Encyclopédie du débarquement et de la bataille de Normandie
English version Spanish version

Sturmgeschütz III Ausf. G – Histoire, fiche technique et photos

Sturmgeschütz III Ausf. G

Histoire, fiche technique et photos

Image : Char Sturmgeschütz III Ausf. G

Historique du Sturmgeschütz III Ausf. G

Les Allemands sont à l’origine du concept d’artillerie d’assaut, qui représente un véhicule blindé fortement armé capable de venir à bout des points fortifiés lors d’une phase offensive, en suivant la manoeuvre. Les besoins d’appuis de l’artillerie d’assaut naissent avec la Première Guerre mondiale et les militaires allemands confirment son utilité avant la Seconde Guerre mondiale.

Dès le 15 juin 1936, les Allemands développent par l’intermédiaire de l’entreprise Daimler-Benz un char capable à la fois de détruire un point fortifié et d’être un chasseur de chars. Dans le cahier des charges, le hauteur du char ne doit pas dépasser la hauteur d’un homme debout afin de réduire sa signature visuelle. Pour se faire, Daimler-Benz utilise le châssis du char Panzer III déjà existant et l’équipe d’un court de 75 mm (au départ un StuK 37 L/24). Après des premiers engagements contre les Soviétiques, il est équipé d’un nouveau canon, plus rapide, notamment le 75 mm StuK 40 L/48 à l’automne 1942.

Utilisé aussi bien en appui de l’infanterie (notamment avec la possibilité d’accueillir une mitrailleuse MG 34 en superstructure) que lors de contre-attaques blindées, le Sturmgeschütz profite d’un profil bas qui lui permet d’être décelé tardivement par ses adversaires. Sur certains modèles de la version G, une MG 34 est ajoutée en armement coaxial.

Rapides à construire et peu onéreux (notamment parce qu’ils ne sont pas dotés de tourelle), les Sturmeschütz (appelés aussi “StuG”) coûtent 82 500 RM à l’époque. Des exemplaires sont livrés pendant la guerre aux forces de l’Axe comme la Bulgarie, l’Italie, l’Espagne, la Finlande et la Roumanie.

Ces StuG participent aux combats sur le front est comme à l’ouest, notamment pendant la bataille de Normandie où de nombreux exemplaires sont détruits par l’aviation alliée. Après la Seconde Guerre mondiale, des modèles reclassés sont utilisés jusque dans les années 1960 (en particulier pendant la guerre des Six Jours en 1967 au sein de l’armée syrienne).

Fiche technique du StuG III G

Pays créateur/utilisateur : Allemagne
Dénomination : Sturmgeschütz III Ausf. G
Construction totale (StuG III) : 9 408

Longueur : 6,85 m
Largeur : 2,95 m
Hauteur : 2,16 m
Masse : 23 900 kg
Vitesse maximale : 40 km/h
Autonomie : 155 km

Armement principal : un canon de 75 mm StuK 40 L/48 (dotation de 54 coups)
Armement secondaire : une mitrailleuse de 7,92 mm MG 34 (dotation de 600 coups)

Moteur : Maybach HL 120 TRM V12 de 296 chevaux (221 kW)
Consommation : 260 litres aux 100 kilomètres

Equipage : 4 personnels (1 chef de char, 1 pilote, 1 tireur et 1 chargeur)

Maquettes :
Sturmgeschutz III – Airfix
Sturmgeschutz III Ausf. G – Tamiya

Actualités de la Normandie

George G. Klein – 2nd Ranger

George G. Klein – 2nd Ranger

Financez le retour de George G. Klein en Normandie aux prochaines commémorations ! Ce vétéran a escaladé la Pointe du Hoc le 6 juin 1944.

Mur du Souvenir

Mur du Souvenir

Le Mur du Souvenir est un espace de mémoire en hommage aux vétérans de la bataille de Normandie qui se sont éteints.

Médiathèque

Médiathèque

Médiathèque du débarquement et de la bataille de Normandie : photos et vidéos d'époque.

Suivez D-Day Overlord sur Facebook