D-DAY

Vous souhaitez partager des informations concernant la seconde guerre mondiale en général ou informer les membres d'événements commémoratifs particuliers, cet espace est fait pour vous.
Invité

D-DAY

Message non lupar Invité » 07 juil., 19:45

Je vais le lire se soir Image mais superbe dessin Image
Vivement le tome 2


Invité

D-DAY

Message non lupar Invité » 08 juil., 15:12

Bon,résumé du chapitre 3(je suis au 3/4 du chapitre):

Comme dit dans l'épisode précedent,le bombardement de Brest va commencer.Les raids de nuit se succèdent pour seul résultat des civils tués,batiments détruits.Nous retrouvons notre lieutenant de vaisseau,Jean Philippon(vu au début du livre,il commandait le sous-marin "Ouessant",sabordé par ses propriétaires pour qu'il ne tombe aux mains de l'ennemi),devenu "chef de service des jardins du port de Brest."Ce matin froid et brumeux de février 1941,un homme vint frapper a sa porte,25 rue du Chateau.Cet homme,c'est Gilbert Renault,il vient de Londres.Jean est surpris de voir cet homme venir de Londres,en pleine occupation.Jean apprendra plus tard que Renault etait le colonel Rémy.Gilbert se présente comme étant membre de l'entourage de De Gaulle,venant créer un réseau de renseignements en France.Jean a fait trois serments a Pétain,mais il déclare accepter de renseigner l'amirauté anglaise.Il se met donc au travail,observe tout mouvement de l'ennemi et le transmet a Gilbert,qui porte les messages a un ami radio,à Saumur.Il observe les Sperrbrecher,forceurs de barrages,solides cargos bien armés en DCA jusqu'a 16 pièces de 40,bourrés de barriques vides et de balles de liège,doté d'un solénoïde capable de neutraliser les bombes magnétiques que,depuis quelque temps,les avions anglais larguent dans la rade.Puis,tout va basculer.Le 22 mars 1941,les cuirassés Scharnhorst et Gneisenau,appareillés a Kiel le 4 février arrivent dans la Rade.Philippon court a Laninon,ou il voit d'abord le Gneisenau arriver porte 8.Il porte 22 pavillons de victoire,22 cargos anglais,105 000 tonnes coulées.Il envoie rapidement un message a Gilbert,ou il explique que le Gneisenau est a Laninon,porte 8 et le Scharnhorst a l'ancien poste du Dunkerque.Les messages se succèdent,puis,le prinz Eugen entre dans la Rade."Dès cet instant,la vie à Brest devient infernale.Pas un jour ne passera sans au moins une alerte."
Le Bomber Command évalue la situation.Un navire est en cale sèche,l'autre ammaré le long d'un quai,tout deux sous des filets de camouflages.La première tentative a lieu le 29 mars,cinq jours après l'expédition du télégramme.Manque de chance,Les bombardiers vont demi-tour a cause d'une absence de couverture nuageuse.Le bombardement de fera donc de nuit...Aucun coup au but,un appareil perdu.Le lendemain,même problème,même conséquence:bombardement de nuit.109 bombardiers attaquent,aucun coup au but,un appareil perdu.Jusqu'au 4 avril,3 bombardement,même résultat.Dans la nuit du 4 arvil,nouveau bombardement,une bombe tombe sur l'Hôtel Continental,siège de la Kriegsmarine.Plusieurs officiers des cuirassés sont bléssés.Un pilote affirme avoir largué une bombe perforante dans le bassin n°8.En raison du danger de la bombe a quelques mètres de la coque du Gneisenau,au matin du 5 avril,le commandant le fait sortir.Malheureuse idée,le cuirassé devient plus répérable.Le lendemain,a tout hasard,nullement renseignés,deux Beaufort du Coastal Command,nullement en mission,passe par là.Ils aperçoivent le navire et se lancent a l'attaque,un des bombardiers en piqué est abattu,l'autre, largue une bombe sur le Gneisenau,avant de s'écraser.Le flying officer K.Campbell sera décoré de la Victoria Cross a titre posthume.Le navire présente des avaries:6 mois d'immobilisation!
Dans la nuit du 6 au 7 avril,des bombardiers espérant mettre le coup de grâce au navire.Mais le mauvais corse la mission,navire non repéré.Le Gneisenau rentre dans le bassin n°8.Apres de nombreux acharnements,3 jours après,les bombardiers touchent 4 fois le navire,qui contenait une centaine d'éleves officiers venus d'Allemagne en entrainement.Une tourelle principale touchée.Les raids de nuit se succèdent,dont Hilarion(nom de code du lieutenant) s'insurge et en informe le Bomber Command.Des civils sont tués sans aucun résultat militaire.Mais voila que le prinz Eugen,partenaire du Bismarck coulé le 27 mai,vien chercher refuge a Brest.Le Bomber Command lance de nombreuses attaques,aucun résultat.Dans la nuit du 1er au 2 juillet,coup au but sur le Gneisenau,l'avarie paralyse le navire pour de longs mois.Reste le Scharnhorst...
Hilarion devine que le navire va quitter Brest,et il raison,le Scharnhorst quitte Brest le 21 juillet a 21 heures.Le 22,un avion de reconnaissance anglais cherche le bateau:il n'est plus la.Toutes les escadrilles sont alors mobilisées pour retrouver le cuirassé.Rien a Lorient,rien a St Nazaire.Hilarion part avec Rémy pour Bordeaux en passant par St Nazaire:Rien.Il décide alors de repartir pour La Rochelle ou se trouve un agent nantais.Mais l'amirauté est plus rapide,elle repère le cuirassé le 23 au matin et lance une attaque:aucun coup au but.Le Scharnhorst se prépare a rentrer a Brest.


