Encyclopédie du débarquement et de la bataille de Normandie
English version Spanish version

Opération Martlet – Dauntless – Bataille de Normandie

Opération Martlet (opération Dauntless)
25 juin – 1er juillet 1944

 

Image : Carte de l'opération Epsom illustrant la mission de la 49ème division d'infanterie
Carte de l’opération Epsom illustrant la mission de la 49ème division d’infanterie

Les objectifs de l’opération Martlet

La ville de Caen est un des objectifs majeurs des armées britanniques engagées en Normandie. De durs combats s’engagent dès le 6 juin au soir pour la conquête de cette ville qui devait justement tomber aux mains des Alliés le Jour J, conformément aux plans initialement prévus. Le général anglais Montgomery concentre ses efforts et décide de la mise sur pied de plusieurs opérations afin de conquérir Caen, dont l’opération Epsom qui débute le 26 juin 1944 et qui est menée en direction des cotes 113 et 112. Pas moins de trois corps d’armées britanniques sont engagés dans l’opération : le 1er corps, le 8ème corps et le 30ème corps.

En flanc-garde de l’opération Epsom, les Britanniques mettent sur pied l’opération Martlet, également connue sous la dénomination “Dauntless” d’après le journal officiel de marche de l’armée anglaise. Cette manoeuvre est nécessaire car la progression induite par Epsom découvre le flanc droit du 8ème corps, en particulier dans la région de Rauray : il est ainsi nécessaire pour les Alliés de s’emparer de plusieurs points clés, permettant ensuite le bon déroulement de l’action principale, à savoir l’opération Epsom. Ces points clés sont essentiellement les villages de Rauray, Fontenay-le-Pesnel, Tessel, Brettevillette ainsi que Juvigny.

C’est la 49ème division d’infanterie qui est désignée pour mener à bien cette mission. Elle se compose des 70ème, 146ème et 147ème brigades d’infanterie ainsi que de la 8ème brigade blindée. Les forces allemandes dans ce secteur se composent du 3ème bataillon du 26ème régiment S.S. Panzergrenadier ainsi que d’éléments du 12ème régiment S.S. Panzer de la 12ème S.S. Panzerdivision. Ces derniers se sont installés en défensive dans le secteur et ont valorisé leurs positions depuis plusieurs jours.

Déroulement de l’opération Martlet

L’opération Martlet débute le 25 juin 1944 à l’aube. Les soldats britanniques sont réveillés depuis trois heures du matin et après un rapide petit-déjeuner, ils se mettent en place sur la ligne de déboucher. L’artillerie alliée ouvre le feu à partir de 04h15 ; quarante-cinq minutes plus tard, le feu devient roulant et progresse vers le sud, les soldats de la 49ème division d’infanterie suivant aussitôt.

La division britannique progresse sur deux axes, la 146ème brigade ayant pour objectif Rauray, la 147ème Fontenay-le-Pesnel. La 70ème brigade d’infanterie est en réserve et la 8ème brigade blindée en soutien.

La fraîcheur matinale plaque une brume épaisse au sol, à laquelle vient s’ajouter la fumée des explosions : la visibilité est extrêmement réduite et les Britanniques perdent du temps en cherchant à s’orienter.

La 146ème brigade atteint sans trop de mal le bois de Tessel-Brettevillette près de Vendes en début d’après-midi, mais lorsque le 1er bataillon du 4ème régiment Kings Own Yorkshire Light Infantry débouche au-delà du bois, il est violemment pris à partie par les Allemands et campe alors ses positions.

De son côté, le 11th Royal Scots Fusiliers de la 147ème brigade parvient à Fontenay-le-Pesnel où de furieux combats s’engagent toute la matinée du 25 juin : les Allemands du 26ème régiment S.S. Panzergrenadier repoussent leurs adversaires jusqu’aux faubourgs nord du village et les duels d’artillerie s’ajoutent au désordre général. Le 7th Duke of Wellington’s Regiment arrive en renfort à la tombée de la nuit et s’empare de la majeure partie de Fontenay avant minuit.

Le 25 juin à minuit, tout le flanc droit de l’opération Epsom n’est pas encore sécurisé et l’opération Martlet est retardée par la défense ferme des Allemands dans ce secteur. Le lendemain, sous le couvert de l’artillerie alliée, les Britanniques renouvellent l’offensive à partir de 05h30. La 70ème brigade d’infanterie prend la tête du dispositif avec la 8ème brigade blindée : ils s’emparent de Tessel-Brettevillette avant d’être repoussés par les forces adverses. La nuit tombe, les deux camps renforcent leurs positions pendant les heures qui suivent et se préparent à reprendre le combat le lendemain.

Le 27 juin, la 146ème brigade se bat toujours pour s’offrir un déboucher au-delà du bois de Tessel-Brettevillette mais elle n’y parvient pas. Pendant ce temps, Rauray est atteint par les éléments de tête de la 70ème brigade qui est sous contrôle britannique en fin de soirée. Comme chaque soir, ils s’installent en défensive sur les positions chèrement conquises et les duels d’artillerie se poursuivent jusqu’au petit matin. Le 28 juin, le village de Brettevillette est atteint par le 1st Tyneside Scottish de la 70ème brigade mais face aux furieuses contre-attaques du 2ème S.S. Panzer Korps, les Ecossais se replient le long d’une ligne de défense installée dans le secteur de Rauray. La flanc-garde de l’opération Martlet est désormais en place et les Britanniques de la 49ème division d’infanterie se préparent au choc des contre-attaques allemandes.

La contre-attaque du 2ème S.S. Panzer Korps

Le 1er juillet 1944 à six heures du matin, les Allemands contre-attaquent massivement en direction de Rauray. Appuyés par l’artillerie et les chars, ils isolent les Ecossais du 1st Tyneside Scottish (qui perdent 132 hommes en une journée seulement) du reste de la 49ème D.I. et poursuivent vers le nord. Ce n’est qu’à dix heures du matin que les Allemands ralentissent et commencent à battre en retraite, durement touchés par les Britanniques. Une heure plus tard, ils renouvellent leur assaut qui se solde une fois encore par un échec. Vers midi, la 9ème S.S. Panzerdivision attaque à son tour durant quatre heures, sans résultat. Si les forces Britanniques sont tout particulièrement touchées, elles tiennent bon face à la tempête des troupes S.S.

A dix-huit heures, les Allemands quittent Rauray et se replient définitivement pour rejoindre une nouvelle ligne de défense.

Conclusions de l’opération Martlet

L’opération Martlet est une victoire tactique britannique. L’opération Epsom, qui est le point d’effort du général Montgomery, est sécurisée sur son flanc droit grâce à l’action menée par la 49ème division d’infanterie. De plus, des éléments majeurs de l’ensemble combattant allemand sont fixés par les combats dans la région de Rauray et n’interviennent pas pour contrer Epsom.

La 49ème D.I. s’installe en défense ferme sur ses positions qu’elle conserve pendant près d’un mois (elle réalise des actions de diversions au profit des autres unités pendant tout le mois de juillet). Ce n’est qu’à partir du 30 juillet que la division bascule à l’est de Caen pour progresser en direction de la Seine.

Retour au menu Bataille de Normandie
DDay-Overlord.com – Reproduction partielle ou totale interdite – Contact Webmaster

Actualités de la Normandie

George G. Klein – 2nd Ranger

George G. Klein – 2nd Ranger

Financez le retour de George G. Klein en Normandie aux prochaines commémorations ! Ce vétéran a escaladé la Pointe du Hoc le 6 juin 1944.

Mur du Souvenir

Mur du Souvenir

Le Mur du Souvenir est un espace de mémoire en hommage aux vétérans de la bataille de Normandie qui se sont éteints.

Médiathèque

Médiathèque

Médiathèque du débarquement et de la bataille de Normandie : photos et vidéos d'époque.

Suivez D-Day Overlord sur Facebook