Témoignage de Ivan Spate sur Gold Beach le six juin 1944

Gold Beach est la première des trois zones d'invasion Britanniques. Elle est située à 24 kilomètres à l'Est d'Omaha Beach.
Marc Laurenceau
Messages : 2699
Enregistré le : 20 juil., 23:00
Vérification anti-robot : JE NE SUIS PAS UN ROBOT

Témoignage de Ivan Spate sur Gold Beach le six juin 1944

Message non lu par Marc Laurenceau » 13 nov., 06:37

Image

Ivan Spate a encore bien frais en mémoire le moment quand lui et ses compatriotes britanniques ont débarqué en Normandie, le 6 juin 1944, à Gold Beach.

«Nous n’avions pas le choix d’entrer dans l’armée à ce moment-là, raconte-t-il, comme si c’était hier. L’Angleterre avait besoin de nous. Nous étions le seul pays qu’Hitler n’avait pas pris. Si c’était à refaire, je recommencerais.»
Il n’avait que 22 ans quand il a fait ses premiers pas dans l’armée britannique. Éclaireur à moto, M. Spate était membre de la 15e Division de reconnaissance écossaise. Il guidait les convois au front.

L’homme a aujourd’hui 92 ans. Seulement cinq anciens combattants ayant participé à la Deuxième Guerre mondiale sont encore vivants dans la région de la Lièvre.
Sur le mur de son salon, des photos de famille sont installées, aux côtés des certificats et d’un meuble garni de médailles et d’autres honneurs. Dans un cadre, deux billets, visiblement de l’argent, y sont accrochés. «C’est de l’argent français et de l’argent allemand qu’on nous a donné avant de quitter l’Angleterre, explique M. Spate. J’ai voulu conserver ces billets pour me rappeler.»
Bien assis dans son fauteuil d’une maison du secteur de Buckingham, l’ancien combattant fait le récit de certains souvenirs qui lui reviennent en mémoire. De bonnes pensées resurgissent. De mauvaises aussi… Il n’a jamais oublié cette époque de sa vie qui a duré quatre ans.

«J’ai perdu beaucoup d’amis au combat, confie-t-il. Mais c’était la guerre. Nous avons eu beaucoup de plaisir aussi. Nous allions danser et prendre quelques verres. On profitait de la vie.»
Il se rappelle avec précision du bateau cargo sur lequel il a pris place aux côtés des siens pendant le célèbre débarquement en France. Et de l’épisode où il a reçu un obus directement sur sa motocyclette alors qu’il roulait en Hollande. Il aurait pu y laisser sa vie, mais s’en est tiré avec un genou très amoché. «Si tu voyais un obus venir, tu devais normalement sauter en bas de la moto, relate-t-il. Je ne l’ai pas fait. J’ai dû subir trois opérations pour que ce soit finalement réparé.»
Le Jour du Souvenir demeure une journée remplie d’émotions pour lui. S’il n’assiste pas aux commémorations, il regarde celles-ci à la télé. «C’est important qu’on se souvienne, dit-il. Parce que des milliers de gens ne sont pas revenus. Des Belges, des Canadiens, des Britanniques, des Américains… Beaucoup sont morts.»

Quand il repense à cette journée où la guerre s’est terminée, une pensée lui traverse l'esprit. «C’était un soulagement. Je me suis dit "je suis en vie"…»

Source : http://www.info07.com/Actualites/2012-1 ... an-Spate/1


Marc Laurenceau
Webmaster du site DDay-Overlord et du forum
Auteur du livre Jour J Heure par Heure

Image

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Retourner vers « Gold Beach »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité