Lô. La 2nd Infantry Division, commandée par le Major General Walter M. Robertson, progresse en direction d’un point haut qui est situé à un kilomètre au sud-ouest de la commune de Saint-Georges-d’Elle. Le secteur est défendu par les parachutistes du Fallschirmjäger Regiment 5 et du Fallschirmjäger Regiment 9 (3. Fallschirmjäger-Division). A l’est du fuseau de la 2nd Infantry Division, le 23rd Infantry Regiment commandé par le colonel Hurley E. Fuller fait face à la commune de Saint-Georges-d’Elle défendue par le 1er bataillon du Fallschirmjäger Regiment 5.

Le 11 juillet 1944, le lieutenant-colonel Jay B. Loveless remplace Fuller. L’assaut de la 2nd Infantry Division doit être précédé par un raid aérien massif : 192 chasseurs-bombardiers P-47 répartis en 4 groupes de 48 appareils sont chargés de détruire toutes les positions adverses et d’effectuer des missions de reconnaissance dans le secteur de Saint-Georges-d’Elle et de la cote 192. Mais la visibilité est insuffisante et le raid est annulé : une seule mission d’attaque au sol est maintenue au profit de la division. A 6 heures, l’assaut terrestre est lancé : le 1er bataillon du 23rd Infantry Regiment (IR) progresse sur le flanc droit, le 3ème bataillon est au centre et le 2ème bataillon est sur le flanc gauche. Le 1er bataillon est immédiatement ralenti par un terrain où la progression est difficile ainsi que par l’adversaire : la 1ère section de la compagnie A tombe en garde face à un ravin que les véhicules ne peuvent traverser. 4 chars appartenant à l’escadron C du 741st Tank Battalion se mettent alors en position d’appui et la section engage aussitôt le combat avec les parachutistes allemands qui utilisent leur artillerie : tous les soldats de la section sont tués ou blessés à l’exception de 13 d’entre eux. Le ravin est alors baptisé par les Américains le “Purple Heart Draw” : ravin de la Purple Heart (qui est le nom de la médaille des blessés américaine). Les deux autres sections de la compagnie contournent cet obstacle naturel par l’ouest. Cette manoeuvre dure toute la journée face aux parachutistes allemands qui sont favorisés par le terrain propice à la défense. Les survivants de la 1ère section, alors commandés par le sergent William C. Stanley, progressent et reprennent l’ascendant sur leur adversaire et atteignent la départementale 195 en fin de bond.

Le 3ème bataillon monte à l’assaut à compter de midi et parvient à s’emparer de Saint-Georges-d’Elle après de violents combats. Les Allemands sont repoussés au sud et les Américains s’installent en défensive pour la nuit, la compagnie L assurant les abords immédiats au sud-est du village. Les combats pour repousser les Allemands au sud de de la départementale 972 reliant Saint-Lô à Bayeux se prolongent pendant une semaine.

Photos de Saint-Georges-d’Elle en 1944

Cartes de Saint-Georges-d’Elle :

Image : carte du secteur de Saint-Georges-d'Elle - Bataille de Normandie en 1944
DDay-Overlord.com – Reproduction partielle ou totale interdite – Contact Webmaster

Actualités de la Normandie

George G. Klein – 2nd Ranger

George G. Klein – 2nd Ranger

Financez le retour de George G. Klein en Normandie aux prochaines commémorations ! Ce vétéran a escaladé la Pointe du Hoc le 6 juin 1944.

Mur du Souvenir

Mur du Souvenir

Le Mur du Souvenir est un espace de mémoire en hommage aux vétérans de la bataille de Normandie qui se sont éteints.

Médiathèque

Médiathèque

Médiathèque du débarquement et de la bataille de Normandie : photos et vidéos d'époque.

Suivez D-Day Overlord sur Facebook