Un lien de photos du Gneisenau et du Scharnhorst à Brest,en anglais mais assez compréhensible: http://www.scharnhorst-class.dk/gneisenau/gallery/gallgneisebrest.html
il y a aussi ce lien sur les bases:http://www.uboat-bases.com/fr/index.php

La suite demain,c'est déja pas mal Image
Mes doigts flambent comme le Gneisenau^^

A+

Invité

D-DAY

Message non lupar Invité » 08 juil., 23:11

La suite demain,c'est déja pas mal Image
Mes doigts flambent comme le Gneisenau^^

Déja pas mal tu dis !!! Vraiment bien ! J'attend la site l'ami !

Invité

D-DAY

Message non lupar Invité » 09 juil., 09:45

Bon,voici la suite du chapitre 3:

Le Bomber Command pense à réaliser une opération tant désirée:un bombardement de jour sur Brest.Ce 24 juillet,des centains de bombardiers vont frapper simultanément a Cherbourg,Brest et La Pallice(Bordeaux).Comme d'habitude,un véritable échec.Les deux cuirassés font route vers Kiel,la partie est perdue pour les anglais.Mais un bombardier arrive a créer des avaries dont le Scharnhorst aura du mal a se remettre.Il rentre a Brest.Les Brestois seront enfin tranquilles,comme le Bomber Command.Les anglais estiment le bombardement de Brest comme un échec,n'ayant pu détruire les navires.Hilarion n'est pas d'accord,pendant que les cuirassés restaient a quai,des cargos anglais étaient sauvés.


Chapitre 4,qui concerne les bombardements sur Paris:
Nous sommes le 3 mars 1942,tout commence dans un hôtel ou se trouve Ernst Jünger,un hauptmann,attaché a l'état major du Kommandant "Der Gross Paris".Le dîner conclu,ils entendent des coups sourds.
Jünger suggère une explosion.Les coups s'intensifient,il pense alors a un orage de printemps,fréquent a cette époque.Puis un français dans l'entourage dit:"Ces messieurs prennent cela pour un orage.Je croirais plutôt que ce sont des bombes!
Exact.Des bombes sur Paris?
Oui,le bomber command ne s'était pas encore penché sur Paris.Mais ils décident de bombarder les usines environantes,dont les usines Renault,a Boulogne-Billancourt,qui fabriquent des milliers de camions pour l'armée allemande en une année.Le raid se déroule avec une nouvelles technique,la première vague largue d'abord des pots lumineux pour éclairer la zone a bombarder,puis ils larguent les bombes.Même chose pour la deuxième,troisième...
De 21h15 à 23h15,trois vagues,comme cela était prévu.Mission réussie,l'usine Renault est dévastée,les ouvriers metteront des mois a la remettre en marche.Tout comme l'usine Gnome et Rhône,bombardée quelques jours après,et bien d'autres.
Comme d'habitude,des civils sont tués,un débat se forme,certains estiment bien de bombarder ces usines,malgré les civils tués,d'autres trouvent cela inadmissible.Pourtant,les allemands l'ont bien fait a Londres,en France,ils ne se sont pas géné pour bombarder les habitants de l'Exode!
Il y a eu 391 morts sur les 11 communes bombardées cette nuit-là,sans compter les nombreux dégats et blessés.Selon un sondage effectué par Michelin chez ses ouvriers,75% ont trouvé bien cette opération.

Voila,demain chapitre 5 "Raids a basse altitude sur les usines d'Ile de France".
Si vous avez des questions,n'hésitez pas

Invité

D-DAY

Message non lupar Invité » 11 juil., 18:24

Je m'apprête afaire le résumé du chapitre 5 et 6 mais ça a pas l'air d'intéresser grandmonde,je continue?

Boisbouvier
Messages : 18
Enregistré le : 29 juin, 23:00

D-DAY

Message non lupar Boisbouvier » 11 juil., 18:25

Oui tu continues ! Tu fais une bonne job, moi je l'a suis l'ami !



Retourner vers « Discussions générales autour de la seconde guerre mondiale »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité