Caen. Ancien de la 2e DB, Yvan Siboni est décédé à l'âge de 92 ans

Les informations dans la presse locale, régionale ou nationale qui concernent les plages du débarquement, les débats en Normandie ou les personnes mises à l'honneur se trouvent ici !
Avatar du membre
325th GIR
Messages : 1621
Enregistré le : 03 sept., 23:00

Caen. Ancien de la 2e DB, Yvan Siboni est décédé à l'âge de 92 ans

Message non lu par 325th GIR » 15 janv., 16:37

Source :http://www.ouest-france.fr/normandie/ca ... ns-4736858
Du le 15/01/2017 à 13:32

Caen. Ancien de la 2e DB, Yvan Siboni est décédé à l'âge de 92 ans

http://www.ouest-france.fr/sites/defaul ... k=fsV1LMwd

Jean-Luc LOURY.

Il avait débarqué le 1er août 1944 à Utah beach. Yvan Siboni, né à Constantine, est décédé jeudi 12 janvier dans sa 92e année. Il sera inhumé ce lundi 16 janvier 2017, à 15 h, au cimetière Saint-Gabriel de Caen.

Il était parti de Constantine à l'âge de 19 ans puis a rejoint la 2e Division blindée de Leclerc et a débarqué le 1er août 1944 à Utah Beach avant la poche de Chambois puis la libération de Paris.

Il était revenu s'installer à Caen en 1963, il témoignait régulièrement de son expérience auprès des jeunes comme ici en 2014 dans un lycée de Mondeville.


Sous chaque croix blanche du cimetière Américain de Colleville-sur-Mer ( Normandie) , dort un morceau de Liberté.

Avatar du membre
325th GIR
Messages : 1621
Enregistré le : 03 sept., 23:00

Re: Caen. Ancien de la 2e DB, Yvan Siboni est décédé à l'âge de 92 ans

Message non lu par 325th GIR » 15 janv., 16:57

Source : http://www.ouest-france.fr/normandie/yv ... os-1948108
Du : 19/02/2014

70e D-Day. Yvan raconte sa 2e DB aux futurs mécanos

Xavier ORIOT.

Les 70 Voix de la liberté (témoignages de vétérans, civils, déportés, résistants...) s'achèvent.

1 500 lycéens les ont écoutés religieusement. Comme hier, les futurs mécanos poids lourds à Mondeville.

Reportage

Il porte encore beau Yvan Siboni, 89 ans, dans son costume anthracite, sa « ferraille » comme il dit, croix de guerre et médailles à la boutonnière. Hier après-midi, pendant deux heures, assis derrière une petite table de formica blanc, l'ancien engagé volontaire dans la 2e Division blindée (DB) de Leclerc fait face à une vingtaine d'ados, sweat et cheveux courts dressés au gel, certains une boucle à l'oreille.

Tous garçons et élèves de première Bac pro maintenance de véhicule industrielle (MVI) au centre de formation Promotrans à Mondeville.

Les lycéens sont scotchés


On imagine plus ces jeunes parler de mécanique de poids lourds. Mais Yvan Siboni est venu leur raconter son Débarquement en Normandie, alors qu'il était à peine plus âgé qu'eux, le 1eraoût 1944. « La première fois que j'ai mis les pieds en métropole, c'est sur la plage d'Utah Beach très exactement au lieu-dit La Madeleine » raconte ce pied noir né à Constantine et qui décide, à 19 ans, de partir à vélo à Sousse en Tunisie pour rejoindre la 64e artillerie coloniale.

Il fait ses classes au Maroc en avril 1943, revient à Oran. « Les femmes se mettaient à genoux sur notre passage et se signaient », se souvient-il avec émotion. Puis il rejoint la 2e DB en Angleterre. Liverpool, le Yorkshire, l'Écosse avant la traversée de la Manche « avec le mal de mer ».

Arrivé en Normandie, « les Américains avaient déjà déblayé le terrain », il essuie des tirs sporadiques. « J'étais assoiffé. Un paysan me tend un verre. Je l'avale d'un trait. C'était du calva... »

Yvan connaît des combats beaucoup plus âpres dans la poche de Chambois et à Écouché. Puis il participe à la libération de Paris. « Une liesse incroyable. Mon meilleur souvenir. » Le 1er canonnier de char part sur le front de l'Est, combat en Lorraine, libère Strasbourg repart se battre dans les Ardennes et dans les Vosges où il est « laissé pour mort » et hospitalisé à Épinal.

Les futurs mécanos sont scotchés devant le récit émaillé d'anecdotes et redoublent de questions. Il y a en a bien un qui ose « et quand vous tombiez en panne sur le bord de la route, vous répariez ? ». Toutes les autres questions portent sur l'engagement, la peur, tuer l'ennemi, les rapports avec les civils et les Normands... Romain, Siegfried et leurs camarades ont aimé le récit : « C'est autre chose qu'un cours d'histoire. C'est vivant. Il y avait même de l'humour et de l'ironie. »

Yvan Siboni, Caennais depuis 1963 après avoir épousé une Normande, remercie les jeunes de leur écoute. « Ils ont été formidables », répète-t-il. Ces deux heures devant la caméra de France 2 pour un 13 heures le 3 ou 4juin boucle un cycle de 70 Voix de la liberté.

Des vétérans, civils, déportés, prisonniers, résistants, Américains, Allemands, anciens Soviétiques... Invités par la Région pour parler de leur guerre et de leur Débarquement à 1500 apprentis, lycéens pros, technos ou en enseignement général. En Normandie, à Minsk, Washington, en Norvège, au Canada ou en Pologne.


Sous chaque croix blanche du cimetière Américain de Colleville-sur-Mer ( Normandie) , dort un morceau de Liberté.

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Retourner vers « L'actualité des plages du débarquement »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité