Libération d’Aunay-sur-Odon en 1944 pendant la bataille de Normandie

(Calvados)

Les villes de Normandie pendant les combats de 1944

14 juin 1944 : bombardement aérien de la commune de Aunay-sur-Odon. La fumée se dirige vers l'est. Photo : IWM

14 juin 1944 : bombardement aérien de la commune de Aunay-sur-Odon par les forces américaines. La fumée se dirige vers l’est.
Photo : US National Archives

Libération : 5 août 1944

Unités engagées :

Drapeau anglais 1st Royal Tank Regiment, 7th Armoured Division

Drapeau anglais 11th Hussars, 7th Armoured Division

Drapeau anglais 5th Royal Horse Artillery

Drapeau nazi 326. Infanterie-Division

Drapeau nazi 10. SS-Panzer-Division

Historique :

Moins d’une semaine après le débarquement de Normandie, alors que les forces allemandes résistent durablement au Nord-Ouest de Caen et que leurs adversaires sont incapables de percer les lignes de défense, les raids aériens se multiplient sur de nombreuses communes du Calvados. Le village d’Aunay-sur-Odon n’est pas épargné : les nombreuses routes qui convergent vers son centre représentent autant d’itinéraires utilisables par les renforts allemands. Du 11 au 15 juin 1944, les bombardiers alliés se relaient pour réduire la commune en champ de ruines : quatre-vingt-dix pour cent du village est détruit, ne laissant debout que l’école des garçons et le clocher de l’église Saint-Samson. Au total, 187 habitants d’Aunay-sur-Odon ont été tués sous les bombes.

A la fin du mois de juillet 1944, alors que les Britanniques préparent l’opération Bluecoat dans le but d’empêcher la formation d’un saillant entre leurs positions et celles des Américains, la 7th Armoured Division commandée par le Major General George Erskine lance son offensive en direction d’Aunay-sur-Odon et du mont Pinçon, le point le plus élevé du Calvados. L’offensive visant à contourner Caen par ce mouvement d’Ouest en Est était planifiée depuis la deuxième moitié du mois de juin, mais les retards engrangés dans ce secteur par les forces du Commonwealth n’ont pas permis son exécution avant le 30 juillet.

Le 3 août, la progression des forces britanniques vers ses objectifs respectifs s’avère extrêmement lente, entrainant de fortes tensions au sein de l’état-major de la 2e armée britannique. En outre, ce même jour, les Allemands de la 326. Infanterie-Division et de la 10. SS-Panzer-Division contre-attaquent à l’ouest d’Aunay-sur-Odon et repoussent la 7th Armoured Division : en conséquence, le Major General Erskine est relevé de son commandement et remplacé par le Major General Lloyd-Verney. Sanction identique pour le Lieutenant General Gerard Bucknall, commandant le 30th Corps, qui laisse sa place au Lieutenant General Brian Horrocks. Le 5 août, les Britanniques poursuivent leur progression : les fantassins du 11th Hussars appuyés par les blindés du 1st Royal Tank Regiment s’engagent sans combat dans les ruines d’Aunay-sur-Odon, abandonné la veille par les Allemands. Le 30th Corps prend la direction du mont Pinçon dès le lendemain.

Photos d’Aunay-sur-Odon en 1944

Carte d’Aunay-sur-Odon :