Un GI de 92 ans retrouve sa plaque perdue en Normandie

Les informations dans la presse locale, régionale ou nationale qui concernent les plages du débarquement, les débats en Normandie ou les personnes mises à l'honneur se trouvent ici !
Marc Laurenceau
Messages : 2702
Enregistré le : 20 juil., 23:00
Vérification anti-robot : JE NE SUIS PAS UN ROBOT

Un GI de 92 ans retrouve sa plaque perdue en Normandie

Message non lu par Marc Laurenceau »

Près de soixante-dix ans après le D-Day, la plaque d'identification d'un GI Américain a été retrouvée sur une plage de Normandie, à Agon Coutainville (Manche). Malgré la rouille, deux chercheurs français ont pu identifier son propriétaire, un vétéran de 92 ans toujours vivant.

James Kelson, qui a participé au débarquement, vit aujourd'hui dans un quartier pauvre de Washington (Etats-Unis) et c'est dans sa maison que l'historien Antonin Dehays l'a rencontré pour lui remettre sa plaque de GI. L'histoire des soldats noirs américains dans la seconde guerre et la rencontre entre l'ancien combattant et l'historien nous sont racontées en images par Maryse Burgot, Laurent Desbois et Bernard Lebrun, de France 2.

Lien de la vidéo :

http://api.dmcloud.net/player/pubpage/4 ... autoplay=1


Marc Laurenceau
Webmaster du site DDay-Overlord et du forum
Auteur du livre Jour J Heure par Heure

Image
Avatar du membre
Aymer
Messages : 21
Enregistré le : 21 janv., 10:04
Vérification anti-robot : JE NE SUIS PAS UN ROBOT
Localisation : Ile de France

Re: Un GI de 92 ans retrouve sa plaque perdue en Normandie

Message non lu par Aymer »

Merci pour l'information.
Sait on quelle était l'unité de cet homme ? Et comment une de ses dog tag's a pu se retrouver sur Agon Coutainville ?


Vice président de l'association V for Victory
________________________________________________
Page Facebook de l'association
Site de l'association
Avatar du membre
converset
Messages : 324
Enregistré le : 25 févr., 19:03
Vérification anti-robot : JE NE SUIS PAS UN ROBOT

Re: Un GI de 92 ans retrouve sa plaque perdue en Normandie

Message non lu par converset »

alors sa c'est exelent


Avatar du membre
fxxtdf
Messages : 117
Enregistré le : 23 janv., 18:25
Vérification anti-robot : JE NE SUIS PAS UN ROBOT
Localisation : Ath

Re: Un GI de 92 ans retrouve sa plaque perdue en Normandie

Message non lu par fxxtdf »

Whaou, belle cette histoire!!!


Avatar du membre
john9
Messages : 783
Enregistré le : 05 déc., 21:17
Vérification anti-robot : JE NE SUIS PAS UN ROBOT

Re: Un GI de 92 ans retrouve sa plaque perdue en Normandie

Message non lu par john9 »

Salut,

merci pour cette belle superbe histoire, d'autant plus que ce soldat est toujours vivant,
mais ce qui est domage, c'est qu'un vétéran du D-DAY habite dans un quartier pauvre..............

A+


Membre de l'association : "Les Fleurs de la Mémoire".
Membre de l'association : "DDay-Overlord" : Mémoire de la bataille de Normandie.
Avatar du membre
pelican
Messages : 86
Enregistré le : 13 mars, 18:36
Vérification anti-robot : JE NE SUIS PAS UN ROBOT
Localisation : Nivelles, Belgique

Re: Un GI de 92 ans retrouve sa plaque perdue en Normandie

Message non lu par pelican »

quelle belle histoire !!


Marc Laurenceau
Messages : 2702
Enregistré le : 20 juil., 23:00
Vérification anti-robot : JE NE SUIS PAS UN ROBOT

Re: Un GI de 92 ans retrouve sa plaque perdue en Normandie

Message non lu par Marc Laurenceau »

Voici plus d'éléments sur cette découverte et cette histoire :

En septembre 2012, Florence, une amie de Stéphane Lamache, directeur de l'Airborne Museum de Sainte-Mère-Eglise en Normandie, se promenait le long des dunes d'Agon-Coutainville avec des amis. C'était une belle journée ensoleillée. Un petit morceau de métal brillant sortait à peine de la surface du sol.

Le directeur et historien a immédiatement reconnu la plaque d'identité américaine, fameuse "Dog Tag", qui sert pour l'identification des soldats et qui est portée autour du cou. Ce genre de découverte n'est pas extraordinaire en Normandie, avec les 160 000 soldats qui ont transité par la région en 1944. Il découvre gravé : "James Kelson" ainsi que le groupe sanguin et la religion.

Après quelques recherches, il retrouve une biographie de ce soldat : James Kelson est né en 1921. Soldat afro-américain, il a fait avant la guerre des petits boulots dans des restaurants, à bord de trains et mêmes des bâteaux. Il est appelé sous les drapeaux le 2 décembre 1942 et fait ses classes à Fort Myer en Virginie avant d'être projeté en Angleterre et de participer à la bataille de Normandie. Comme l'essentiel - si ce n'est la totalité - des soldats afro-américains, il ne sert pas dans une unité combattante mais est employé comme fourrier, "à l'arrière".
Les archives indiquent ces informations sur la vie de Kelson, mais rien sur les circonstances de sa mort. Lorsque Stéphane Lamarche consulte les registres de décès, il ne trouve aucune mention d'un James Kelson. Après avoir pris contact avec un réseau de généalogistes aux Etats-Unis, il obtient l'adresse de la fille de Kelson, prénommée Joan.

"Sa fille nous a dit que son père était toujours en vie" raconte le directeur. Le vétéran, alors âgé de 91 ans, vivait dans une maison de retraîte à Washington D.C. Antonin Dehays, historien à l'Airborne Museum qui était en train d'effectuer des recherches sur l'armée américaine, est allé à sa rencontre. "J'ai rencontré beaucoup de Français", raconte James Kelson, "ce sont de bonnes personnes". Il se confie avec un peu de mal. Membre des troupes de soutien logistique et après un passage en Angleterre, il se souvient avoir débarqué fin juin 1944 à Omaha Beach. Conduit à Cherbourg, le port de ravitaillement en vivres, gazole et munitions, il est enrôlé dans une unité de blanchisserie. Un travail qu'il partage avec d'autres soldats afro-américains que l'on relègue aux tâches subalternes. Pas question de les doter d'armes et de les envoyer au combat. "La plupart des soldats noirs étaient enrôlés à l'arrière", poursuit Stéphane Lamache, "par crainte de les voir se rebeller si on leur donnait l'occasion d'user d'une arme. Très peu étaient autorisés à en porter."

Durant son interview par Antonin Dehays, James ne s'est pas rappelé avoir perdu sa plaque, mais qu'importe ! Le nonagénaire, qui vit aujourd'hui dans le quartier d'Anacostia, a du mal à évoquer sa Normandie. "C'est difficile pour lui d'en parler", précise l'historien : "Par exemple, de nombreuses bagarres ont éclaté sur le port de Cherbourg. Blancs et Noirs avaient chacun leur secteur, leur lieu de sorties. En octobre 1944, des Manchois ont protesté contre des exactions commises par des soldats de la Libération. Des rapports ont été dressés, des soldats désarmés. C'est un aspect sombre de l'histoire de l'armée américaine."

Après son passage en Normandie, il a également participé à la bataille des Ardennes à la fin de l'année 1944, puis a été engagé contre les armées japonnaises. De retour aux Etats-Unis en 1946, il a trouvé du travail dans le bâtiment. Il se souvient encore de quelques mots en Français, et notamment l'expression "comme ci, comme ça".

Image
Antonin Dehays rends la "Dog Tag" retrouvée à son propriétaire, James Kelson, le 22 mars 2013

Le 22 mars 2013, durant une petite cérémonie, ses plaques lui ont été rendues, presque 69 ans après avoir été perdues sur une plage de Normandie.

Pour ceux qui souhaitent découvrir des images de Cherbourg pendant et après la libération, voici la galerie 333 photos que vous propose le site DDay-Overlord : http://www.dday-overlord.com/photos_bat ... rbourg.htm


Marc Laurenceau
Webmaster du site DDay-Overlord et du forum
Auteur du livre Jour J Heure par Heure

Image
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Retourner vers « L'actualité des plages du débarquement »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité