Andrée Barbier, 8 ans le jour du débarquement de Normandie

Combats, bombardements, déroutes... Quels ont été les impacts de la Bataille de Normandie sur les civils normands ? Cette rubrique leur est destinée : posez-vos questions ou donnez votre témoignage.
Marc Laurenceau
Messages : 2699
Enregistré le : 20 juil., 23:00
Vérification anti-robot : JE NE SUIS PAS UN ROBOT

Andrée Barbier, 8 ans le jour du débarquement de Normandie

Message non lu par Marc Laurenceau » 09 juin, 04:06

Image
Andrée Barbier devant la maison de son enfance, où elle a vécu le Débarquement, à Émondeville.

Après la guerre, les gens n'ont pas parlé aussitôt mais au fil du temps, un objet ou un lieu les font se remémorer. C'est avec ses yeux d'enfant d'Émondeville qu'Andrée Barbier raconte son D-Day.
Pendant la guerre, la moitié de la maison était occupée par les Allemands. Le capitaine avait la grande chambre, son ordonnance la petite à côté. Ils avaient aussi la grande salle à manger, en bas. Ils ne nous embêtaient pas, ils n'étaient pas méchants. À Noël, ils nous offraient même un petit goûter avec du raisin, le pied ! C'était très difficile de trouver de la nourriture. Et encore, c'était plus facile en campagne. Les plus courageux sortaient traire les vaches entre deux bombardements. Quelques hommes tuaient des bêtes en cachette des Allemands. Nous distribuions la viande et, avec le lait, nous faisions de la crème, du beurre. Il fallait partager. Ce que nous avions le plus ? Les grands biscuits pour la soupe, maman avait pensé à faire ces réserves-là.

Mon père était prisonnier en Allemagne pendant la guerre. Nous avions l'impression que tous les soldats étaient là-bas. Il est parti pendant 5 ans. Maman nous lisait ses courriers tous les jours. J'avais une copine juive aussi, une copine d'école. On avait classe de temps en temps, entre les bombardements. L'école se déplaçait souvent dans des grandes salles de ferme ou chez des gens. Un beau matin, maman m'a dit : tu ne reverras pas ta copine, ils sont partis mais on ne sait pas où. Il y a toujours ceux qui vendaient la mèche. Le débarquement approchait et je me rappelle des actions de résistance, de sabotage. Ils avaient fait sauter les lignes téléphoniques allemandes. Mon grand-père était maire d'Émondeville. Dans ces moments-là, le maire était tout de suite pris en otage. Les Allemands l'ont emmené quelque temps puis libéré. C'est incroyable qu'il soit revenu, je me souviendrai toujours du retour de mon grand-père.

J'avais huit ans le 6 juin 1944. Nous sommes partis le matin ou peut-être même la nuit, il faisait à peine jour.. Le ciel par contre était flamboyant, on aurait dit un feu d'artifice. Toutes ces couleurs, c'était en fait les tirs des canons qui visaient les parachutistes. Je suis partie avec maman, mon petit frère dans les bras de l'employée. Nous sommes partis au plus vite, à travers champs. Nous avons dû rebrousser chemin pour nous mettre à l'abri dans les tranchées. Elles étaient en forme de zigzag. Nous nous cachions dans le milieu, comme ça, si une grenade était jetée à l'entrée, elle ne nous atteignait pas. Nous sommes restés enveloppés dans des couvertures, assis sur de la paille pendant deux jours.

La nuit, c'était l'horreur. Les tranchées étaient recouvertes de fagots. Les soldats nous voyaient à travers, ils savaient bien qu'il y avait quelqu'un dessous mais ils nous ont laissés tranquilles. Dans la tranchée, on était sept ou huit personnes, nous et les voisins, blottis les uns contre les autres. La deuxième nuit, ma mère a dit : j'ai trop peur, je rentre à ma maison. Nous nous sommes cachés sous la grosse table de ferme. Un matelas au dessus, un matelas en dessous pour dormir. Nous sommes restés là tout le temps des bombardements.

Quelques jours après le Débarquement, un obus est tombé sur la maison. Il a détruit le côté des Allemands mais ils étaient déjà partis. Il y avait de la poussière, on ne voyait plus rien. Petit à petit, le calme est revenu mais nous sortions avec grande prudence. Et petit à petit, les gens osaient venir voir ce que nous étions devenus. »

Source


Marc Laurenceau
Webmaster du site DDay-Overlord et du forum
Auteur du livre Jour J Heure par Heure

Image

Avatar du membre
Noam
Messages : 233
Enregistré le : 12 janv., 00:18
Vérification anti-robot : JE NE SUIS PAS UN ROBOT

Re: Andrée Barbier, 8 ans le jour du débarquement de Normandie

Message non lu par Noam » 09 juin, 18:38

Joli témoignage. C'est intéressant de voir le jour J sous différents points de vue.


Membre de l’association « sud véhicules libres »
http://www.sud-vehicules-libres.com/

Image

Avatar du membre
Luner21
Messages : 135
Enregistré le : 29 janv., 15:49
Vérification anti-robot : JE NE SUIS PAS UN ROBOT
Localisation : Paris

Re: Andrée Barbier, 8 ans le jour du débarquement de Normandie

Message non lu par Luner21 » 10 juin, 14:46

Impressionnant.


"We salute the rank not the man" - Major Richard D. Winters

alain2904

Re: Andrée Barbier, 8 ans le jour du débarquement de Normandie

Message non lu par alain2904 » 22 juin, 21:26

Merci Marc
C'est marrant ,car je viens de t'envoyer un message a ce sujet.
Comme quoi .... :)



Avatar du membre
john9
Messages : 798
Enregistré le : 05 déc., 21:17
Vérification anti-robot : JE NE SUIS PAS UN ROBOT

Re: Andrée Barbier, 8 ans le jour du débarquement de Normandie

Message non lu par john9 » 24 juin, 20:51

Salut,

jolie petite histoire.....merci.

A+


Membre de l'association : "Les Fleurs de la Mémoire".
Membre de l'association : "DDay-Overlord" : Mémoire de la bataille de Normandie.

Avatar du membre
Manuferey
Messages : 587
Enregistré le : 23 févr., 00:00

Re: Andrée Barbier, 8 ans le jour du débarquement de Normandie

Message non lu par Manuferey » 01 août, 22:22

J’ai trouvé les noms des membres de deux familles juives arrêtées à Emondeville. Source: le livre de Michel Boivin “Les Manchois dans la tourmente de la SGM 1939-1945” (p.276 du Tome 3 – L’Occupation).

Personnes arrêtées le 22 octobre 1943:
GALANTER Robert
GALANTER Madeleine née SZOSTAK

Personnes arrêtées le lendemain, 23 octobre 1943:
ZUKER Hersen
ZUCKER Hasa née PROTAS
ZUCKER Odette - 23 octobre 1943
ZUCKER Simone - 23 octobre 1943

La copine d’Andrée devait donc être Odette ou Simone Zucker.

Emmanuel



Marc Laurenceau
Messages : 2699
Enregistré le : 20 juil., 23:00
Vérification anti-robot : JE NE SUIS PAS UN ROBOT

Re: Andrée Barbier, 8 ans le jour du débarquement de Normandie

Message non lu par Marc Laurenceau » 07 août, 07:47

Merci Emmanuel pour ces précisions.

Les six volumes de Michel Boivin "Les Manchois Dans La Tourmente De La Seconde Guerre Mondiale - 1939-1945" représentent une véritable mine d'or pour les passionnés de l'histoire de ce département pendant la bataille de Normandie.

Bien cordialement.


Marc Laurenceau
Webmaster du site DDay-Overlord et du forum
Auteur du livre Jour J Heure par Heure

Image

Avatar du membre
Manuferey
Messages : 587
Enregistré le : 23 févr., 00:00

Re: Andrée Barbier, 8 ans le jour du débarquement de Normandie

Message non lu par Manuferey » 14 août, 14:50

J'ai trouvé d'autres détails sur ces deux familles juives sur le site http://www.ajpn.org/commune-emondeville ... 50172.html

2 Familles arrêtées à Émondeville:

22/10/1943 Famille Galanter - Robert, né le 10/04/1882 à Paris, et Madeleine née Szostak, née le 25/06/1910, naturalisée française en 1931, sont arrêtés parce que juifs et déportés sans retour de Drancy à Auschwitz le 20/11/1943 par le convoi n° 62.

Déportation : 20/11/1943 convoi no 62
Source : Archives départementales de la Manche

22/10/1943 Famille Zucker - Les 4 membres de la famille Zucker, naturalisés français en 1925, d'origine roumaine et russe, sont arrêtés parce que juifs à Émondeville le 22/10/1943 par la Sicherheitspolizei. Hersen Zucker, 55 ans, né à Roman (Roumanie) le 21/06/1888, fourreur à Cherbourg et Hana, 49 ans, née à Smerya (Russie) le 06/02/1894, Simone, 21 ans, née le 15/07/1922, et Odette, née le 12/07/1929 à Paris, sont déportés sans retour de Drancy à Auschwitz le 20/11/1943 par le convoi n° 62 qui transporte 1 200 personnes, dont 150 enfants.

Déportation : 20/11/1943 convoi no 62
Source : Mémorial de la déportation des Juifs de France

La copine d'Andrée Barbier ne pouvait donc être qu'Odette, âgée de 14 ans en 1943 et née la même année ... qu'Anne Franck.

Emmanuel



Avatar du membre
MLQ
Messages : 552
Enregistré le : 29 août, 23:00
Localisation : 02 Mercin et Vaux

Re: Andrée Barbier, 8 ans le jour du débarquement de Normandie

Message non lu par MLQ » 15 août, 09:45

Bonjour

Merci Emmanuel


Michel Le Querrec
RIP [Décédé le 6 janvier 2019]


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Retourner vers « Les civils normands et la Bataille de Normandie »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité