résistant

Quel fut le rôle joué par la Résistance française dans les préparatifs et le déroulement de la Bataille de Normandie ? Posez dans cette rubrique vos questions.
Olivier
Messages : 335
Enregistré le : 15 juil., 23:00
Localisation : Paris

résistant

Message non lu par Olivier » 06 mai, 12:30

vive la médecine !

Dis-moi, tu pourrais nous en dire un peu plus sur les courants de résistance autour de Vichy ? Je serai curieux d'en savoir un peu plus.



passionguerredu03
Messages : 15
Enregistré le : 16 mars, 00:00

résistant

Message non lu par passionguerredu03 » 06 mai, 12:54

Bonjour,

Oui bien sur enfin il n'était pas a Vichy ( il avait son dépôt a Vichy ), il était a Lavoine (a environ 30km de Vichy),
en documentation sur les réseaux et la résistance de Lavoine et ses alentour, j'ai ceci:

Femmes sous l'uniforme
Les biographies




Alice ARTEIL

(16 juin 1912 -

Par Éric Labayle



Née le 16 juin 1912 à Saint-Romain d'Urfe, dans la Loire, Alice Poyet est issue d'une famille nombreuse (sept enfants).

En 1936, elle épouse Raymond Arteil, commerçant en tissus à Saint-Just-en-Chevalet. De cette union naît une fille en 1940.

A la mobilisation, Raymond Arteil rejoint un régiment d'artillerie avec lequel il participe à la campagne de France, avant de disparaître. Ce n'est qu'après un an de recherches assidues et fébriles que sa femme retrouve sa trace. Il est prisonnier en Allemagne.

Soulagée mais résolue, Alice Arteil décide à son tour de participer à la lutte contre l'occupant. Prenant contact avec des groupes locaux de résistance, elle rejoint les Franc-Tireurs en 1942, puis passe au maquis.

En septembre 1943, elle prend la tête du maquis de Lavoine, qui n'est alors qu'un petit groupe d'une cinquantaine d'individus répartis en trois groupes de combat et structurés en une section. Deux mois plus tard, en novembre, sa petite troupe est incorporée dans les F.T.P.

Pendant l'hiver 1943-1944, poursuivie par la Gestapo qui a eu vent de ses agissements, elle mène une existence itinérante entre la Loire et l'Allier. En décembre, le "lieutenant" Arteil quitte les F.T.P. Le mois suivant, avec sept de ses anciens volontaires, elle rejoint le groupe "Roussel", dirigé par le chef de bataillon Colliou, commandant l'O.R.A. pour l'Allier. Avec ses hommes, elle constitue ainsi l'embryon de la future demi-brigade d'Auvergne.


A la tête de son groupe franc, elle mène de nombreuses opérations de sabotage, dont les plus remarquables sont le déraillement d'un train blindé à Paray-le-Monial, la destruction d'une voie ferrée entre Roanne et Lapalisse, la destruction de câbles téléphoniques et l'attaque d'une cinquantaine de soldats allemands près du village de Decize.

En juin 1944, son grade de lieutenant est officialisé par Londres. L'annonce des débarquements (Normandie en juin et Provence en août) marque le début de la lutte à visage découvert. Avec sa section, Alice Arteil participe à la libération des boucles du Doubs, puis à celles de Valentigney et de Montbéliard.

Elle se fait remarquer pour ses qualités de chef et sa capacité d'adaptation aux contraintes de l'instant. Sa volonté, également, force l'admiration de ses camarades de combat.

L'automne 1944 est l'époque de "l'amalgame" entre l'armée régulière et les troupes formées par les maquis. Le lieutenant Arteil est ses hommes sont donc incorporés au 152e R.I., le régiment des "Diables Rouges", l'un des plus prestigieux de l'armée française. Elle y conserve son grade et son commandement, puis est affectée à l'état-major régimentaire. Avec le 15-2, elle termine la campagne d'Alsace, franchit le Rhin en avril 1945 et se trouve à Singen à la fin de la guerre. C'est là qu'elle est démobilisée.

De retour à Saint-Just-en-Chevalet, elle y retrouve son mari, qui vient d'être libéré par les troupes russes. Ensemble, après avoir vécu deux odyssées très différentes l'une de l'autre, ils reprennent le fil d'une vie civile interrompue cinq années plus tôt.

La participation du lieutenant Arteil à la résistance, puis aux campagnes de la libération, lui vaut de recevoir un certain nombre de décorations, dont la Croix de Guerre, dont la citation à l'ordre de l'armée est ainsi libellée :

"A entamé, dès 1940, la lutte contre l'ennemi en diffusant tracts et journaux. Dès 1942, prend le maquis et constitue un groupe franc qui lui sera entièrement dévoué et assurera des fonctions continues de sabotage et de lutte contre la Gestapo. Prend part, à la tête de son unité, aux combats de Dion et Drizes, puis à ceux de la Chapelle-Saint-Blaise. Se dévoue ensuite au titre de la Première Armée Française pour soigner les blessés au 15-2 régiment d'infanterie".

Parmi ses autres récompenses, on peut citer la croix de chevalier de la Légion d'Honneur, la croix de Combattant Volontaire de la Résistance, la croix du Combattant Volontaire, la croix d'honneur Franco-Britannique, l'ordre de la Résistance du Luxembourg, la croix de commandeur de l'Étoile de la Résistance Franco-Belge, etc.




Voila, d'ailleurs je recherche toute infos sur la résistance prés de Vichy,Lavoine ...


Merci
Amicalement Valentin.



Olivier
Messages : 335
Enregistré le : 15 juil., 23:00
Localisation : Paris

résistant

Message non lu par Olivier » 13 mai, 14:39

Merci, c'est très intéressant.



passionguerredu03
Messages : 15
Enregistré le : 16 mars, 00:00

résistant

Message non lu par passionguerredu03 » 13 mai, 16:20

De rien !!
Image



2rep
Messages : 64
Enregistré le : 22 juin, 23:00

résistant

Message non lu par 2rep » 26 juin, 13:57

super les gars, je lis vos commentaires et je trouve qu'il y a de braves gars avec du respect pour nos anciens, vous les faites revivres,moi depuis 15 ans j'habite les deux-sevres un petit village 30 habitants, et je fais des recherches sur la ww2 dans le coin,d'ailleur un projet d'édifier une stele pour un équipage de LANCASTER ecrasé auprès de chez moi,et ecrire un book la dessus,mes recherches m'ammene à la résistance local , les gars étaient soit inconscient ou courageux, sachant les risques encourrus à eux et leurs familles,la torture,la déportation,la mort.




Olivier
Messages : 335
Enregistré le : 15 juil., 23:00
Localisation : Paris

résistant

Message non lu par Olivier » 29 juin, 08:34

Je pense que les motivations des résistants devaient être extrêmement variées. Il y avait beaucoup de raisons de devenir résistant : Peur du STO, inconscience, jeunesse, ou tout simplement un certain sens de la justice. Mon père a cumulé les trois premières. Pas de bol. Je pense aussi que les résistants "politisés", au sens de "ayant une conscience politique", n'étaient pas la majorité. La lettre qu'a laissé Guy Moquet avant sa mort ne donne pas beaucoup d'indications sur les raisons qui l'ont poussé à commettre son acte (http://plurielorient.canalblog.com/arch ... 73283.html)
Ce qui m'intéresse ici c'est de lire les témoignages directs ou indirects. Comme souvent, ce sont les petites actions qui font la grande histoire.



gregfow
Messages : 9
Enregistré le : 04 juin, 23:00

résistant

Message non lu par gregfow » 29 juin, 23:10

Moi mon grand pere etait agent de liaison dans le maquis de saint marcel, il faisait partie de l'etat major du commandant Caro, il avait 23 ans à l'époque...



Olivier
Messages : 335
Enregistré le : 15 juil., 23:00
Localisation : Paris

résistant

Message non lu par Olivier » 10 juil., 10:33

Saint-Marcel ? Vers Châlon sur Saône ?

Est-ce que certains ont lu "La mort n'oublie personne" de Didier Daeninckx ? Une très belle histoire autour de la résistance dans le Pas-de-Calais. Je vous le recommande. Court et efficace.



gregfow
Messages : 9
Enregistré le : 04 juin, 23:00

résistant

Message non lu par gregfow » 10 juil., 10:54

Non c'est dans le morbihan entre vannes et rennes a coté d'un patelin nommé malestroit



micropanzer
Messages : 147
Enregistré le : 05 juil., 23:00

résistant

Message non lu par micropanzer » 10 juil., 11:19

mon arrière grd père (tjrs en vie) a caché 2 enfants juifs.



  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Retourner vers « La Résistance »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités