Encyclopédie du débarquement et de la bataille de Normandie
English version Spanish version

Témoignage de Maurice Chauvet – Vétéran du Jour J – 2/2

Témoignage de Maurice Chauvet (2)

Caporal, 1er Bataillon Fusilier Marin, N°4 Commando

Suite de la page précédente Témoignage de Maurice Chauvet (1)

Image : Commandos Français et Anglais dans Ouistreham Commandos français et anglais dans Ouistreham.

“Au pas de course, à la sortie du parc du château, une troupe en progression sur la route gagne ses emplacements de départ. Tout le long de la route, du tir d’arme venant du bord de la mer nous poursuivait sans ralentir notre allure. Des tanks “Centaures” nous accompagnaient dans la même partie de la progression. Je ne peux expliquer une action si rapide, il m’en est resté des impressions fragmentées : les maisons ouvertes avec leur mobilier, telles qu’on en voit partout depuis quatre ans : les quatre premiers français, auxquels je crie bonjour en leur jetant des cigarettes, en passant : ils étaient dans leur abri devant leur maison démolie. Puis me voilà à la station, le drapeau français à la porte du café, un groupe de civils autour. Les troupes anglaises me dépassent, partant attaquer le port. Le Q.G. français s’établit, à la station, les troupes ont quitté la route pour aller attaquer la plage.

Image : Commandos Français attaquant à l'intérieur des terres derrière Sword Beach Commandos français attaquant à l’intérieur des terres derrière Sword Beach.

Après notre attaque, des hommes de notre commando sont arrêtés et se couchent en utilisant le terrain. Dans le fond, entre les villas du bord de mer que les Allemands avaient transformées en fortin, un tank s’avance pour vaincre une résistance imprévue. La demi-heure qui suit a été marquée de combats violents, qui se sont déroulés autour de chaque nid de résistance et dans une confusion extrême. Pour ma part, j’ai assuré la liaison pour le commandant, en passant d’une troupe à l’autre : j’enregistrais les succès en constatant qu’on me tirait beaucoup moins dessus à mesure que les troupes avançaient et réduisaient les points forts. Pour nous la première partie du combat est terminée. Les commandos ont enlevé Ouistreham. Déjà des troupes débarquées après nous arrivent pour organiser la défense.

Image : Troupes Anglaises débarquant sur Sword Beach Troupes anglaises débarquant sur Sword Beach.

En allant prendre nos sacs, nous rencontrons les troupes anglaises débarquant avec leur matériel, quatre ans jour pour jour après Dunkerque. Les plages étaient encore à ce moment-là balayées par le feu de l’ennemi, certains soldats s’abritent derrière les chars. Ces deux photographies (7 et 8) sont probablement les dernières prises par le premier des cinéastes qui nous accompagnaient.

Image : Les renforts continuent de débarquer sur Sword Beach Les renforts continuent de débarquer sur Sword Beach.

Ayant repris notre barda nous repartons vers l’intérieur des terres pour exécuter la deuxième partie du programme : la prise de deux villages.


Image : Témoignage de Maurice Chauvet - Caporal, 1er Bataillon Fusiller Marin, N°4 Commando

Image : Evacuation des blessés Alliés vers Sword Beach Evacuation des blessés alliés vers Sword Beach.

Pendant que nous reprenons nos sacs, les blessés sont ramenés aux plages. Quatre heures après ils sont en Angleterre. Ici, on voit un brancard, sur la route, à la hauteur du château. Deux des porteurs son français.

Image : Un civil Français félicite des soldats Anglais à Ouistreham Un civil français félicite des soldats anglais à Ouistreham.

En repassant à la station, deux Anglais sont félicités par un Français sorti de son abri, où le bombardement préparatoire de la nuit l’avait obligé à se réfugier en pyjamas. Tous les habitants fument déjà des cigarettes anglaises. Et depuis que nous avons affirmé que nous venions pour rester, et non pour un simple raid, toutes les figures se sont détendues.

Image : Les forces Anglaises et Françaises foncent à l'intérieur des terres Les forces anglaises et françaises foncent à l’intérieur des terres.

Il est 9H30 environ… Au premier plan, une troupe de Commandos sort des barques, où elle a repris ses sacs. Au loin, en ligne, on aperçoit les troupes françaises qui suivent la route, s’enfonçant à l’intérieur des terres. Les snipers allemands sont installés dans les haies et dans les arbres et gênent le plus possible l’avance. Chaque tournant de route des douze kilomètres pour gagner notre emplacement de résistance a coûté un mort ou un blessé, près duquel on trouve le sniper abattu par ceux qui suivaient.

Les longues colonnes de prisonniers, gagnant les barges qui nous ont amenés, et qui les ramèneront dans les camps de prisonniers en Angleterre, spectacle particulièrement apprécié de tous ceux, assez nombreux, d’entre nous qui ont gagné le commando, après une ou plusieurs évasions, des stalags où ils avaient été placés en 1940.”

Maurice Chauvet

 Page précédente

 Retour au menu Témoignages de vétérans

DDay-Overlord.com – Reproduction partielle ou totale interdite – Contact Webmaster

Actualités de la Normandie

George G. Klein – 2nd Ranger

George G. Klein – 2nd Ranger

Financez le retour de George G. Klein en Normandie aux prochaines commémorations ! Ce vétéran a escaladé la Pointe du Hoc le 6 juin 1944.

Mur du Souvenir

Mur du Souvenir

Le Mur du Souvenir est un espace de mémoire en hommage aux vétérans de la bataille de Normandie qui se sont éteints.

Médiathèque

Médiathèque

Médiathèque du débarquement et de la bataille de Normandie : photos et vidéos d'époque.

Suivez D-Day Overlord sur Facebook