Où était la 4e DB le 21 août 1944

Vous souhaitez aborder un sujet général concernant la stratégie d'un camp ou de l'autre, ou poser une question particulière en rapport avec la bataille de Normandie ? Cette rubrique est faite pour vous !
Stevenot Gilbert N.
Messages : 399
Enregistré le : 11 juil., 23:00

Où était la 4e DB le 21 août 1944

Message non lu par Stevenot Gilbert N. » 20 sept., 09:15

supprimer ce texte



Stevenot Gilbert N.
Messages : 399
Enregistré le : 11 juil., 23:00

Où était la 4e DB le 21 août 1944

Message non lu par Stevenot Gilbert N. » 20 sept., 12:37

ARRAYA a écrit :Bonjour Monsieur Stevenot

Je vous ai envoyé un MP il y a deux jours concernant votre premiere demande.
Je pense que vous ne l'avez pas vu donc je vous le retranscris ci dessous
Bonjour Monsieur Stevenot

Cette lettre m'a été envoyé, pour information, par un membre d'un autre forum que vous frequentez également.
J'ai ecris, je "vous la remet" car vous disiez dejà l'avoir posté sur ce forum mais je ne l'ai pas retrouvé. J'aurais effectivement dut ecrire "je vous la met".

Bonne journée

J'espere que ces explications vous seront appaisantes.
Il n'y a a aucun moment une histoire de censure ou d'insulte à l'armée US bien entendu
Bonjour Arraya,

Toutes mes excuses Arraya, je n'avais pas vu ton message. Je précisais, simplement, en fin de message adressé à une autre ami, que j'allais poster cette lettre de von Manteuffel, dans la rubrique Bataille des Ardennes. D'où cette ce petit quiproquo.
Pour la bonne régle, j'ai effacé mes messages. L'incident est clos. Arraya, c'est une occasion pour moi de mieux te connaître et de te remercier de ton attention sur mes récits sur la 4e DB. Tu peux mettre un petit mot d'appréciation concernant la dite lettre de Hasso, afin qu'il ne plane aucune équivoque sur le sujet. Plus de vous, pour moi le tutoiement est d'application pour tous.



Invité

Où était la 4e DB le 21 août 1944

Message non lu par Invité » 20 sept., 12:53

Il n'y a aucun probleme Gilbert et oui je suis un inconditionnel de vos articles et ca ne date pas d'aujourd'hui.
Concernant la lettre de Manteuffel,il y a une clairvoyance que l'on pouvait lui connaitre dejà durant la guerre,et personnellement je le place juste derrière Von Manstein.



Stevenot Gilbert N.
Messages : 399
Enregistré le : 11 juil., 23:00

Où était la 4e DB le 21 août 1944

Message non lu par Stevenot Gilbert N. » 20 sept., 14:10

[quote="ARRAYA"]Il n'y a aucun probleme Gilbert et oui je suis un inconditionnel de vos articles et ca ne date pas d'aujourd'hui.
Concernant la lettre de Manteuffel,il y a une clairvoyance que l'on pouvait lui connaitre dejà durant la guerre,et personnellement je le place juste derrière Von Manstein.[/quote]

Bonjour Arraya,

Merci de cette comparaison avec Manstein. Un bon stratège, on peut lui reconnaître cette qualité, mais une infâme brute, un fanatique SS, cireur de bottes de Hitler.
Hasso von Manteuffel avait eu le même geste que Patton, envers un soldat qui avait peur de la bataille, il ne l'a pas gifflé comme Patton l'avait fait, il l'a fait fusiller sur le champ.
Il y a aussi des paroles qui tuent un grand homme comme Napoléon. je l'ai apprécié en un temps, mais le jour où j'ai lu ses paroles adressées à sa femme " Joséphine, ton ventre c'est un cimetière"
On peut juger ces grands stratèges sur des actes, mais aussi sur des paroles. Je peux aussi citer Le Pen, pour qui les camps de concentration sont des détails de l'histoire.CDLT.



Stevenot Gilbert N.
Messages : 399
Enregistré le : 11 juil., 23:00

Où était la 4e DB le 21 août 1944

Message non lu par Stevenot Gilbert N. » 20 sept., 18:42

Guillaume a écrit :
Dans un secteur, un garde m'apperçoit et sans demander mon mot de passe, tire une balle qui ne passe pas loin.
Ca doit surprendre sur le moment !
J'ai évoqué cette anecdote, pour expliquer comment des erreurs semblables pouvaient arriver. Ca surprend, bien sûr, quel que soit l'endroit. C'était peu de temps après la guerre, dans un des nombreux quartiers, réquisitionnés par le Billeting Office de l'EM(logements) et entourrés de clôtures, pour y loger les familles des officiers à Wiesbaden. Ces quartiers étaient sous la garde de soldats polonais, qui ne respectaient pas les convenances, et les Américains les ont affectés à d'autres tâches. J'y reviendrai dans le cadre de mon engagement que je dois poursuivre, dès que possible. Je te ferai signe. Amitiés.



Invité

Où était la 4e DB le 21 août 1944

Message non lu par Invité » 20 sept., 19:29

un fanatique SS
Il n'etait pas SS me semble t'il,ceci dis il commanda la grossdeutchland....
Il a fait de la politique ensuite.



Stevenot Gilbert N.
Messages : 399
Enregistré le : 11 juil., 23:00

Où était la 4e DB le 21 août 1944

Message non lu par Stevenot Gilbert N. » 20 sept., 21:57

ARRAYA a écrit :
un fanatique SS
Il n'etait pas SS me semble t'il, ceci dis il commanda la grossdeutchland....
Il a fait de la politique ensuite.


Bonsoir Arraya,

Je savais, mais pour susciter des réactions, comme tu le fais, à juste titre d'ailleurs, mais celà ne change pas mon jugement. Il l'était de par son comportement et dans l'esprit de la Gross Deutshland Panzer en Russie.
Dans la Bataille des Ardennes, seul le Bataillon de Otto Romer, formé autour d'un cadre des troupes de la garde de Hitler, était dans la Bataille des Ardennes.
Pour son geste d'avoir fait fusiller un soldat qui avait peur du combat, c'était pour moi le "SS avant la lettre".
Merci pour cette mise au point. Amitiés.



Stevenot Gilbert N.
Messages : 399
Enregistré le : 11 juil., 23:00

Où était la 4e DB le 21 août 1944

Message non lu par Stevenot Gilbert N. » 21 sept., 11:59

La 4e Division blindée le 19 septembre 1944.
_____________________________________________________________
L'EM quittait Haraucout et traversait Athienville, mais suite à un tir d'artillerie et de mortiers, le commandant décide de prendre une position plus à l'ouest. Et en attaquant de cette nouvelle position, dans le brouillard et la brume du matin, un important peloton de 56 tanks Mark 5 de la 113e Panzer Brigade attaquait les positions du CCA dans les environs de Lezey-Arracourt. L'ennemi axait son attaque sur la route principale menant de Bourdonnay vers Mayenvic, mais fut vite contré et forcé à l'arrêt par le 37th Bataillon. L'ennemi tentant alors de contourner Lezey vers le sud, décidait d'attaquer par petits groupes. D'abord à Besange-la-Petite, puis Rechicourt en une nouvelle tentative en cercle, cette fois, et plus loin au nord. Un tir direct et très puissant fut porté sur l'arrière de la colonne qui attaquait visiblement, dans la ruée du désespoir, mais vers 10h15, c'était le coup fumant, 10 tanks étaient démolis et l'attaque continuait. Pourquoi s'arrêter en de si belles circonstances ! Les 1er et le 2e pelotons d'une Co du 704 Tank Destroyer Bataillon se plaçait en ligne de tir au sud-est de Lezey. Ces pelotons, qui constituaient la réserve du 37 Tank Bat, maintenait la ligne de front dans ce secteur. La marche d'approche fut réalisée à travers un épais brouillard et la première rencontre avait lieu à moins de 150 mètres, le premier tank destroyer cartonnait 2 MarkV, mais il en faisait les frais, il était à son tour démobilisé. Les Destroyers restants se positionnèrent sur des terrains plus élévés, à environ 1 km de distance, et l'ennemi attaquait leur flanc gauche. Et dans cette bataille rangée qui allait se poursuivre jusque 15.00, l'ennemi était lesté de 19 tanks, alors que 3 de nos Tanks Destroyers étaient aussi démobilisés. Nous perdions 1 des nôtres, et quatre étaient blessés légèrement.
Les Cie A et B du 37th Tank Bat étaient disposées, en action mobile au cours des différentes phases poursuivies, et ainsi ils encerclaient, de l'arrière et autour sur la droite, pour frapper l'ennemi de flanc. Les Allemands avaient attaqué, sans infanterie adéquate. Si ce n'avait pas été l'emploi timide des tanks allemands, l'attaque se serait soldée par la percée de Nancy. Cependant la résistance déterminée du CCA aboutisait à la destruction de 43 tanks de la force initiale des 56 tanks du départ de cette importante concentration de blindés. Mais dans le combat, on ne fait pas d'omelette sans casser des oeufs, et nous concédions, nous aussi, 8 de nos tanks. Les 13 tanks allemands se retiraient sous le couvert de la nuit tombante et ce chiffre 13 devenait-il un chiffre maléfique pour la prochaine confrontation.!
Le contingent de Withers continuait son puissant engagement à Château- Salins et se trouvait dans l'impossibilité de céder du terrrain tellement l'action du combat était intense. Le contact avec la ville était si proche, que par moment il devenait difficile d'avoir recours à l'artillerie. Le restant du CCB, maintenait ses positions à Fresnes et un ordre était donné pour venir en support dans l'attaque de Château-Salins.
Le Combat Command Reserve détenait la plus grande superficie de Lunéville en dépit d'un puissant feu d'artillerie. Le Lt Colonel Bil A.Bailey, l'officier excécutif, du 704 Tk Destroyer Bat, fut tué par un tir de mortier alors qu'il dirigeait les opérations de son unité. Le major Henry P. Heid, ancien S3 du CCA assumait le commandement. Le CCA de la 6e Division blindée, qui arrivait vers 18.00 relevait le Combat Command Reserve dans ce secteur. Au travers de toutes ces opérations les convois de la Division avaient exeptionnellement maintenu un support rapproché pour la division. Aujourd'hui ils allaient installer leur bivouac à 3 kms au nord de Nancy sur un aérodrome abandonné par les Allemands, et ils en étaient si proches qu'ils étaient capables d'observer ces fantassins d'escarmouches qui s'établissaient seulement à 2,5 kms. Dans les combats, il faut s'accorder des temps de repos, et s'y dans ces rares cas de voisinage non souhaité.
PS: Bien que je reçoive beaucoup de réponses, j'aimerais savoir si je n'entre trop dans les détails. Sans changer en rien la traduction, je m'exprime avec d'autres et, parfois, j'ajoute l'un où l'autre terme pour rendre le récit plus vivant. Mon but est de vous faire participer. Merci de votre attention. CDLT.



Avatar du membre
H Rogister
Messages : 380
Enregistré le : 08 déc., 00:00
Localisation : Belgique

Où était la 4e DB le 21 août 1944

Message non lu par H Rogister » 21 sept., 13:00

Cher Gilbert,

Je lis avec grand intérêt ton récit sur la 4e division blindée et je suis impatient d'arriver à la bataille des Ardennes si tu as l'intention d'aller jusqu'à là.

Je sais que ce n'est pas le sujet de ce forum mais peut-être que les administrateurs seront tolérants.

Mais je suis partant pour poster la Bataille des Ardennes en anglais ou en français (pourquoi pas les deux) sur le website du CRIBA

Amicalement


Henri Rogister, Webmaster
Image

Stevenot Gilbert N.
Messages : 399
Enregistré le : 11 juil., 23:00

Où était la 4e DB le 21 août 1944

Message non lu par Stevenot Gilbert N. » 21 sept., 15:30

La 4e Division blindée le 20 septembre 1944.
_____________________________________________________________
Très tôt ce matin le brouillard était là, une fois de plus, ce qui réduisait notre vision jusque vers les 10.00, et c'est alors que nous nous appercevions, seulement, que l'ennemi s'était retiré, à l'exception de quelques tanks. Voilà une bonne affaire, nous récupérions le temps perdu. Et pourtant on dit que le temps perdu ne se récupère pas. Dans ce cas de figure, c'est bien le cas.
Le CCA se dirigeait vers le nord-est, vers 9.OO, en direction de Saregeumines pour commencer l'assaut de la ligne Siegfried.
A 09.3O, la 113th Panzer Brigade préparait son attaque à partir du sud en direction d'Arracourt menaçant l'arrière de nos colonnes avancées. Sur ordre de la Division, les contingent de Abrams et de Delk Oden retournaient vers leurs positions d'origine, après avoir réduit la ligne de front Dieuze-Hampont.
Une position défensive fut établie en ayant recours au 320th Combat Team du Combat Command de Réserve qui faisait mouvement pour prendre leurs positions. Une contre-attaque avait été planifiée et les deux contingents allaient nettoyer les environs de Moncourt et Bures, mais elle fut arrêtée par la présence des Tiger Tanks qui étaient inaccessibles de part leurs longues portées de tir.
Les contingents de Abrams, attaquaient Ley à partir du nord-est repoussant les Allemands vers Moncourt, et le combat s'est pousuivi tout le long du chemin.
Bien que le soir tombait, ce contingent attaquait toujours et s'emparait de Moncourt, malgré la forte opposition des Allemands. Laissant dans la cité des éléments avancés, le restant du contingent retournait vers ses positions d'origine.
Cette attaque s'était soldée par la destruction de 25 tanks de plus à ajouter à notre tableau de chasse, mais nous en perdions 6 des nôtres dans ces combats intensifs.
Une partie du contingent de Conley, composé d'une compagnie de Tanks renforcés, attaquait dans les faubourgs de Château-Salins, mesure de diversion pour prêter aide à Withers dans son repli de la ville. La cité avait été par intermittence sous un tir intense d'obus et devenait intenable du fait que la première avancée avait été arrêtée temporairement. La journée se soldait par 15 prisonniers de plus, et une estimation de 200 tués.




  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Retourner vers « Discussion générale sur la bataille de Normandie »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité