Journal du D-DAY au 8 mai 1945

Vous souhaitez discuter avec les internautes de sujets divers et variés, sans rapport avec la seconde guerre mondiale ? Ce forum est à votre disposition !
Avatar du membre
loadplan
Messages : 3659
Enregistré le : 04 juin, 23:00
Vérification anti-robot : JE NE SUIS PAS UN ROBOT
Localisation : 92,17,33,95,971

Journal du D-DAY au 8mai 1945

Message non lu par loadplan »

Le 5 juin 1944

C'est une journée qui ressemble aux précédentes ! en ce lundi, on se remet des agapes de la veille ! dans de nombreuses familles, malgré les privations, on a réussi à fêter pour les uns la communion et pour les autres le récent succès au "certif". Mais,on est inquiet...

Depuis quelques semaines les bombardements s'accentuent, l'on raconte que les pointes de la Percée et du Hoc seraient visées. Les nuits deviennent de plus en plus difficiles pour les habitants réveillés par ces bruits assourdissants et effrayants. De jour également, de nombreux avions passent au dessus de la plage, d'ailleurs on ne les reconnaît pas toujours car ils ne ressemblent pas à ceux qui survolent habituellement le secteur. Ce 5 juin, les habitants vaquent à leurs affaires

A Vierville, Monsieur Leterrier, le maire, reçoit encore des ordres de la Kommandatur installée au manoir de Thaon ; les fils Piprel de l'hôtel du Casino furètent un peu partout dans le village ; l'abbé Pemprain va et vient entre les presbytères de Vierville et St Laurent. Monsieur Hardelay chassé de sa belle villa "les Hortensias" et qui habite désormais une maisonnette à la sortie du bourg a enfin pris sa décision de creuser une tranchée dans son jardin malgré les moqueries de son voisin qui lui souffle "Y débarqueront pas ici !". Ce 5 juin, il aura également le temps d' aller continuer à démonter... sa propre villa, en ce moment, il essaie de récupérer les poutres en faisant le moins de dégât possible.

-A Saint Laurent, le maire Monsieur Legallois fait son petit tour traditionnel; les jeunes Albert André et Edmond Scelles (de la ferme du Prieuré) tous deux âgés de 16 ans, comme d'habitude, se sont levés tôt. Albert est encore "requis" et travaille près du Wn 66.

-chez les allemands, Franz Gocquel, 18 ans, est de garde à la mitrailleuse le matin ; l'après midi il creuse une tranchée qui ne sera pas encore terminée ce jour ! un journée comme les autres. Ce soir, il dormira dans son Wn, le 62... le réveil sera brutal et surprenant...


Avatar du membre
loadplan
Messages : 3659
Enregistré le : 04 juin, 23:00
Vérification anti-robot : JE NE SUIS PAS UN ROBOT
Localisation : 92,17,33,95,971

Journal du D-DAY au 8mai 1945

Message non lu par loadplan »

5 juin 1944 , en fin de soirée, tous les. pilotes réunis à « l'Intelligence room » apprirent que le débarquement aurait lieu le lendemain matin. Toute la nuit, des centaines de Dakota C. 47 remorquant des planeurs Horsa, transportant les troupes aéroportées qui ...Le 5 juin 1944, en fin de soirée, tous les. pilotes réunis à « l'Intelligence room » apprirent que le débarquement aurait lieu le lendemain matin. Toute la nuit, des centaines de Dakota C. 47 remorquant des planeurs Horsa, transportant les troupes aéroportées qui allaient surprendre l'ennemi sur ses arrières, emplirent le ciel de vrombissements ininterrompus.

C?est du bunker de l?avenue de la Marne, état-major de la 15e armée allemande, qu?est intercepté le 5 juin 1944 à 21h15, le message émis par la BBC annonçant le débarquement des alliés en Normandie.


Avatar du membre
loadplan
Messages : 3659
Enregistré le : 04 juin, 23:00
Vérification anti-robot : JE NE SUIS PAS UN ROBOT
Localisation : 92,17,33,95,971

Journal du D-DAY au 8mai 1945

Message non lu par loadplan »

Ne vous privez pas pour poster des evenements survenus ce 5 juin44......... Image Image tout complement est le bienvenue.et ca va petarader d'ici quelques heures....
Image


James Stanley Wells
Messages : 89
Enregistré le : 10 oct., 23:00

Journal du D-DAY au 8mai 1945

Message non lu par James Stanley Wells »

Lundi 5 juin 1944 22h00 : Les premières Bombes sont larguées sur la Normandie pour préparer l'opération Overlord.

Les pathfinders US embarquent dans les C-47 pour être largués vers 00h00-01h00 au dessus du Cotentin afin de baliser les DZ et les LZ.

(PS: Qui sera le premier a annoncer le débarquement allié dans ce journal Image suspens !!!! grande faveur aux matinaux ! )

C'est très émouvant de savoir qu'en ce moment même -65ans, la plus grande Opération militaire était entrain de se préparer. Image


kommando.bb
Messages : 285
Enregistré le : 03 juin, 23:00
Localisation : 59

Journal du D-DAY au 8mai 1945

Message non lu par kommando.bb »

dans la nuit du 5 au 6 juin
Des éléments français sont intérés au 4éme bataillon sas (spécial air service) aux côtés des britanniques pour être parachutés en bretagne.
La mission de ses hommes du colonel Bourgoin est de désorganiser les arrières de l'ennemi et de participer ensuite à la libération de la bretagne. Image


Avatar du membre
loadplan
Messages : 3659
Enregistré le : 04 juin, 23:00
Vérification anti-robot : JE NE SUIS PAS UN ROBOT
Localisation : 92,17,33,95,971

Journal du D-DAY au 8mai 1945

Message non lu par loadplan »

6 juin 1944
Le débarquement à la plage Omaha

Le sable de la plage Omaha est fin, ferme et de couleur dorée, excellent pour prendre du soleil ou faire un pique-nique. Elle est légèrement en forme de croissant et s'étant sur 10 kilomètres, à marée basse la plage a une largeur de 300 à 400 mètres de sable ferme. À marée haute, la distance entre l'eau et les galets n'est que de quelques mètres. Les galets sont infranchissables par les véhicules.

À l'approche des barges de débarquement, les Allemands n'en croient pas leurs yeux, le lieutenant Frerking s'écrie : « Ça alors, les voilà! Mais ce n'est pas possible, ce n'est pas possible. » Il dépose ses jumelles et courent à son poste de commandement situé dans un bunker près de Vierville. « Barges de débarquement sur notre gauche, au large de Vierville, se dirigeant vers la plage. » Le caporal Hein Serverloh s'exclame : « Ils sont fous, vont-ils nager jusqu'au rivage sous notre nez ? » Le colonel du régiment d'artillerie donne un ordre strict : « Retenez votre feu jusqu'à ce que l'ennemi est atteint le rivage.

Partout le long de la falaise les soldats allemands regardent les barges de débarquement approcher, leurs doigts sur la gâchette des armes automatiques, fusils, fusée d'artillerie et mortiers. Dans le bunker 62, Frerking est au téléphone pour transmettre la position aux artilleurs situés à quelques kilomètres à l'intérieur des terres. Vu des barges de débarquement, le rivage semble paisible, les édifices et les maisons environnantes sont intacts. Les clochers d'église sont encore debout, défiants. Les bombardements précédent l'assaut n'ont fait aucun dommage, tout est intact.

Soudain, Frerking donne l'ordre de faire feu par téléphone et tous les artilleurs de la région pressent la gâchette. À la gauche de Frerking se trouve trois positions de MG-42, en avant un mortier fortifié et sur les pentes de la falaise, des soldats d'infanterie dans des tranchées. Tous font feu en direction des barges de débarquement.

À bord du LCA 1015, la rampe de la barge de débarquement s'abaisse, les soldats reçoivent une pluie de balles de mitrailleuses. Presque tous les hommes à bord sont tués quasi instantanément. Partout le long de la plage les mitrailleuses allemandes crachent un feu d'une proportion monstrueuse sur les infortunés américains. Les hommes qui parviennent à descendre de la barge se retrouvent dans l'eau glacée, parfois profonde, certains se noient parce qu'ils sont surchargés et ne parviennent pas à gonfler leur gilet de sauvetage. D'autres sont abattus en se débattant dans l'eau pour se débarrasser de leur excédant de poids. Les plus chanceux réussissent à gonfler leur gilet de sauvetage et nagent jusqu'au rivage.


--------------------------------------------------------------------------------

À 6h00 le matin, Speidel téléphone à Rommel pour le prévenir du débarquement. Rommel quitte précipitamment pour la Normandie, sans avoir eu le temps de rencontrer Hitler.

Peu après l'aube, Rundstedt est prévenu qu'un énorme contingent de troupes débarque sur les côtes de la Normandie entre les rivières Vire et Orne, sous le couvert d'un puissant feu d'une armada de navires de guerre. Rundstedt doute encore qu'il s'agisse du véritable débarquement des alliés.

Vers 10H00, le ministre de la guerre allemand, Speer, ce rend au Berghof, un adjudant major de Hitler l'informe que le débarquement est commencé depuis tôt ce matin. Speer demande si le Führer a été réveillé, l'adjudant major lui fait signe que non, Hitler n'a reçu la nouvelle qu'après son déjeuner.

Dans l'après-midi, Rommel arrive enfin au quartier général du groupe d'armées B. Il est apparent aux yeux de l'état-major allemand qu'il s'agit bel et bien du véritable débarquement, les Américains ont un pied à terre sur deux plages et les britanniques et canadiens sur trois autres et ils ont maintenant pénétré à l'intérieur des terres sur une distance variant de 3 à 10 Km.

Speidel, Rundstedt et le chef d'état-major Blumentritt parlent au téléphone avec le quartier général du haut commandement allemand, situé à Berchtesgaden, pour demander la permission d'amener 2 divisions de chars en renfort en Normandie (un ordre de Hitler empêche le commandant en chef de l'ouest d'utiliser les divisons de Panzer sans la permission du Führer). Jodl répond qu'Hitler désire attendre le développement de la situation avant de donner son autorisation (Hitler dort et personne n'a le courage de le réveiller).

Vers 15H00 Hitler se réveille et on lui annonce les mauvaises nouvelles, il accorde la permission d'engager la division Panzer Lehr et la 12ème SS en Normandie. À 16h55, il rédige cet ordre :

« Le chef d'état-major de l'ouest insiste auprès du commandement suprême pour l'annihilation de la tête de pont de l'ennemi dans la soirée du 6 juin, puisque le danger de renforts additionnels par la mer et les airs existent encore. La tête de pont doit être détruite pas plus tard que ce soir. »


--------------------------------------------------------------------------------

Au terme de la journée l'opération Overlord est déclarée réussie, mais aucun des objectifs initiaux prévus n'est encore atteint. Sur les 132,715 hommes qui sont débarqués aujourd'hui, 2,500 soldats sont tués, des pertes beaucoup moindres que ce qui avait été prévue.
Image


Avatar du membre
loadplan
Messages : 3659
Enregistré le : 04 juin, 23:00
Vérification anti-robot : JE NE SUIS PAS UN ROBOT
Localisation : 92,17,33,95,971

Journal du D-DAY au 8mai 1945

Message non lu par loadplan »

Image

Image

Image

Image

Image


Avatar du membre
loadplan
Messages : 3659
Enregistré le : 04 juin, 23:00
Vérification anti-robot : JE NE SUIS PAS UN ROBOT
Localisation : 92,17,33,95,971

Journal du D-DAY au 8mai 1945

Message non lu par loadplan »

Image

Image

Image


Avatar du membre
loadplan
Messages : 3659
Enregistré le : 04 juin, 23:00
Vérification anti-robot : JE NE SUIS PAS UN ROBOT
Localisation : 92,17,33,95,971

Journal du D-DAY au 8mai 1945

Message non lu par loadplan »

Image

Image

Image


CYRIAL
Messages : 154
Enregistré le : 24 janv., 00:00

Journal du D-DAY au 8mai 1945

Message non lu par CYRIAL »

Une pensées pour ces jeunes venus délivrer un pays qu'ils ne connaissaient point!

Loin de chez eux, un seul pied de poser sur la France et accueillis par les balles Allemandes....... Paix à leur Âme, braves soldats d'à peine 19 ans.......

Cyrial.


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Retourner vers « Discussions générales »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités