Encyclopédie du débarquement et de la bataille de Normandie
English version Spanish version

Sainteny en 1944 – Manche – Bataille de Normandie

Sainteny (Manche)

Les villes de Normandie pendant les combats de 1944

Libération : 10 juillet 1944

Unités engagées :

Drapeau américain 331st Infantry Regiment, 83rd Infantry Division

Drapeau nazi 2. SS Panzer-Division “Das Reich”

Drapeau nazi Fallschirmjäger Regiment 6, 91. Infanterie Division

Drapeau nazi SS-Panzergrenadier Regiment 38, 17. SS Panzer-Division “Götz von Berlichingen”

Historique :

A compter du 3 juillet 1944, le VII Corps américain commandé par le général Collins lance une offensive visant à percer le front au sud du Cotentin après la libération de Cherbourg. Les Allemands ont mis en place une solide ligne de défense baptisée “ligne Mahlmann” du nom du Generalleutnant Paul Mahlmann, commandant la 353. Infanterie-Division, qui l’a imaginé. Les Américains sont ralentis par ces défenses : alors qu’ils envisagent initialement d’atteindre la commune de Sainteny le 4 juillet, ils n’atteignent les abords nord du village que le 9 juillet.

Ce 9 juillet à 11 heures 30, le 2ème bataillon du 331st Infantry Regiment (83rd Infantry Division) commandé par le lieutenant-colonel James F. Faber engage le combat pour la libération du village de Sainteny. Celui-ci est défendu par des parachutistes du Fallschirmjäger Regiment 6 (91. Infanterie Division), le SS-Panzergrenadier Regiment 38 (17. SS Panzer-Division “Götz von Berlichingen”) qui est renforcé par des éléments de la 2. SS Panzer-Division “Das Reich”. Décelant un peloton blindé dans le dispositif adverse, Faber fait déclencher une préparation d’artillerie et lance un raid blindé. Un premier char adverse est détruit, mais les pertes américaines sont très élevées : les chars de tête doivent se replier et deux de ses compagnies d’infanterie ont perdu leur commandant d’unité. Bien que la compagnie G sur le flanc gauche soit fixée par les tirs adverses, Faber fait réorganiser les compagnies E et F pour renouveller l’offensive. De nombreux cadres ayant été mis hors de combat, Faber dirige les attaques sous les tirs de mortiers et d’armes légères, participant personnellement à la destruction d’un char adverse supplémentaire ainsi qu’à la neutralisation d’un troisième blindé. 65 fantassins allemands sont tués lors de ces engagements. Le 2ème bataillon entre dans Sainteny, obligeant ses adversaires à se replier au sud du village. En réaction, les Allemands déclenchent un tir de barrage directement sur la commune, continuant de transformer Sainteny en un champ de ruines. Le lieutenant-colonel Faber organise la défense du village qui doit sécuriser ses accès à l’est, au sud et à l’ouest, la ligne de front formant un saillant à cet endroit.

Du crépuscule jusqu’au lever du jour suivant, 10 juillet, les bombardements allemands se poursuivent par intermittence. Puis, à l’aube, ces tirs d’artillerie redoublent d’intensité en préparation à une contre-attaque adverse qui est appuyée par des blindés. Les combats à l’arme légère et à l’arme lourde s’engagent aux portes du village et Faber est tué lors des engagements. Malgré la puissance de feu destructrice des Allemands et le taux de pertes catastrophique du 331st Infantry Regiment, les Américains tiennent bon et conservent le contrôle du village. Les combats se prolongent aux portes de Sainteny jusqu’au 21 juillet, date à laquelle la 83rd Infantry Division commandée par le Major General Robert C. Macon reprend la progression en direction du sud. Entre temps, les Allemands parviennent à s’infiltrer à deux reprises dans les ruines avant que la ligne de front ne s’éloigne définitivement.

La commune de Sainteny est détruite à près de 80 % : 151 des 245 habitations de Sainteny sont rasées et 2 500 têtes de bétails ont trouvé la mort durant les multiples bombardements.

Photos de Sainteny en 1944

Cartes de Sainteny :

Image : carte du secteur de Sainteny - Bataille de Normandie en 1944
DDay-Overlord.com – Reproduction partielle ou totale interdite – Contact Webmaster

Actualités de la Normandie

George G. Klein – 2nd Ranger

George G. Klein – 2nd Ranger

Financez le retour de George G. Klein en Normandie aux prochaines commémorations ! Ce vétéran a escaladé la Pointe du Hoc le 6 juin 1944.

Mur du Souvenir

Mur du Souvenir

Le Mur du Souvenir est un espace de mémoire en hommage aux vétérans de la bataille de Normandie qui se sont éteints.

Médiathèque

Médiathèque

Médiathèque du débarquement et de la bataille de Normandie : photos et vidéos d'époque.

Suivez D-Day Overlord sur Facebook