Photo para en Normandie

Vous avez découvert un nouveau film documentaire ou de nouvelles photos sur la Bataille de Normandie et vous souhaitez les présenter aux visiteurs du site DDay-Overlord.com ? Rejoignez cette section !
Jo Juno Beach
Messages : 357
Enregistré le : 09 avr., 23:00

Photo para en Normandie

Message non lu par Jo Juno Beach » 03 juin, 19:25

Bonjour, voila j'ai une image que je trouve bien, et je me demendai si certains membres pourrait me dire de quel unitée et régiment fesait partit les gars sur la photo? Image Je sait déja quelle a été prise a St-Marcouf...

Enfin bref, voila la photo en question:

http://www.servimg.com/image_preview.ph ... u=11192699Image

Merci bien Image



para-dice
Messages : 68
Enregistré le : 17 août, 23:00

Photo para en Normandie

Message non lu par para-dice » 03 juin, 22:50

Bonsoir Jo Juno Beach!
Voici ce que je sais à propos de cette photo:
Le para qui tient le drapeau (croix gammée) s'appelle James Flanagan, de la compagnie C du 502ème ainsi que la Task Force Stopka dans la cour de la ferme de Marmion de Ravenoville (lieu de rassemblement de nombreux paras de la 101ème Airborne).
A+. Paradice



Jo Juno Beach
Messages : 357
Enregistré le : 09 avr., 23:00

Photo para en Normandie

Message non lu par Jo Juno Beach » 03 juin, 23:06

Interressant Para-Dice, merci beaucoup.... Le para, James Flanagan, sait tu si il a survécu a la guerre?

Merci, a+



para-dice
Messages : 68
Enregistré le : 17 août, 23:00

Photo para en Normandie

Message non lu par para-dice » 04 juin, 00:30

En tapant son nom et son prénom dans la base de données du site à propos des soldats américains morts au combat pendant la seconde guerre mondiale, je n'ai rien trouvé...donc je poursuis mes investigations!!
A+. Paradice



damien
Messages : 162
Enregistré le : 08 déc., 00:00

Photo para en Normandie

Message non lu par damien » 22 déc., 21:46

Image

L'interview de James Flanagan

La seconde guerre mondiale : Entretien avec James Flanagan(parachutiste de la 101 eme aeroportée)sur le D-Day
James Flanagan a sauté sur la normandie le 6 juin 1944, c'est là ou à été prise cette célèbre photo dans de journaux à travers les États-Unis.

Interview de James D. Sutton Interview de James D. Sutton

L'invasion du D-Day a commencé de plusieurs heures, James Flanagan, au centre, avec d'autres parachutistes de la 101ème division aéroportée, ont capturé un drapeau nazi d'un poste de commandement allemand qui siègeait dans une ferme près de Ravenoville. Les parachutistes ont atterri dans le milieu de la nuit pour éliminer la résistance allemande le long des jetées à Utah Beach (Archives nationales).
James Flanagan parachuté en Normandie quelques heures avant l'US Army la 4e division d'infanterie ont réussi àdébarqué à Utah Beach le 6 juin 1944. Lui et ses camarades soldats aéroportés ont été parachuté au milieu de la nuit, chargés d'éliminer toute résistance allemande vulnérables derriere Utah. C'est la plus grande invasion amphibie de l'histoire.

Après leurs parachutage près de Ravenoville, en France, le premier véhicule que le parachutiste a vu plus tard dans la matinée alors que le nettoyage à proximité d'une ferme du complexe a été effectué en provenance de la plage. Le véhicule transportant deux hommes, l'un était un photographe de International News Service. Il était 9 heures, trois heures environ après les troupe débarqué sur la plage d'Utah.
Les soldats ont eu une brève temporisation afin que le photographe puisse enregistrer l'événement. Flanagan, dans le centre, sourit tandis que l'imposant drapeau nazi, qui avait été capturé à partir du poste de commandement ennemi. Ou maintenant les paras occupent la ferme. Lorsque cette photo a été publié aux Etats Unis, il est devenu l'une des photos les plus distribué prises par les événements du 6 juin.

Flanagan parle avec le magazine de seconde guerre mondiale sur la façon dont son groupe avait capturé le drapeau, sa participation à l'invasion de la Normandie et aussi au sujet de son histoire raconté avec le 502e régiment d'infanterie parachutiste, 101e division aéroportée.

La seconde guerre mondiale: Je vois que vous avez la photo D-Day qui est devenu bien connu.

Flanagan: Oui, ma s?ur, qui était à New York à ce moment-là, est descendu à l'International News Service bureau juste après le jour J et a décroché la photo pour moi. Il est toujours accroché sur le mur, là-bas (dans son bureau).

La Deuxième Guerre mondiale: Dites-nous comment l'image s'est produite

Flanagan: Le photographe qui a pris cette photo a été le premier signe que nous avons eu ce matin de la 4e Division d'infanterie qui a débarqué avec succès sur Utah Beach. Lui-même et un autre collègue ont été jusqu'à nous en jeep de la plage. Ils étaient en tête de la 4e troupes d'infanterie. Ils ont roulé directio la ferme, et le photographe nous a appelés, "Hey les garçons, je peux prendre quelques photos?" Le drapeau nazi que je tenai était accroché dans le poste de commandement. Le casque allemand à mes pieds dans le bas de la photo était encore là où il appartenait à un allemand qui sont morts en défendant la place.

La Deuxième Guerre mondiale: Avez-vous garder le drapeau?

Flanagan: Oui, j'ai les eu pendant de nombreuses années. Le 10 juin 1986, j'ai fait don du drapeau au général Donald Pratt pour le 101e Airborne Museum, où il est aujourd'hui.

La Deuxième Guerre mondiale: Comment êtes-vous devenu membre de la célèbre 502eme Parachute Infantry Regiment?

Flanagan: j'ai obtenu mon diplôme d'études secondaires en 1941 à Fairfax, J'ai toujours été fasciné par l'aviation et je suis allé à l'École nationale de l'aéronautique pendant quatre mois, puis je suis allé travailler sur le Lockheed Vega - usine numéro un, Kansas City, Mo. j'étais travaillai pour B-34s de l'armée américaine. J'ai également été envoyés à Dallas, au Texas, où j'ai travaillé sur la version britannique du P-38, un avion Lockheed appelé le 322, et j'ai construit des sous-ensembles de pièces pour les B-17. Après Pearl Harbor, j'ai essayé de rejoindre les Marines, mais ils ont dit ma vue n'est pas assez bonne. En décembre 1942, je me suis enrôlée dans l'armée. Pour les deux prochains mois, j'ai assisté à ce qu'on a appelé le Programme de formation spécialisée de l'Armée (ASTP) à Iowa City, dans l'Iowa. Après quelques mois, un ami et moi avons décidé que les 6 heures du matin jusqu' à minuit d'étude intensive, ce régime n'était pas pour nous. Il nous avait dit, "Nous n'avons pas à suivre nos études" et ont a été rapidement rejetée.

La Deuxième Guerre mondiale: qu'avez-vous fait alors?

Flanagan: De ASTP nous ont été envoyés au Centre de l'infanterie de remplacement au Camp Chaffee, Ark m'a donné un cours pour le fonctionnement de la M-1 scout voiture. Je n'ai pas de soins pour ça.
Un de mes amis a vu une affiche pour les parachutistes. Nous avons tous les deux signés. Nous avons été envoyés à Fort Benning, en Géorgie, pour sauter à l'école. ASTP était un morceau de gâteau par rapport à l'école de saut. Après l'école de saut, nous avons été formé à l'intérieur du 542e Régiment. Nous avons pris notre avancée à travers la formation d'infanterie de Fort Benning fleuve sur les berges de la rivière Chattahoochee. En la fin de l'armée la 542e est partagé parce qu'elle n'était pas prête au combat, de sorte qu'il a été chacun de nous diviser et nous place dans le 11e, 82e et 101e divisions aéroportées. Nous avons été envoyés au Camp Shanks, près de la ville de New York, angeburg, à environ 15 milles de là, sur le côté ouest de la rivière Hudson.

La Deuxième Guerre mondiale: Comment êtes-vous arrivé en Europe?

Flanagan: Nous avont été enbarqué sur ETO [European Theater of Operations] du de Camp Shanks. Nous avons traversé l'Atlantique sur un ancien bateau de banane. L'Atlantique Nord est un vrai tigre - c'était en hiver, avec des vagues de 45 pieds. Presque tout le monde fut malade, y compris parmi les marins. Je suis rester en dehor de la cale du navire, parce que l'odeur de là-bas était terrible.

La Deuxième Guerre mondiale: Où était votre premier camp en Europe?

Flanagan: Camp Clatybaugh, près de Belfast en Irlande du Nord. Il y avait un vieux château, au motif - nous étions logés dans les écuries. Nous y sommes restés jusqu'au mois d'avril 1944. On était environ 200 d'entre nous à ce camp. Ce camp composaient d'hommes qui seraient répartis entre les 501e, 506e et 327e régiments de parachutistes d'infanterie de la 101e. Je suis devenu un "rifleman" dans le 2e peloton, la compagnie C, 502e régiment d'infanterie parachutiste. Il y avait aussi des hommes qui sont intègré la 82e division aéroportée. Nous avons quitté l'Irlande pour l'Angleterre, un mois avant le 6 juin.

La Deuxième Guerre mondiale: Quel type de formation avez-vous reçu avant le jour J ?

Flanagan: Nous avons fait de la pratique sur le terrain. Une mauvaise ampoule sur mon pied m'a tenu de la participation à la seule pratique de saut nuit avant la Normandie, je suis allé sauter le jour J sans ne pas avoir sauté depuis Fort Benning.

La Deuxième Guerre mondiale: Comment s'est passé votre saut?

Flanagan: Le saut à l'origine devait avoir lieu tôt dans la matinée du 5 juin, mais elle a été annulée en raison des mauvaises conditions météorologiques. Mais au 6ème jour de juin nous avont sauté. Dans mon bataillon J'ai été le premier à monter à bord de l'avion et, par conséquent, le dernier à sauter. De mon point de vue, j'ai eu l'occasion d'observer le pilote, le copilote et le mécanicien navigant. Une fois de plus la France, multicolore traceurs rempli le ciel. Il n'y avait pas moyen de ces pilotes allaient ralentir à 110 km / h pour que nous puissions sauter sans risque. Je me rappele que certains de ces pilotes étaient si jeunes qu'ils n'avaient pas encore rasé. Mon avion n'était pas à la bonne altitude. Le C-47 avait le nez vers le bas et se dirigeant vers la maison. J'ai été le dernier a sauté de celui-ci. Quand j'ai chuté dans le vide, ce fut un choc! À ce même instant, j'ai atterri dans environ quatre pieds d'eau. L'eau a ammorti l'atterrissage de ma chu tellement mieux que si j'avais sur le sol, mais tout de même, le débarquement avait commencé !
L'eau était froide et salée. J'ai atterri à mi-chemin entre Ravenoville et Utah Beach.

La Deuxième Guerre mondiale: Une fois sur le terrain, comment avez-vous procéder?

Flanagan: j'ai commencé la recherche de mon objectif. Au début, je ne reconnaîssai pas ma position sur la carte que j'avais déjà étudié. J'ai entendu quelques tirs, alors j'ai commencé à aller vers Ravenoville. Le tir venait d'une Mg 42. La personne tirant sur la gâchette, toutefois, n'était pas un très bon tir. L'armée m'avait formé pour explorer afin que j'étais seulement 4 pouces du sol, c'est ce que j'ai fait. Bientôt il n'y avait plus de ces tirs. J'ai commencé à reconnaître les sons de nos M-1s. En guise de clair de lune, en utilisant mon déclic, j'ai commencé à rejoindre les troupes des autres compagnies et des régiments. Par l'aube, il y avait environ 20 d'entre nous. Nous ne savions pas les uns les autres, mais un grand (Major John P. Stopka, 3/502nd) était là, et nous nous sommes organisés en un groupe et nous ont conduits à une attaque d'une garnison allemande à une ferme (Marmion) à Ravenoville. Cela a également été le lieu de la MG42 allemande, qui avait été tiré sur nous. Les Allemands étaient nombreux. La bataille a duré environ une heure et demie. Une fois la ferme capturé, le principal pour nous était de la garder, on a effectué des patrouilles dans les zones éloignées afin de garder les Allemands futurevement loin nous. Nous avons maintenu des avant-postes et des patrouilles jusqu'à là nous étions soulagés pour plus tard dans la journée. Nous avons également eu une douzaine de prisonniers qui nous avons dû faire face. À midi, la 4e division d'infanterie étaient arrivés d'Utah Beach, et nous avons été soulagés. J'ai passé la nuit du 6 juin au Ravenoville. Le 7 juin, j'étais de retour avec mon régiment et compagnie, où j'ai été affecté à des patrouilles dans et autour de la 502e dans mes domaines de responsabilité, en Normandie, près de Houseville. Nos patrouilles dans cet zone était de tenter de nettoyer les défenses allemands restantes.
Nous étions dans la brousse, dans les bocages. Ils ont tendu une ataque sur nous, et nous les avons pris en embuscade. Cela a duré plusieurs jours.


(c'est assez long je mettrai l'interview en plusieurs fois)



damien
Messages : 162
Enregistré le : 08 déc., 00:00

Photo para en Normandie

Message non lu par damien » 22 déc., 22:55

suite

La Deuxième Guerre mondiale: Parlez-nous de la bataille de Carentan.

Flanagan: Nous avons été informés par nos chefs que Omaha Beach a eu à faire à une certaine résistance alors que beaucoup d'hommes et de matériels essayaient de faire leur chemin au large de la plage. Comme nous voulions que nos deux plages Utah et Omaha sont relier ensemble. Carentan était entre ces deux plages était primordial et il est devenu notre objectif.

La Deuxième Guerre mondiale: Quel rôle avez-vous jouer dans la bataille pour Carentan?

Flanagan: Je me souviens de notre régiment menant à la première attaque de la jetée qui mène à Carentan, le 10 juin 1944. Je me souviens de la route qui était longue et droite, avec quatre ponts entre nous et Carentan. Nous avons été mitraillé et bombardé par Junkers Ju-87s. Les Allemands nous nous ont menaçé avec leurs artilleries, avec mortiers et mitrailleuses lourdes. Ils savaient que nous étions en descendant sur la route en entrant dans Carentan, et nous avons continué malgré tout sous le feu ennemis. Nous aurions dû entamer sur cette voie un jour plus tôt, mais les ponts étaient tellement vissé. Je me souviens de la quatrième et dernière portes de Carentan avait une lourde porte en acier, qui a permis à environ 11 1 / 2 pieds de déminage puissent se faufiler à travers, ce qui nous place naturellement en bottes, lorsque nous avons essayé de passer à travers. Cela avait vraiment ralentit les choses. Personne n'a dormi. Nous avons été attaqué dans la nuit et le lendemain. On ne voyaient rien dans la nuit. Tout le monde dans mon peloton étaient aux aguets avec ses armes. De temps en temps, quelqu'un ont été touché. Les Allemands ne pouvaient pas nous voir dans le noir également. Ils ont tiré quelques tours ici et là à plusieurs, en anticipant notre mouvement. Nous avons perdu beaucoup d'hommes. Nous étions dans un état déplorable. Mon peloton a subi environ 20 pertes. À la fin de la journée du 11 juin, nous étions de retour à Saint-Come-du-Mont, où nous étions nourris pour la première fois par les cuisines. Ceci change des rations K. On même eu de la crème glacée. Le lendemain, nous sommes retourné près de Carentan, je crois au sud-ouest de la ville, où nous avons été mis dans en attente. Nous avons dormi dehors sous abri, mais qui fuiait facilement sous la pluie battante. Nous avons vite fait l'attaque de la ville par rapport à la 506e pour la dernière poussée dans le centre de ville le 12 juin. Ensuite j'ai pris part à un peu plus de patrouilles près de Carentan. J'étais désormais un scout en raison de pertes plus tôt dans ma section. Je suis sorti sur à plusieurs en patrouilles avant d'être envoyé à Cherbourg avec le reste de ma companie.


La Deuxième Guerre mondiale: Quel a été votre dernière mission de combat en Normandie?

Flanagan: Après Carentan, nous avons pris quelques jours de repos. Des remplaçants sont venus dans notre companie. Nous étions stationnés au sud-ouest de Carentan. Nous avons élargi notre zone de contrôle par le biais de patrouilles et d'avant-postes. J'étai de la parti comme éclaireur. La pluie est venue. C'était assez misérable pour les deux parties. Mais avant de quitter la Normandie, on nous a donné une dernière tâche, nous avons été envoyés à Cherbourg. Notre mission est de localiser, désamorcer et enlever les pièges et mines terrestres le long des routes et dans les bâtiments, qui avaient été placés par les Allemands pour ralentir notre avance. Il nous ont demandé de le faire parce que nous avons eu l'expérience avec le déminage. Nous avons fait un bon travail, personne dans mon groupe a été blessé à enlevé ces obstacles. Vers la fin juin, un LCT (engins de débarquement) nous avait accueillies et nous a ramenés en Angleterre, où nous avons établi pour notre prochaine mission. En Angleterre, nous avons eu un tas de nouveaux garçons vennant se joindre à notre companie, et d'autres encore rentraient de l'hôpital. Les nouveaux mecs avaient besoin de beaucoup d'aide. Nous avons été fourni en armes et effectué des opérations de formation la nuit pour voir comment les nouveaux gars se comportaient. Nous avons été mis en état d'alerte pendant un certain nombre de missions que nous devons faire, mais nous avont pas été envoyés sur une autre mission jusqu'en septembre en raison de la réussite de lieutenant général George S. Patton et de ses chars.

La Deuxième Guerre mondiale: Parlons de votre prochaine mission, l'opération Market-Garden.

Flanagan: Market-Garden était une opération aeroportée de jour. Nous allions voir si elle était meilleure par rapport à la nuit ou nous avons sauter en Normandie. Les vétérans de la Normandie transportés avaient plus d'expérience. Nous avons également eu des chasseurs d'escortes de vol de 500 pieds au-dessous de nous - Spitfires, Mustangs et Thunderbolts. Ils désinfectaient par le domaine de vol en zigzag sous nos transports et à tirer sur tout ce qui pourrait avoir interféré avec notre mission. Il fessait un beau temps, le 17 septembre. Nous sautons, passant d'environ 1100 pieds, alors que nous avions un peu de temps pour voir le paysage. Nous avons également eu le temps de récupérer notre arme si le feu ennemi nous menaçait depuis le sol. L'atterrissage pour moi s'est passeé en douceur dans un champ labouré. Je me suis rélevée de ma chute. Je venai de suivre la trajectoire du gars qui a atterri à venir. J'ai sauté dans le milieu de mon bataillon, ce fut alors une tâche facile pour moi.

Deuxième Guerre mondiale: Quel était votre objectif?

Flanagan: Nous étions en place pour former et pour attaquer Saint Oedenrode. On nous a dit que les Néerlandais sont nos alliés, que nous devions procéder avec prudence, d'être prudent en ce qui concerne le néerlandais civils dans la ville, et à réduire au minimum les dégâts matériels. Nous sommes arrivés jusqu'à un pont menant vers St. Oedenrode, et les Allemands ont ouvert le feu sur nous. Nous avons eu un certain nombre de combats sporadiques. Au coucher du soleil de ce soir-là, nous avions à nettoyer la ville des allemands. Ceux là ont laissé derrière eux de l'aide médicale dans la ville, nous avons capturé un médecin allemand. Notre 1er Bataillon médecin a dû rappeler au médecin allemand qu'il possèdait toujours le port d'un pistolet de calibre .32-, il nous la remis à contrecoeur. L'hôpital civil néerlandais avait aussi en son sein les médecins qui travaillaient. Les Allemands ont laissé derrière eux les plus gravement blessés, ils sont devenus nos prisonniers.

La Deuxième Guerre mondiale: vous avez été blessé près de St. Oedenrode?

Flanagan: Oui, j'ai duré moins de 24 heures sur le sol Hollandais

Deuxième Guerre mondiale: Parlez-nous de cela.

Flanagan: Vous avez peut-être entendu parler de "l'épisode des sept jeeps". Un colonel de l'autre companie, et non pas un officier de l'air, se déplacait sur une route non sécurisé avec sept jeeps qui étaient venus par planeur. Il a été jusqu'à prendre une route avec des soldats. Il avait été averti par un député à l'intersection Y que la route, celle ci était sur le point d'etre pris, c'était un chemin. Le colonel de toute façon était pressé pour arriver à Best. Eh bien, près de la moitié aux trois quarts de mille dans son chemin, il se heurta à la résistance allemande. Il etait contraint d'abandonner ses sept jeeps, et tenter de faire son chemin vers nos lignes près de St. Oedenrode tout ceci sous le feu de l'ennemi. Une des jeeps a été frappé et détruit. Eh bien, les sept jeeps étaient là juste à gauche, et l'Armée réclamaient leur retour. Le lieutenant-colonel est allé à Wall, mon chef de peloton, et lui a demandé de prendre un groupe d'hommes et de récupérer les sept jeeps. Notre 1er Bataillon commandant de la 502e Wall lieutenant donna la permission de prendre deux escadrons pour récupérer les jeeps. J'était de la partie comme éclaireur. À ce moment, j'avais une carte corporels, ayant été choissi pour cette position parce que j'avais été rapporteur expérience en étant civil. Je me souviens d'un soldat nommé Junior qui était de mon peloton d'éclaireurs. J'ai été le deuxième éclaireur. Alors que j'étais sur le point de partir tôt le matin, remontant le fossé de drainage le long de la route vers notre objectif, je remarque une maison aux brique typique hollandaise où une fenêtre était ouverte avec les rideaux tirés en arrière. Elle était très suspect, j'ai pris mon M-1 et pointant celui ci vers la fenêtre. Mon intuition était bonne, j'ai vite découvert qu'il y avait une MG 42 dans ce bâtiment. J'ai tiré huit balles dans la fenêtre et rapidement tait la MG 42. Mais ces machines-allemand canonniers n'était rien par rapport à ce qui s'en suit. Soudain, après 50 mètres parcourue des mortiers ont commencé à se mettre en action on s'est tous couchés dans le fossé.
Nous étion visées avec précision, les mortiers explosaient à coté de moi vers mon poste . Je me suis cachée dur dans le fossé, mais les mortiers conservaient le tir sur moi jusqu'à ce que l'une a explosé à côté de moi. La force était si grand qu'il me faisa projecter hors du fossé et fait sauter le stock ou je perdit mon M-1. Dans mon corps il y avaient des éclats d'obus dans environ trois douzaines de places dans mes bras, les côtes et les jambes.

La Deuxième Guerre mondiale: Comment avez-vous été sauvé ?

Flanagan: Je me souviens de tous cet instant, un homme me portant aide m'avait donné une morphine. La morphine fit effets que je me sentai tellement bien que je suis revenu à pied où une jeep m'avait reccueillies en chemein pour me transporté à l'hôpital de St. Oedenrode. J'ai été hospitalisé pendant quatre à cinq jours avant d'être transféré à Bruxelles, en Belgique, ensuite à un hôpital d'évacuation Britannique pendant encore quatre à cinq jours. Un hôpital britannique signifiait la terrible rations britannique. Il a été le cas pour le petit déjeuner de thé et de porridge chaud, sans crème ni sucre. Le déjeuner n'était pas beaucoup mieux.
Et on pouvez perdre du poids dans un hôpital de campagne britannique.
J'ai finalement été transféré à un autre hôpital pour quelques jours avant d'être transporté en Angleterre sur une Royal Canadian Air Force C-47. Une fois de retour en Angleterre, un groupe de garçons attrape mon brancard et m'a enlevé de l'avion. Nous étions assis et visité par le "doughnut Dolly", qui etait venu et m'a donné à moi et au autres blessés transportés beignets et du café. Le beignet Dolly étaient tellement attrayant et gracieux qu'ils n'ont ont plus, on s'est senti mieux que quiconque ou quoi que ce soit d'autre. Maintenant, nous sommes en octobre, et je suis dans la 61e hôpital général de l'Angleterre. Les médecins n'y trouve pas d'infections parmi les trois douzaines de pièces d'éclats d'obus dans mon corps. Donc, beaucoup de temps a passé depuis ma bléssure et mon corps a commencé à guérir des éclats d'obus, sans infection donc, les médecins ont décidé de ne pas m'operer. Ils m'ont donné une kinésithérapeute qui m'a aidé à retrouvé la force de mes muscles, les dommages de celui ont été causés par les éclats d'obus. Pour ne pas s'ennuyer de l'hôpital, nous faisions des courses de béquilles. C'est incroyable à quelle vitesse vous pouvez déplacer avec des béquilles avec un peu de pratique. J'étais dans cet hôpital pendant environ deux mois avant d'être renvoyée.

La Deuxième Guerre mondiale: Où étiez-vous lorsque vous avez terminé votre séjour à l'hôpital?

Flanagan: j'étais rentré à la 502e, actuellement stationnés à Mourmelon, en France. Je suis arrivé quelques jours avant le début de la Bataille des Ardennes commence. Quand je suis retourné à mon peloton, j'ai remarqué que la plupart des visages étaient différents. J'ai n'est pas reçu une convalescence des sept jours passer pour que je puisse visiter Paris. J'ai vu ces ordres assis sur mon CO's desk. Lorsque la bataille éclate à Bastogne, c'était bien entendu annulé pour moi et pour toute les autres personnes. Je me souviens du sergent criait: «Tout a été annulé", et nous ordonnant de se préparer à quitter ce pays. J'ai été réédité d'un M-1 et un colt.45. Nous avons été transpoté dans les camions, nous étions sérées comme du bétail pour aller à Bastogne. Les camions étaient ouverts, nous avons très froid certe en étant si étroitement emballées ensemble. Je suis allé en Bastogne avec mon uniforme d'été. Nous n'avons reçu aucune galoshes pour protéger nos pieds. En fait, nous n'avions pas eu froid toute suite. Nos bottes ne sont pas très bonnes dans le froid et pluvieux

Seconde Guerre mondiale: Qu'est-ce que vous vous rappelez à propos de votre arrivée à Bastogne ?

Flanagan: Nous avons commencé à prendre des des tirs de 75 et 88mm avant Bastogne nous sommes entrés dans la zone et ont réussi à creuser des tros de souris. Tout ce que je me souviens, c'est là où ils m'ont dit d'aller. Comme je regardai autour de moi, je me souviens d'avoir reconnue quelques visage familiers. Il faisait très froid ! Noël est surtout une chienne!



damien
Messages : 162
Enregistré le : 08 déc., 00:00

Photo para en Normandie

Message non lu par damien » 22 déc., 22:55

La Deuxième Guerre mondiale: Que s'est-il passé le jour de Noël ?

Flanagan: Avant le petit-déjeuner, les panzers allemands ont commencé à pousser nos lignes que nous tennions à la périphérie du village de Champs. Ils avaient pénétrés nos lignes à l'est de Flamierge, envahissant les positions tenues par les 327e et 401e. Ma companie C et B étaient en cours de route pour soutenir la défense, qui était attaqué par environ 18 chars allemands soutenue par une infanterie qui se trouvaient sur les côtés et les reserves. Nous avions quelques chars M-4 et deux Shermans haute vélocité tank destroyers du 705e Bataillon Tank Destroyer et de la 4ème Division Blindée. Nos tireurs ont commencé à tirés sur l'infanterie allemande tandis que les Shermans et TDs (tank destroyers) sont allés se battrent contre les panzers. Les récoltes et d'autres cultivations divers de la région formaient des monticules de terre, qui étaient d'environ 70 centimètres de hauteur par 1 mètres de largeur. Nous avons utilisé ces monticules comme protection, tout comme nous étions sous le feu de l'infanterie allemande. Il faisait si froid que ces monticules étaient gelés mais nous fournissaient une excellente couverture dans les champs ouverts. Finalement mon but etait de rentrer à l'orée des bois qui nous protégeraient des tirs. Je me souviens de la difficullté pour courir jusqu'à l'orée des bois et de sauter ensuite par-dessus les tas de fueilles. Je courais à côté d'un officier. Soudain, un arbre a explosé touché directement par un tirs de 88. Je ne sais pas si l'officier a été touché. Heureusement, je n'ai pas été touché, mais je me suis retrouvé propulsé dans les airs, et quand j'ai atterri j'ai été à dans l'eau jusqu'aux hanches dans un ruisseau géleé. La force de mon atterrissage avaient cassé mon pouce a cause de la glace, et maintenant j'étais dans le pétrin. Autour de ce même temps, les TDs sortit, commençaient à pilonné les allemand qui étaient hors de la forêt à découvert. Ils étaient à bout portant ils étaient vulnérables et même la partie arrière des panzer étaient à découvert. Les Allemands n'ont pas pu réagir assez vite parce que leurs chars n'étaient pas aussi rapides que les TDs. Je ne me souviens pas de tout mais les Allemands ou leurs panzers ont échappé à cette attaque.
Ils ont perdu tous leurs tanks que nous avons récupéré, et nous avons abattu leur infanterie. Pour toutes personnes qui voulaient échaper à ce carnage, il aurait fallu être très rapide.

La Deuxième Guerre mondiale: Donc maintenant vous êtes dans 1 mètre d'eau dans un ruisseau gélée.

Flanagan: Je eu des engelures. J'ai été envoyé dans un hôpital de Bastogne. Peu de temps après mon arrivée, les médecins ont pris une pinte de mon sang. Il m'ont dit qu'il y en avaient d'autres qui sont pire que moi et qui avaient besoins d'aide. Ceci a été répété à nouveau 10 jours plus tard. J'ai été hospitalisé pendant environ deux semaines. Un jour, j'ai rejoint mon peloton, et nous nous sommes rapidement passés en Alsace.

La Deuxième Guerre mondiale: Quel a été votre mission dans la région alsacienne ?

Flanagan: Nous avons été de patrouille dans la région de la rivière Moder, près de Haguenau. Vous imaginer que notre peloton était encore faible à ce stade de l'action après Bastogne. La reconnaissance du long de la rivière Moder a été difficile en raison du froid, le courant était rapide. Les Allemands contrôlaient également de l'autre côté de la rivière. J'ai vu mon frère, qui se trouvait dans une autre division d'infanterie, alors que j'y étais. Après cette action, nous avons été renvoyés à Mourmelon en France sur «Quarante et Eights" wagons de chemin de fer.

La Deuxième Guerre mondiale: À ce moment-là, vous devez avoir eu le sentiment que la fin de la guerre était proche?

Flanagan: Pas vraiment. Nous avons eu peur car nous avons pensé que nous étions tous bon pour être envoyés se battrent contre le Japon.

La seconde guerre mondiale: Quel a été votre dernière ennemi avant la capitulation?

Flanagan: Nous avons été envoyés à Berchtesgaden. Quand nous sommes arrivés, la guerre n'était pas encore terminée. Un uniforme de troupe SS qui étaient là n'avaient pas encore servi. Nous avons effectué des patrouilles, mais ils nous dissaient de rester en dehors de tir, car la guerre allait presque se terminée. Les soldats SS ne voulaient pas se battre non plus. Il y avait une certaine fierté professionnelle engagée dans cette coopération. Je pense que nous étions tous de réflexions sur la façon de sortir de cette guerre en vie.

La Deuxième Guerre mondiale: Etiez-vous à la 101e pour le reste de la guerre?

Flanagan: J'ai été expédiées aux États Unis en décembre 1945 dans un autre bateau de banane au cours d'une autre série de terribles tempêtes de l'Atlantique. Les mers sont si rudes que même le gars sont devenu maigre gars parce qu'ils ne pouvaient pas garder en soi la nouriture mangé. Peu de gens avaient de l'appétits. Notre navire qui nous conduisaent s'était dépollué et s'approvisionnenaient en carburant, car de l'eau l'eau salée était rentrédans celui ci. Nous avons dû à la vapeur d'eau vers les Açores pour réparations nécessaires avant l'étape finale, la maison de Boston.

La Deuxième Guerre mondiale: En plus de la photo avec le drapeau, vous avez d'autres souvenirs de la guerre?

Flanagan: J'ai un M-1 Garand, mais ce n'est pas cellui ci que j'ai eu en Europe. J'ai aussi ma veste M-42 et la veste "Eisenhower", et ils sont encore bonne moi!



Après la guerre, James Flanagan déménage en Californie et une fois de plus poursuivi son intérêt pour l'industrie aéronautique. Depuis plus de 50 ans, il a eu une carrière large et variés dans l'aéronautique. Un pilote certifié, instructeur de vol, au sol et instructeur de l'école de mécanicien, il est aussi un inspecteur qualifié et expérimenté qui certifie avion pour le vol. Pendant des années, il a été inspecteur pour Lockheed aéronefs, y compris les combattants construit pour les militaires. Il a également travaillé pendant de nombreuses années pour le Pacifique Aeromotive en Chine, Calif

Flanagan et son épouse, Dorothy, vivent à l'extérieur de Sacramento.
Il met 40 heures par semaine pour allé à un aéroport voisin, où il est le rétablissement d'un millésime North American T-6 Texan pour un client.
Dans un autre projet récent, il restaure un Hawker Sea Fury appareils à hautes performances, qui avait dans le ventre Reno Air Races. Chaque septembre Flanagan participe également à l'Reno Air Races.
Lorsque le temps le permet, l'ancien parachutiste de la 101 eme aeroportée travaille sur ses mémoires de la Seconde Guerre mondiale.

Cet article a été écrit par James D. Sutton, qui est un contributeur régulier du Magazine La Deuxième guerre mondiale. Comme le directeur des écoles de Kalama, Wash, il a été reconnu à l'échelle nationale pour son utilisation de "Band of Brothers" matériaux comme outil d'enseignement. Cet article a paru initialement dans le numéro de juin 2004 de la Deuxième Guerre mondiale, le magazine! Pour plus d'articles souscrire à la Deuxième Guerre mondiale, le magazine!


voila j'ai fait une traduction google c'est pas top des passage mais c'est compréhensible Image
(voila j'espère que c'est mieux) Image bonne journée



Invité

Photo para en Normandie

Message non lu par Invité » 22 déc., 23:03

NOOOOOOON! pas un traducteur en ligne!!!
damien ; ton intention est formidable mais t'es tu seulement relu??? c'est de la bouillie de chat ton affaire!!!

Et tu nous en sert trois pages!!! on a pas mérité cela!! c'est Noêl Mer...! un peu de compassion pour Molière, Balzac, Hugo stp...

Un extrait au pif ; "Ma companie[C] et B Société étaient en cours de transfert pour l'aider dans une entreprise, qui était attaqué par environ 18 chars allemands et de soutien d'infanterie qui se trouvaient sur les côtés et les réservoirs."

Jesus freaking Christ! quelle daube! Image Image



damien
Messages : 162
Enregistré le : 08 déc., 00:00

Photo para en Normandie

Message non lu par damien » 22 déc., 23:05

James F. Flanagan il y a quelques années

Image



damien
Messages : 162
Enregistré le : 08 déc., 00:00

Photo para en Normandie

Message non lu par damien » 22 déc., 23:12

[quote=gennaker]NOOOOOOON! pas un traducteur en ligne!!!
damien ; ton intention est formidable mais t'es tu seulement relu??? c'est de la bouillie de chat ton affaire!!!

Et tu nous en sert trois pages!!! on a pas mérité cela!! c'est Noêl Mer...! un peu de compassion pour Molière, Balzac, Hugo stp...

Un extrait au pif ; "Ma companie[C] et B Société étaient en cours de transfert pour l'aider dans une entreprise, qui était attaqué par environ 18 chars allemands et de soutien d'infanterie qui se trouvaient sur les côtés et les réservoirs."

Jesus freaking Christ! quelle daube! Image Image[/quote]

c'est clair gennaker moi perso je ne suis pas un adepte de la langue de shakespeare,c'est vrai que toi tu à l'air de bien maitriser ce côté là je t'envie Image donc c'est pas terrible je sais desfois c'est pas très compréhensible mais j'ai quand meme reussi à comprendre
Demain si j'ai le temps je retravaillerai ceci j'éditerai ensuite !
Image




  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Retourner vers « Films documentaires et images de la Bataille de Normandie »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité