Témoignage de Serge Lemière pendant le débarquement de Normandie

Combats, bombardements, déroutes... Quels ont été les impacts de la Bataille de Normandie sur les civils normands ? Cette rubrique leur est destinée : posez-vos questions ou donnez votre témoignage.
Marc Laurenceau
Messages : 2699
Enregistré le : 20 juil., 23:00
Vérification anti-robot : JE NE SUIS PAS UN ROBOT

Témoignage de Serge Lemière pendant le débarquement de Normandie

Message non lu par Marc Laurenceau » 10 févr., 08:04

Serge Lemière avait 10 ans en 1944. Avec ses parents et ses quatre frères et soeurs, dont un bébé d'1 mois, ils vivaient dans une petite maison au 3, rue des Cordes à Caen.

Image
La famille Lemière a passé la nuit du 6 au 7 juin 1944 près des fonts baptismaux. | Photo : Ouest-France

Quels souvenirs gardez-vous de cette journée du 6 juin ?

Le mardi 6 juin, à 13 h 30, nous sommes en train de déjeuner. La sirène retentit. Des avions, des points noirs descendent. « C'est pour nous », dit mon père. Nous nous réfugions sous la table. Ma petite soeur, à l'étage, allait être blessée lorsque la maison, de construction assez légère heureusement, s'est écroulée sur nous. On se réfugie chez Mme Appert, la voisine, qui avait une grosse maison. À 16 h 30, deux bombes tombent au même endroit. On se sauve. Rue des Cordes, on entend des cris étouffés sous des ruines. À ce moment, trois soldats allemands surgissent, nous portent, je n'étais pas bien lourd, vers l'église abbatiale. Passant devant l'Institut Lemonnier, à l'emplacement actuel des immeubles des Saint-Pères, j'ai vu des gamins se faire souffler par une bombe. Sont-ils morts ? Je n'en sais rien.

Et ensuite, comment s'est passée la nuit ?

Nous nous sommes réfugiés dans l'église abbatiale. Mon père en était le sacristain et avait les clefs. Je crois que je n'ai pas fermé l'oeil, de 18 h 30 à 7 h du matin, environ. Nous nous sommes installés près d'un pilier. La nuit tombée, je vois les lueurs de l'incendie à travers les verrières. C'est horrible, je sens l'église vibrer, tanguer. La grande porte, si lourde, est soufflée par une bombe. On craint que les voûtes nous tombent dessus. Vers 7 h, nous nous cachons dans le cloître. Là, en compagnie d'autres réfugiés, nous sommes restés une quinzaine de jours, en face de l'escalier d'honneur de l'abbaye, puis descendus dans la cave à la suite de la chute d'une bombe, jusqu'au 9 juillet. Nous avons eu à manger, je ne sais pas comment, pendant cette période. Du 25 juin au 7 juillet, c'était plus calme et nous pouvions sortir, et chaparder ça et là quelques fruits, légumes et... bonbons, confisqués par la mère supérieure !

Étiez-vous nombreux ?

Oui, mais je ne pourrais pas vous dire combien C'est pourquoi je lance un appel aux témoins de cette période. Il y avait des réfugiés dans les deux abbayes. On oublie trop souvent ceux de l'abbaye-aux-Dames.

Source : Ouest-France, 8 février 2014.


Marc Laurenceau
Webmaster du site DDay-Overlord et du forum
Auteur du livre Jour J Heure par Heure

Image

orionv
Messages : 30
Enregistré le : 26 janv., 12:57
Vérification anti-robot : JE NE SUIS PAS UN ROBOT

Re: Témoignage de Serge Lemière pendant le débarquement de Normandie

Message non lu par orionv » 10 févr., 22:02

Poignant souvenirs d'un petit bonhomme ....



  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Retourner vers « Les civils normands et la Bataille de Normandie »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités