Arthur B. Schultz, C/505

Le front de l'Ouest ne se limite pas à la bataille de Normandie : discutez ici des autres grandes batailles !
Avatar du membre
Gennaker
Messages : 688
Enregistré le : 25 août, 20:44

Arthur B. Schultz, C/505

Message non lu par Gennaker »

Arthur B. Schultz aurait eu 91 ans aujourd'hui ;
Il est une des figures du film de Darryl Zanuck, "le jour le plus long" dont on se souvient tous, tant il a personnifié le parfait GI de notre enfance ; Arthur "Dutch" Schultz est ce para de la 82nd Airborne qui erre tout au long du Jour J seul dans le bocage normand. Stephen Ambrose et Cornelius Ryan en ont fait un personnage de légende, quitte, surtout dans le cas de Ryan, à embellir les anecdotes ; ainsi la scène où notre trooper gagne 2500 $ au crap, qu'il reperd aussitôt après avoir reçu de sa mère un rosaire... L'anecdote est vrai ; Dutch gagne 2 500 $ au crap, et reperd tout en suite, simplement parce qu'il jouait contre un sous off qu'il haïssait et qu'il voulait "nettoyer", mais c'est lui qui a perdu...
Richard Beymer, vedette du film "West Side Story", joue le rôle de Dutch dans le film "Le jour le plus long" ; Ici aux côtés de Richard Burton...
Image

T4, Arthur B Schultz est né dans l'Arizone en 1923, et a passé sa jeunesse à Detroit où il est décédé en 2005. Il est sorti du lycée en 1941 et à 18 ans, a cherché à s'engager dans les Marines. Sa mère ne l'a pas permis, et Dutch s'est retrouvé dans une unité anti aérienne. Mais au bout de quelques semaines, il s'est porté volontaire pour l'Airborne. Il rejoint ainsi en 1944 C Company, 505 Parachute Infantry, 82nd Airborne. Son premier saut de combat sera la Normandie. Il saute d'un C 47 touché par la flak à 90 mètres d'altitude. il se blesse sérieusement au dos en touchant terre non loin de Ste Mère. Comme dans le film, il erre longtemps avant de rencontrer son premier soldat... un certain James Gavin. Il rejoint le pont de La Fière où 4 jours durant, et malgré un dos en compote, il va combattre. Le 14 juin, il est évacué en Angleterre.

Il se rétablit pour sauter en Hollande le 17 septembre 44, jumpmaster de son stick, et BAR gunner de son platoon.
Le lendemain, il est au côté de son CO, le capitaine Anthony "Stef" Stefanich, un des CO de compagnies les plus aimés des GIs. Lors des combats dans Nijmegen, Stéfanich reçoit une balle en pleine poitrine qui fait exploser la grenade fumigène qu'il portait. Dutch assiste impuissant à l'horrible mort de son officier.
Stef Stefanich
Image

Dutch Schultz survivra ainsi à la guerre. Il rentrera à Detroit avec une Bronze Star et deux Purple Heats, vers sa femme et sa fille.
Image

Mais c'est en Amérique qu'une seconde guerre l'attendait ; celle des souvenirs et des cicatrices psychologiques inguérissables. D'angoisses en cauchemars, Dutch va peu à peu sombrer, perdant femme et travail, face à un implacable ennemi, l'alcool.

Il remontra pourtant la pente et vaincra cet ennemi insidieux en s'engageant auprès d'associations et de fondations de soutien pour les alcoliques. Ce n'est que deux ans avant sa mort qu'il commencera vraiment à raconter la guerre telle qu'il l'a vécue à sa fille Carole...
Image
"... quand j'étais petite fille, papa masquait ses souvenirs sauf dans l'obscurité de la nuit. Il revivait alors les horreurs de la guerre dans ses cauchemars. Bondissant de son lit trempé de sueur, il s'emparait en rêve de sa mitrailleuse et commençait à tirer, en prévenant ses potes de l'attaque des allemands. Ma mère épouvantée le cajolait jusqu'à ce qu'il se calme. Le jour, il était à nouveau en plein dans la réalité, mais sa lutte permanente contre la résurgence de ses cauchemars a fini par prélever son écot et notre famille fut bientôt rejointe par un invité peu souhaitable, l'alcool. Ma mère, fille d'immigrés italiens, n'avait pas la ressource pour lutter contre un tel fléau et gérer un mari traumatisé qui, bien que buvant un litre de bière chaque soir, continuait pourtant à bien fonctionner dans son travail au sein des services de contre espionnage. Leur mariage dura 12 ans, mais la tension était toujours palpable entre eux. J'avais 11 ans quand ils ont divorcé et quand mon père, mon ami, a quitté la maison..."


C'est une scène un peu surréaliste vue dans le fameux film de Zanuck "The longest day". Si elle a inspiré Cornelius Ryan et les scénaristes d'Hollywood, elle a bien été vécue non pas par Arthur B Schultz, mais par le XO de C/505, le Lieutenant Jack Tallerday. La scène se déroule comme dans le film. Tallerday a réuni quelques troopers tout de suite après avoir attéri loin de Ste Mère. Il progresse vers la ville quand il aperçoit de l'autre côté d'une petite haie, et venant à sa rencontre, un petit groupe d'homme. Il actionne son clicker, et réalise alors la drôle de forme des casques de ces individus. Les allemands ont fait la même méprise, et les deux groupes d'hommes vont (et c'est la différence avec le film) se toiser, figés tous deux dans le même désir de ne pas déclencher le premier la fusillade.... C'est un peu plus tard que "Dutch" Schultz trouvera le groupe de Tallerday....


alain2904

Re: Arthur B. Schultz, C/505

Message non lu par alain2904 »

Merci pour cet article et cette histoire.
Ce que l'on peux remarquer, c'est que même la guerre terminée, celle-ci a continué à faire des dégats.
Cordialement.
Doc.


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Retourner vers « Front de l'Ouest »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité