Libération de la ville d'Angers

Le front de l'Ouest ne se limite pas à la bataille de Normandie : discutez ici des autres grandes batailles !
Cuniculus
Messages : 1
Enregistré le : 16 janv., 00:00

Libération de la ville d'Angers

Message non lu par Cuniculus » 16 janv., 23:34

J'ai récemment trouvé rive gauche de la Maine, près du pont de Pruniers une cartouche américaine de mitrailleuse M2 Browning avec les initiales LC 42 (Lake City 1942) inscrites sur le culot et qui atteste bien des combats qui se sont déroulés dans ce secteur.



Invité

Libération de la ville d'Angers

Message non lu par Invité » 18 janv., 15:33

Un petit complément:

En 3 jours, du 19 au 21 juin 1940, l?armée allemande a réussi à prendre Angers, sans résistance, mise à part les combats héroïques des Cadets à Saumur.Comme partout, les pénuries font rage, les prix augmentent et les produits sont rationnés. Après 1942, les répressions policières commencent. Elles concernent les actions de résistance, mais aussi, comme au printemps 1942, les rafles de juifs. Le 20 juillet, 800 juifs partent en train d?Angers en direction de Drancy, puis ?Auschitwz. La résistance s?organise, les jeunes revendiquent leur opposition à l?occupant. Pour avoir ainsi défié, plusieurs centaines seront emprisonnées, déportés, dont bien peu reviendront. Plus de soixante sont exécutés au champ de tir de Belle-Beille à Angers, sous les ordres de la Gestapo (police allemande), installée dans la ville,sous les ordres du capitaine SS Hans Dietrich ERNST.La région devient un point stratégique essentiel pour les troupes allemandes. En effet, elle voit s?installer le siège de l'administration militaire de l'Ouest, ayant autorité sur 17 départements de la Normandie à l'Espagne, quartier général de la Kriegsmarine (la marine allemande) pour l'Atlantique et la Manche (plutôt utilisé comme centre de repos pour les marins et sous-mariniers), et de la Luftwaffe (armée de l?air allemande) pour la zone atlantique. L'encadrement militaire est doublé. Au domaine de Pignerolle, à Saint Barthélémy d?Anjou, qui hébergeait le gouvernement polonais et le président Raczkiewicz Wladyslam (Angers avait été nommée capitale officielle de la Pologne) depuis 1939, se voit accueillir les états-majors de la Kriegsmarine pour la côte Ouest, en 1943, après le départ des polonais en 1940. .Dès lors l?Amiral Donitz en personne, qui deviendra bientôt chef suprême de la Kriegsmarine, fait construire 11 bunkers, dont la plupart sont encore visibles aujourd?hui. Le domaine devient donc un important site de commandement allemand. 1944 :L?Allemagne essuie des défaites en Italie et en Russie, alors que les bombes tombent sur Angers et font des centaines de morts .Comme pendant la nuit du 28 au 29 mai, où les bombes tombent pendant 40 minutes sur la Gare Saint-Laud et les environs, lors d'un des bombardements qui visent à isoler le futur champ de bataille de Normandie. Plus de 130 bombardiers sont présents. Leur mission est réussie, la gare est détruite, tout comme des milliers de logements qui le sont partiellement ou totalement. On compte 254 victimes et des centaines de blessés.les bombardements font démanager les loceaux de l gestapo de Ernst au parc du Hutreau,a Ste Gemmes sur Loire.
Après l?annonce du Débarquement du 6 juin 1944, Angers essuie deux bombardements :
-Le premier le 8 juin, bilan : 28 victimes
-Le deuxième, le 17 juin, bilan : 64 victimes
On dénombre plus de 150 blessés.
En juillet, les réfugiés du front normand affluent vers le Maine et Loire, en 15 jours, La population de Baugé à doublé.
Dans la nuit du 17 au 18 juillet, des parachutistes français du 3ème SAS, décollent de Londres pour la petite commune de Somloire, au nord du Maine et Loire. Après quelques mésaventures, le 20 juillet, menés par le capitaine Fournier, ils ont ordre de détruire les voies de communications ennemies. Le 8 août alors que les SAS sont toujours sur le site de la commune, les troupes allemandes encerclent le bois où ils avaient établi leur PC.
11 français dont deux FFI sont tués.

Le 24 juillet 1944, la 1ère Armée américaine enfonce le front allemand lors de l'opération Cobra. Le VIII Corps d'armée américain, supervisé par le général Patton, perce définitivement les lignes allemandes à Avranches, s'enfonçant vers l'ouest et le sud.

Rennes est prise le 4 août, par la 4ème division blindée américaine, Laval le 6 août par la 79ème division d'infanterie. Les troupes allemandes de l?Ouest se replient et contre attaquent à Mortain. Les troupes américaines se lancent sur les routes.Le 5 août, après la prise de Pouancé, par le 42ème escadron de cavalerie américaine du 2nd groupe de cavalerie, les Allemands résistent farouchement à Segré . Ils dévastent, mitraillent et incendient la ville. Après un dur combat, les américains entrent dans la ville vers 18 heures.
L?avancée continue vers Candé puis Châteauneuf sur Sarthe et ses alentours libérés le 8 août. La 5ème division d?infanterie américaine vient de Vitré directement sur Candé, l?unité de reconnaissance en tête . Les américains réfléchissent à l?attaque d?Angers, l?attaque de front ou l?investissement. C'est un ordre de Patton qui envoie la 5ème division prendre Angers, et un bataillon de la 2ème Division d?infanterie vers Nantes. Parmi les résistants qui aideront les américains, il y a Louis Bordier et Pierre Labbé, qui les renseigneront sur les positions allemandes autour d'Angers. Les troupes américains croient alors tous les ponts sur la Maine ont sautés. La compagnie I du lieutenant Smith est envoyée à Bouchemaine. La compagnie reste bloquée par les troupes allemandes, et informée par une civile française, apprennent que les ponts de Bouchemaine sont détruits. Les américains ont l?idée de traverser le fleuve en barque . C?est par hasard qu?ils découvrent le pont de Pruniers, à coté de Bouchemaine. Ce pont (encore visible aujourd?hui) était utilisé pour la traversée du train le Petit Anjou.Les premiers éléments de la compagnie L du 11ème Régiment d?Infanterie de la 5ème division découvrent le pont dans la soirée du 8 août, vers 17h,sous les balles de la section allemande qui défend le pont.Après avoir éliminé les troupes ennemies et déminé le pont sous le feu des allemands, ils le traversent. La 5ème division perd une dizaine d?hommes.
Malgré la traversée de la Maine, les Allemands résistent farouchement, notamment sur la commune de Sainte-Gemmes sur Loire et sur la route d'Angers, aujourd'hui Avenue Patton. Heureusement les américains sont appuyés par leur artillerie, à Pruniers. Pendant la nuit, la compagnie K, renforce la compagnie L, elle attaquera le matin du 9, Chateaubriand. Une fois l'attaque lancée, vers midi, le 10th Regiment traverse le pont pour attaquer le Fresne, à travers les lignes de la compagnie L. Ils traversent sous le feu ennemi. La tour Cheux, utilisée a la base pour la météorologie était un observatoire allemand .Elle est détruite par un char M10 vers midi. En fin de journée, les allemands tiennent toujours. D'autres violents combats se déroulent sur la rive droite de la Maine, pour la prise de la Doutre, protégée par une tranchée antichars.
La nuit du 9 au 10 août est très difficile pour les Angevins. Les balles traçantes et incendiaires allument des nombreux incendies dans la ville. La position allemande devenant intenable depuis que les Américains ont franchi la Maine au sud d'Angers, ils se replient sur la rive gauche et vers quatre heures du matin font sauter les trois ponts sur la Maine. A l'aube du 10 août, la Doutre est pratiquement libérée, mais les Allemands battent encore la rive à l'aide de mitrailleuses lourdes et l'accès à la rive gauche de la Maine est toujours impossible. Au sud, les Américains s'emploient à déloger l'occupant retranché sur la voie ferrée, à la Baumette et au Génie. Enfin, vers 14 heures, des Américains et des FFI franchissent la Maine sur des barques face à l'usine électrique. Aux alentours de 17 heures, les Allemands se replient tandis que la mitrailleuse qui défend le pont de la Baisse-Chaïne tire encore. Les américains traversent le pont, passable à pied malgré qu'il avait sauté, pendant que d?autres troupes arrivent par le sud et la gare.Les sapeurs-pompiers,équipés de matériels vétustes sont débordés.Ils sont appelés vers 17h30 au château de Pignerolles,pour éteindre l'incendie qui s'est déclaré dans le buncker amiral.Les américains préviennent les pompiers de la présence de 850 mines anti-personel.Ils atteignent le bunker sans encombre et découvrent de nombreux pièges dans le parcs. Vers 19 heures, les drapeaux tricolores apparaissent. Angers est libérée, avec une centaine d?américains morts. La foule se rassemble devant la mairie ou le drapeau français est hissé et le commissaire de la République, Michel Debré connu le pseudonyme de Jacquier, apparait sous les acclamations.
Les jours suivants, les troupes américaines continuent leur progression le long de la Loire, vers Sainte Gemmes. Elles ont l?ordre de ne pas traverser la Loire et il faudra attendre le 29 août, quand Hitler donnera l?ordre de repli général pour que le sud soit libéré.
Les 10th et 11th régiments d?infanterie quittent Angers le 12 août, remplacé par le 2nd Régiment, qui est remplacé à son tour, le 14 août par le 319th Inf, de la 80th ID, qui sera remplacé le 27 août par le 329th Inf de la 83rd ID. Ces régiments garderont la Loire de Nantes à Orléans, avec leur QG à Angers. Le département ne sera que totalement libéré le 1er septembre 1944.

Le 14 janvier 1945,le Général de Gaulle visite Angers.

SOURCES:ARCHIVES DEPARTEMENTALES DU MAINE ET LOIRE
"1939-1945 à travers l'Anjou" Michel Lemesle

A+



Brisso 32
Messages : 2
Enregistré le : 06 avr., 23:00

Libération de la ville d'Angers

Message non lu par Brisso 32 » 07 avr., 11:04

Bonjour

Petite précision au sujet de la prise du pont de Pruniers et de la photo des Américains sur le pont.
La découverte du pont resté intact par les Américains n'est absolument pas due au hazard puisque des résistants avaient été au devant d'eux pour leur indiquer le passage possible sur le pont s'ils le prenaient à temps.
Ce fut en effet de justesse.
Le 8, trois Allemants arrivent à la gare de Pruniers où stationne un wagon à bestiaux vide. Ils embarquent celui-ci en le poussant dans la descente vers le pont par gravité, en s'aidant du frein à main du wagon. Il est alors chargé d'explosif et positionné au milieu de l'ouvrage. L'arrivée rapide des Américains fera que l'occupant n'aura pas le temps de mettre son plan à exécussion.
La photo montre justement sur la droite, les débrits du wagons retiré par les américains et couché sur le côté à l'entrée du pont. Des longrines ont ensuite été déposées dur les rails et la voie a été arrachée au delà du pont, sur la levée, jusqu'à l'actuelle Lycée du Fresne. Après la Libération, trois équipes de la voie seront nécessaires pour reposer les rails et traverses alors qu'il y a encore des cadavres en contrebas (témoignage d'un cheminot).
La ligne du Petit Anjou était la seule encore équipée du téléphone en août 1944 et il était facile, depuis la gare de Pruniers, de communiquer avec Candé où se trouvaient les Américains. Le 8 d'ailleurs, un autorail a été bloqué en gare, les cheminots apportaient des nouvelles de l'avancée américaine, l'autorail dut faire demi tour et les voyageurs filer à pied à Angers.



Christian49000
Messages : 2
Enregistré le : 28 avr., 00:39
Vérification anti-robot : JE NE SUIS PAS UN ROBOT

Re: Libération de la ville d'Angers

Message non lu par Christian49000 » 28 avr., 00:50

J ai trouvé au pont de Prunier un casque américain avec le sous casque le filet les herbe encore dessu avec le triangle rouge
6 casque allemand de cross de fusil mauzeur et m1
Affût de mg 42 calo allemand poignard



Christian49000
Messages : 2
Enregistré le : 28 avr., 00:39
Vérification anti-robot : JE NE SUIS PAS UN ROBOT

Re: Libération de la ville d'Angers

Message non lu par Christian49000 » 28 avr., 00:57

A côté du lycée dans l anciens infirmière de campagne des allemands



Avatar du membre
Manuferey
Messages : 587
Enregistré le : 23 févr., 00:00

Re: Libération de la ville d'Angers

Message non lu par Manuferey » 28 avr., 08:30

Piat a écrit :
18 mars, 23:48
Il ne faut pas oublier que les combats ont continué sur les Ponts de Cé pendant quelques mois , ceux ci relatés par Madeleine CHANTEUX "Libération des Ponts-de-Cé et de Mûrs-Erigné Aout 1944 des Témoignages" aux éditions PAQUEREAU .
Le Château-Musée des coiffes et des traditions aux Ponts-de-Cé semble avoir conservé de nombreuses traces d'impacts de balles et d'obus sur sa façade nord. Sont-ils bien les vestiges des combats d'août 1944?

https://www.google.com/maps/@47.4253608 ... 312!8i6656

Emmanuel




  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Retourner vers « Front de l'Ouest »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités