Encyclopédie du débarquement et de la bataille de Normandie
English version Spanish version

Bataille de Normandie – Consolidation de la tête de pont – Page 2

Consolidation de la tête de pont (2)

Jour-J + 12 à Jour-J + 32 – Du 18 juin au 8 juillet 1944

Suite de la page “Consolidation de la tête de pont (1)” :

L’affaire “Monty” (suite)

Le front anglo-canadien, commandé par le général Miles Dempsey, perd alors de sa valeur offensive malgré le lancement, le 26 juin, de l’opération Epsom dans la région de Caen qui a pour but la conquête de cette ville, toujours aux mains des Allemands. Les forces de la 2ème armée de Dempsey se voient ainsi confier la tâche d’attirer l’ennemi dans sa zone (en particulier ses blindés), le fixer et ainsi désengager le front américain à l’ouest.

Images : Un char Panther allemand affronte les unités alliées Un char Panther allemand affronte les unités alliées.

C’est ce qu’explique également Eisenhower : “Le maréchal Montgomery continua durant tout le mois de juillet à utiliser la pression incessante de la 2ème armée pour contenir l’ennemi. En même temps les forces américaines dans le Cotentin commencèrent à se porter vers le sud, aux côtés de celles qui avaient débarqué à l’est de la Vire, dans le but d’obtenir le terrain nécessaire à la préparation de l’attaque qui devait percer les lignes allemandes à la fin du mois”

Images : Une équipe allemande armée de mitrailleuses dans Caen Une équipe allemande armée de mitrailleuses dans Caen.

L’inquiétude allemande

Les généraux allemands se voient obliger d’utiliser toutes leurs unités blindés pour contre-attaquer. Mais lorsque Dollman se suicide, le 26 juin, Rommel et von Rundstedt sont à Berchtesgaden où Hitler les a convoqués. Hausser remplace Dollman à la tête de la 7ème armée et le 29 juin, les Allemands reconquiert la cote 112, théâtre de combats extrêmement violents : les pertes sont très élevées (50% pour la 15ème division britannique) et par endroit les cadavres de soldats s’entassent aux bords de l’Odon, 4000 victimes sont à déplorer. Montgomery fait arrêter Epsom.

Images : Un soldat britannique patrouille, baïonnette au canon Un soldat britannique patrouille, baïonnette au canon.

En Allemagne, la rencontre entre les chefs d’état–major et Hitler est décevante pour Rommel. Il souhaite effectuer un repli stratégique derrière la Seine, appeler en renfort les armées allemandes du sud de la France sur une ligne Seine-Suisse.

Mais Hitler ne veut rien entendre, aucun repli n’est autorisé. Le Führer demande à ses généraux de défendre leurs positions par tous les moyens possibles afin de gagner du temps pour lui permettre de créer les armes secrètes allemandes.

Mais les pertes allemandes sont bien trop élevées pour tenir le terrain : à la fin juin elles s’élèvent à plus de 50 000 prisonniers et 300 chars détruits sur les sept Panzerdivisions engagées.

Images : Un char Sherman de la 50ème Division Britannique devant un char Tigre Allemand détruit Un char Sherman de la 50ème division britannique devant un char Panzer IV allemand détruit.

Au soir du premier juillet, le Maréchal Keitel et von Rundstedt discutent au téléphone au sujet de la rencontre avec Hitler à Berchtesgaden. Keitel lui demande : “Que Faire ?“, von Rundstedt lui répond : “Faites la paix, bande d’idiots ! Que pouvez-vous faire d’autre ?” Quelques temps plus tard, von Rundstedt est limogé par le Führer, informé auparavant par Keitel.

Il est remplacé par von Kluge, un général allemand disposant d’une forte réputation (Hitler fait toutefois appel à von Rundstedt avant les combats dans les Ardennes, quelques mois plus tard).

Images : Le 9 juillet, patrouille Canadienne dans la ville de Caen Le 9 juillet, patrouille canadienne dans la ville de Caen.

Mais le 8 juillet, la partie nord tombe aux mains des Anglais et des Canadiens, suite à l’opération Charnwood. Les conquêtes de la ville de Caen puis de celle de Cherbourg, le 26 juin 1944, marquent l’acquisition de tous les objectifs initialement prévus d’Overlord, mais également la fin de la consolidation de la tête de pont en Normandie par les troupes alliées.

Page précédente

Phase suivante : la percée alliée

 Retour au menu Bataille de Normandie

DDay-Overlord.com – Reproduction partielle ou totale interdite – Contact Webmaster

Actualités de la Normandie

George G. Klein – 2nd Ranger

George G. Klein – 2nd Ranger

Financez le retour de George G. Klein en Normandie aux prochaines commémorations ! Ce vétéran a escaladé la Pointe du Hoc le 6 juin 1944.

Mur du Souvenir

Mur du Souvenir

Le Mur du Souvenir est un espace de mémoire en hommage aux vétérans de la bataille de Normandie qui se sont éteints.

Médiathèque

Médiathèque

Médiathèque du débarquement et de la bataille de Normandie : photos et vidéos d'époque.

Suivez D-Day Overlord sur Facebook