Libération de votre ville, région...

Le front de l'Ouest ne se limite pas à la bataille de Normandie : discutez ici des autres grandes batailles !
maxime
Messages : 284
Enregistré le : 16 mars, 00:00

Libération de votre ville, région...

Message non lu par maxime » 26 avr., 09:03

moi je suis a chatillon (92) et c'est la 2DB



eulben
Messages : 8
Enregistré le : 27 janv., 00:00

Libération de votre ville, région...

Message non lu par eulben » 27 janv., 17:29

Moi je suis de Reims (51), la ville a pris cher lors des 2 conflits mondiaux. Elle a été libérée le 30/08/44 par l'armée de Patton et la 5e DIUS du général Irwin.

Le témoignage d'Henri Druart

C'est le mercredi 16 août que les premiers convois automobiles allemands battant en retraite ont commencé à traverser la ville de Reims arrivant par l'avenue de Paris, empruntant toute la rue de Vesle, la rue Cérès et se dirigeant vers Rethel ou Vouziers.

L'on vit d'abord passer le matériel de l'organisation Todt, des services admlinistratifs venant surtout de Paris et un nombre plutôt étonnant de camions et de voitures portant les insignes de la Croix-Rouge.

Le rythme et la densité de ces convois augmentèrent sans arrêt les jours suivants ; de nombreux véhicules stationnaient à Reims, sous les promenades, le long des boulevards menant vers l'extérieur de la ville, abrités sous les plantations d'arbres.

Les convois qui se reposaient de jour, repartaient de nuit ; on eut rapidement l'impression d'une retraite importante faisant prévoir un ordre de repli à peu près général.

Les services administratifs de Reims partirent à leur tour, principalement les femmes.

Vers le 23 août, une menace sembla se préciser ; celle d'une résistance organisée sur la Marne, dans le Soisonnais et peut-être même sur la montagne de Reims ; le bruit courait que des batteries s'étaient mises en position le long de la Marne, mais ce qui était le plus caractéristique, c'était l'installation à Reims de plusieurs États-majors dans les grands immeubles du Boulevard Lundy. Des généraux et leur suite circulaient en ville dans des autos impressionnantes ; des lignes téléphoniques étaient installées dans tout un quartier, des immeubles réquisitionnés de toute urgence, des chevaux de frise mis en place dans le quartier des Cordeliers devenu une véritable forteresse ; deux fantasias d'une quarantaine d'avions de chasse, une le matin et l'autre l'après-midi du 24 août, correspondaient certainement à une revue aérienne destinée à donner l'impression de la force aérienne allemande.

Des rumeurs tendaient à faire croire que les FFI entreraient rapidement en action, ce qui ne manquait pas d'alarmer la population, attendu que l'on estimait les forces allemandes cantonnées en ville à 20 ou 25 000 hommes. Dans le but d'impressionner la Résistance, les Allemands installaient des canons antichars, Place Royale, Esplanade Cérès. Bref, tout le monde s'attendait à une grande bagarre et chacun prenait des précautions pour trouver un abri dans les caves de champagne, constituer des provisions pour un siège, quand subitement , le samedi 26, on s"aperçut que le quartier des Cordeliers avait été évacué dans la nuit et que les États-majors avaient quitté la ville.

Les défilés des convois, qui s'étaient ralentis depuis deux ou trois jours, reprirent avec une intensité véritablement incroyable et du matériel de guerre défila de jour et de nuit, souvent sur deux rangs à travers la ville les 26 et 27 août.

La journée du mardi 29 fut remplie de rumeurs : tout le monde savait que les FFI entreraient en action à partir de 17 heures. Des premiers coups de feu eurent lieu dans le courant de l'après-midi et durèrent jusqu'au petit jour. De nombreuses explosions avaient eu lieu toute la journée, couronnées à 9 heures 30 du soir par une explosion formidable, celle du pont de Vesle dont la rupture supprimaient la voie d'accès normale à Reims par le Sud.

Néanmoins, on s'était rendu compte depuis le lundi 28 qu'il n'y aurait pas de résistance allemande sérieuse et lesc esprits étaienet beaucoup plus calmes.

Le mercredi 30 vers 7 heures du matin, on entendit les premiers chars américains rouler Place du Parvis, Place du Théâtre, rue de Vesle, Cours Langlet ; la foule se répandit immédiatement dans les rues et, à partir de ce moment, les unités motorisées ne cessèrent d'affluer.

Il n'y avait eu de résistance sérieuse qu'au Pont Huon, pont sur la canal vers Châlons, par lequel les chars américains arrivés la veille au soir durent passer, le pnt de Vesle étant sauté, et au Pont de Laon. Quelques Américains ainsi que quelques FFI furent tués.

Les derniers Allemands avaient quitté les alentours du pont de Vesle ce mercredi à 6 heures du matin.

Les dégâts se réduisent à la destruction du pont de Vesle, à celle du pont du chemin de fer de la ligne de Reims à Paris, au-dessus du canal ( Pont de Soissons ), à celle du Poste principal de signalisation de la gare de Reims. D'autres destructions partielles, la gare de voyageurs et quelques locaux grenadés par les Allemands avant leur départ se révèlent peu à peu.

En fin de compte, la libération de Reims s'est faite « sans mal ni douleur », notre ville ayant eu la chance d'être enveloppée par le Nord-Ouest et le Nord-Est au poit que les allemands n'avaient plus d'autre solution que de se retirer sans tenter aucune résistance; à moins d'être promptement débordés et encerclés.



Le témoignage de Monsieur Lallement

Après 29 jours d'anxiété au cours desquels on annonçait les Américains à Sens le 22 août, à Troyes, à Mailly-le-Camp d'une part, dans les environs de Meaux d'autre part, on apprit le lundi 28 août qu'une colonne avait traversé Fismes vers 14 heures, se dirigeant sur Saint Gilles par la route secondaire joignant Fismes à la route nationale de Dormans et Pargny-les-Reims.
Le mardi 29 août, une grande effervescence règne en ville où le passage des troupes allemandes en déroute est ininterrompu.
La population reste aux aguets aux abords des habitations.
Dans la matinée, des pièces d'artillerie sont installées à proximité du pont de Vesle, braquées dans la direction de la route de Paris ; en même temps des préparatifs pour faire exploser le pont sont commencés.
À 11 heures, il est interdit à la population de franchir le pont par quelque point que ce soit.
À partir de ce moment des explosions se succèdent dans tous les coins de la ville ; ce sont les Boches qui font sauter les dépôts de vivres et de carburants ainsi que le pont de chemin de fer ( ligne de Soissons ) sur le canal.
À 13 heures, ce sont les installations électriques de la gare qui sautent.
À la même heure, des membres de la résistance annoncent les Américains à Champillon puis à Pargny.
À la tombée de la nuit, la population rémoise qui redoute une bataille de rues pendant la nuit ou à l'aube, se réfugie dans les caves des maisons de champagne.
À 21 heures 10, une formidable explosion retentit ; c'est le pont de Vesle qui saute, et quelques instants après, on annonce que les Américains sont à la Maison Blanche, venant de la route d'Epernay et se dirigeant vers le centre-ville par le pont Fléchambault, seul passage subsistant.
Il ne s'agissait que de quelques chars ayant l'intention d'attendre le lever du jour pour pénétrer en ville.
Mais, apprenant que quelques Allemands stationnent encore en ville, les Américains poursuivent leur route.
À minuit, les derniers éléments de la garnison allemande rassemblés place Aristide Briand évacuent la ville en direction de l'Est.
Le restant de la nuit est troublé seulement par quelques coups de feu et quelques coups de canon tirés dans différentes directions.
À l'aube du 30 août 1944, une animation inaccoutumée règne dans la ville.
Partout on s'aborde entre inconnus et des exclamations « Ils sont là ! » jaillissent de toutes parts.
On court dans toutes les directions, car on ne sait pas encore où ils sont.
Ce n'est que vers 8 heures 30 qu'on les signale un peu partout : rue de Vesle, avenue de Paris, rue Fléchambault, et tout le monde de se porter aux points indiqués en dépit des fusillades qui crépitent par intermittence et qui proviennent du nettoyage par des membres de la résistance et du maquis, des miliciens répandus un peu partout.
Aussitôt la nouvelle connue, les fenêtres de toutes les habitations et des bâtiments publics, aussi bien dans les rues moins fréquentées que dans les artères principales de la ville, s'ornent de drapeaux et de guirlandes aux couleurs nationales et aux couleurs des drapeaux alliés.
À 11 heures, sous une voûte d'étoffes bariolées, au milieu d'une foule dont l'enthousiasme est indescriptible, défile le gros des troupes américaines.
Chars et voitures ont bien du mal à se frayer un passage, et à chaque arrêt de la circulation, des groupes se jettent sur les chars.
C'est à qui embrassera un soldat ou lui remettra une bouteille de champagne,
des friandises, un bouquet de fleurs.
Le défilé des gendarmes et des policiers est accueilli chaleureusement jusqu'à la Place Royale où à midi a lieu la montée des couleurs sur l'Hôtel de la sous-préfecture.
La journée entière se passa dans l'allégresse.
On sent que la population est soulagée d'un poids énorme que représentait chacune des quatre années d'occupation pendant lesquelles les privations, les vexations, les deuils, n'avaient été supportés que parce que le Français avait toujours eu confiance en la destinée de son pays.

(source : CRDP de Champagne-Ardenne)

Image

C'est aussi à Reims qu'Eisenhower installera son QG en février 45, et où sera signé l'armistice le 07/05/45

"Son quartier général du Shaef est aménagé dans un modeste collège moderne et technique de la rue Henri-Jolic?ur. Aux murs, des cartes d'opérations, des courbes de température et de pression pour prévoir les attaques aériennes. Le 5 mai 1945, la résistance allemande est à bout. Un délégué de l'amiral Dönitz, Friedeburg, logé 3, place Gordinot, se rend à l'état-major allié. Il est suivi le 6 par Jodl, chef de l'OKW, entouré de ses collaborateurs pour une discussion qui se prolonge toute la journée devant les généraux alliés. Le 7 mai, à 2 heures du matin, les Allemands sont rappelés au quartier général, introduits à 2 h 34 dans la War Room. Sept minutes plus tard est signé le texte de la capitulation sans conditions. Dès 15 heures, malgré les précautions prises pour ne pas heurter la susceptibilité des Soviétiques (qui veulent signer le lendemain à Berlin), la nouvelle est connue dans toute la ville. Le mardi 8 mai, les sirènes et les cloches de la cathédrale annoncent officiellement aux milliers d'habitants ressemblés dans les rues et sur les places la fin de la guerre."

(Source : L'Express)



Cpt nico du62
Messages : 101
Enregistré le : 03 févr., 00:00

Libération de votre ville, région...

Message non lu par Cpt nico du62 » 22 mars, 21:07

Moi je pense qu'il y avait des allemands car il y a le chemin des juif
construit pour faire passer des camions,canons....



Cpt nico du62
Messages : 101
Enregistré le : 03 févr., 00:00

Libération de votre ville, région...

Message non lu par Cpt nico du62 » 22 mars, 21:09

dans la forèt près de chez moi c'était pour le mur de l'atlantique



  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Retourner vers « Front de l'Ouest »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités