Encyclopédie du débarquement et de la bataille de Normandie
English version Spanish version

Opération Cobra – Bataille de Normandie – 2/2

Opération Cobra (2/2)

25-30 juillet 1944

Opération Cobra 25 juillet 1944

Plan de l’opération Cobra

Suite de la page Opération Cobra (1/2) :

Le début de la véritable percée

Dans la journée du 26 juillet 1944, au nord-ouest de la zone qui servit de point de départ à l’offensive, quatre divisions américaines passent à l’attaque : les 8ème, 79ème, 83ème et 90ème divisions d’infanterie. Ces unités attaquent selon deux axes, l’un à l’est, le long de la route reliant les localités de Lessay et de Coutances, l’autre le long de la route Périers-Coutances. La progression américaine est aussi facilitée par la mise au point du dispositif de coupe-haies, le Rhinocéros, installé sur les chars Sherman, qui permet un franchissement quasi-immédiat des haies du bocage normand.

Image : Un char Sherman doté du dispositif de coupe "Rhinocéros" vacilitant le franchissement des haies

Un char Sherman doté du dispositif de coupe “rhinocéros” facilitant le franchissement des haies.

Les forces allemandes n’opposent plus véritablement de résistance et les Américains foncent vers le sud : le village de Marigny est atteint et de violents combats s’engagent dans les environs. Ce village est défendu par des éléments de la division Das Reich, appuyés par des chars et par la 353ème division d’infanterie. La 2ème division blindée atteint en fin de soirée le village de Saint-Samson-de-Bonfossé, après avoir effectué la progression américaine la plus importante de la journée. Mais la meilleure nouvelle pour les Alliés est que le front au sud du Cotentin est enfin ouvert : les Allemands se replient dans le désordre et la tactique de Bradley s’avère payante : les chars progressent bien plus facilement désormais car c’est l’infanterie qui ouvre la route.

Le troisième jour de l’opération, le front est enfin percé au sud-ouest de Saint-Lô et les Américains souhaitent désormais exploiter cette progression. A l’est de la percée, la 1ère division d’infanterie et la 3ème division blindée repoussent les défenseurs allemands des 2ème et 17ème divisions S.S. Panzer jusqu’au village de Camprond, soit une progression de six kilomètres.

Image : Carte de la situation tactique 25 au 27 juillet 1944
Carte de la situation tactique 25 au 27 juillet 1944.

Au centre de la percée, la 2ème division blindée dépasse le village de Notre-Dame-de-Cenilly, sept kilomètres plus au sud, et atteint la route Saint-Lô-Tessy-sur-Vire au niveau de Mesnil-Opac, avec cinq kilomètres parcourus depuis le début de la journée. La ville de Périers est enfin libérée par les soldats de la 90ème division d’infanterie et Lessay tombe aux mains des troupes appartenant à la 79ème d’infanterie.

De violents combats de chars s’engagent entre les divisions blindées américaines et les éléments isolés des S.S. Panzer Division “Das Reich” et “Götz von Berlichingen”. Le S.S.-Oscha (équivalent d’adjudant) Ernst Barkmann, appartenant à la 2ème S.S. Panzer Division “Das Reich”, détruit à lui seul neuf chars Sherman américains et plusieurs autres véhicules de la 3ème division blindée le long de la route reliant Saint-Lô à Coutances, près du village de Lorey. Mais les Allemands, bien que disposant de quelques chars supérieurs en puissance de feu, sont incapables de ralentir l’irrésistible avancée américaine.

Vers la porte de la Bretagne

Le 28 juillet 1944, les 2ème et 3ème divisions blindées progressent respectivement vers le sud-est et le sud de la zone de départ de l’opération Cobra, tandis que la 1ère armée du général Bradley positionnée au nord de Périers progresse également vers le sud. La capture la veille des villes de Lessay et de Périers permettent aux troupes américaines d’engager deux nouvelles divisions blindées : les 4ème et 6ème.

Image : Progression des troupes américaines du 28 au 29 juillet 1944
Progression des troupes américaines du 28 au 29 juillet 1944.

Les Allemands se replient en direction de Coutances qui est atteint en soirée par la 4ème division blindée américaine, qui a libéré le village de Saint-Sauveur-Lendelin en chemin : sa progression est fulgurante et l’opposition ennemie très faible : près de dix kilomètres sont parcourus durant cette seule journée par la 4ème division blindée. Le 84ème corps allemand est bousculé et une ouverture inespérée s’offre aux Alliés qui ont désormais l’occasion de progresser en direction d’Avranches.

Le 29 juillet, trois principaux axes de progression se distinguent : à l’est, la 3ème division blindée progresse au sud de la ville de Coutances, atteinte la veille et libérée en ce jour. Au centre et à l’est de la percée, la 2ème division blindée progresse en deux axes : vers Saint-Denis-le-Gast et vers Villebaudon.

Image : Carte de la situation tactique 25 au 29 juillet 1944
Carte de la situation tactique 25 au 29 juillet 1944.

Les Allemands tentent de se regrouper sur une même ligne plus au sud, reliant les villages de Bréhal et Cérences. Cette ligne est appelée la “Weisse Linie” (la “ligne blanche”). Toutefois, de nombreux soldats du 84ème corps sont encerclés dans les environs de Roncey par les 2ème et 3ème divisions blindées américaines. Des colonnes de véhicules tentent d’échapper à l’encerclement et se dirigent vers Coutances mais il est trop tard. Trois divisions américaines attaquent la poche et la réduisent au silence au moyen de violents bombardements.

Près de 1 500 soldats allemands sont mis hors de combat et 4 000 autres sont faits prisonniers. 500 véhicules, dont de nombreux chars lourds, sont détruits. Désormais, les forces américaines souhaitent poursuivre les troupes allemandes en déroute et les détruire. Il leur faut également attaquer la ligne blanche.

Au soir du 29 juillet, les forces américaines ont atteint au sud les villages de Cérences, Cambry, Lengronne, Saint-Denis-le-Gast. La 2ème division blindée attaque en direction de Percy.

Les Allemands sont attaqués à différents endroits. La ligne blanche entre Cérences et Percy a été formée trop à la hâte et la puissance de feu américaine perce facilement cette barrière le 30 juillet et poursuit son offensive en direction du Sud et notamment vers Avranches, véritable porte d’entrée vers la Bretagne, située à 50 kilomètres au sud du point de départ de l’opération Cobra. Le sud de Saint-Lô est contrôlé par la 2ème division blindée et la 30ème division d’infanterie qui poursuivent leur progression au sud-est. A l’est, Granville est libérée par les soldats de la 6ème division blindée. Les divisions d’infanterie (4ème, 8ème et 79ème) qui attaquent à l’est, appuyées respectivement par les 3ème, 4ème et 6ème divisions blindées, libèrent Gavray, La Haie-Pesnel, Bréhal et Avranches. En fin de journée, les Américains atteignent, au sud de l’offensive, les villages de Pontaubault et se dirigent vers Saint-Hilaire-du-Harcouët.

Conclusion et conséquences de Cobra

A la fin de l’opération Cobra, la progression est fulgurante, inespérée : les Allemands sont submergés et abandonnent leurs positions aux forces américaines et le pont de Pontaubault, qui ouvre la route vers la Bretagne, est sous contrôle allié.

Image : Un char Sherman Américain à vive allure dans le secteur de Beuvrigny le 1er août

Un char Sherman américain à vive allure dans le secteur de Beuvrigny le 1er août.

Le général Patton, commandant la 3ème armée américaine, est fier de ses soldats. La rapidité était la clé de cette opération et tout s’est déroulé comme prévu. Certaines offensives, notamment celle de la libération d’Avranches, dépassent toutes les espérances. Les Alliés peuvent désormais le dire : Cobra, malgré ses pertes impressionnantes, est une réussite totale. Les rapports des pertes sont les suivants : près de 18 450 soldats américains sont hors de combats (plus de 5020 d’entre eux sont morts) et environ 15 000 civils normands ont été victimes des bombardements et des combats depuis le 24 juillet.

Image : Carte de la situation tactique du 30 au 31 juillet 1944
Carte de la situation tactique du 30 au 31 juillet 1944.
DDay-Overlord.com – Reproduction partielle ou totale interdite – Contact Webmaster

Actualités de la Normandie

George G. Klein – 2nd Ranger

George G. Klein – 2nd Ranger

Financez le retour de George G. Klein en Normandie aux prochaines commémorations ! Ce vétéran a escaladé la Pointe du Hoc le 6 juin 1944.

Mur du Souvenir

Mur du Souvenir

Le Mur du Souvenir est un espace de mémoire en hommage aux vétérans de la bataille de Normandie qui se sont éteints.

Médiathèque

Médiathèque

Médiathèque du débarquement et de la bataille de Normandie : photos et vidéos d'époque.

Suivez D-Day Overlord sur Facebook