Robert Schlotterberck de retour sur les traces de son action en 1944

Dans cette rubrique, vous pourrez vous lancer à la recherche d'adresses de vétérans du Jour J et de la Bataille de Normandie, partager vos connaissances, vos relations avec nos héros de la Seconde Guerre Mondiale.
Marc Laurenceau
Messages : 2678
Enregistré le : 20 juil., 23:00
Vérification anti-robot : JE NE SUIS PAS UN ROBOT

Robert Schlotterberck de retour sur les traces de son action en 1944

Message non lu par Marc Laurenceau » 18 mai, 16:02

Image
Le Guipavasien Jean Morvan (en haut à gauche) avait récupéré un des deux membres d'équipage du B-26 après leur saut en parachute. Lors de sa venue à Guipavas, Bob Schlotterbeck a pu le remercier. En bas, l'équipage du « Pistol Packin'Mana » avec en médaillon le jeune Robert Schlotterbeck, alors âgé de 19 ans.

Robert Schlotterberck dit « Bob », de Greenville, dans l'Ohio, faisait partie de l'équipage du bombardier B-26 touché par la DCA allemande au-dessus de Brest le 9 août 1944. Il a réalisé trois autres raids, en septembre 1944, pour bombarder Brest.

Âgé aujourd'hui de 90 ans, Bob Schlotterberck est venu passer quinze jours en France avec sa fille Christel et son beau-fils Dick. Il en profite pour retourner sur les lieux qu'il a survolés, comme Brest ou les plages du débarquement de Normandie. Une 54ème mission en quelque sorte, qui lui permet de venir à Guipavas où deux de ses camarades, parachutés, avaient été recueillis par la population. Près de 70 ans après, le vétéran américain a reçu un accueil chaleureux, marqué par la remise de la médaille de la ville.

Le 9 août 1944, c'était la 4ème mission de Bob Schlotterberck, alors âgé d'à peine 19 ans. Elle est restée très présente dans ses souvenirs tant il a eu peur. L'objectif de l'équipage était un gros cargo remorqué par les Allemands qui voulaient le couler dans le goulet afin de bloquer l'accès au port. « Vers 17 heures, le ciel était très noir au-dessus de Brest à cause des explosions et des tirs de défense antiaérienne. Juste après le largage des bombes, il y a eu plusieurs explosions très rapprochées. L'appareil a été gravement touché par des projectiles et s'est mis à grimper. Des câbles de commandes de vol avaient été sectionnés. Robert Beeson, le pilote, pensant son avion incontrôlable, sonna l'alarme d'évacuation. »

Le radio, Bob Chapman, et le mitrailleur, Loyal Henderson, avaient déjà sauté quand le pilote dit à Bob : « Attend une minute, je crois que je peux contrôler l'avion. » Pendant ce temps, les deux parachutistes seront sauvés par des Guipavasiens qui les mettront à l'abri de l'occupant allemand.

Avec le mécanicien, Norman Ferland, qui n'avait pas de kit de réparation, Bob Schlotterbeck rafistole les câbles de commandes de vol de l'avion. Faute de mieux, ils les raboutent avec du fil en cuivre destiné au freinage d'écrou. Cette réparation de fortune permet au pilote de poser le B-26 Marauder Pistol Packin'Mana en Normandie, libérée de l'occupant quelques jours avant, sur une piste fabriquée près de Sainte-Mère-l'Église.

Source


Marc Laurenceau
Webmaster du site DDay-Overlord et du forum
Auteur du livre Jour J Heure par Heure

Image

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Retourner vers « Les vétérans du Débarquement et de la Bataille de Normandie »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité