70e. L’incroyable défi technique des ports Mulberry A et Mulberry B

Vous souhaitez aborder un sujet général concernant la stratégie d'un camp ou de l'autre, ou poser une question particulière en rapport avec la bataille de Normandie ? Cette rubrique est faite pour vous !
Avatar du membre
325th GIR
Messages : 1621
Enregistré le : 03 sept., 23:00

70e. L’incroyable défi technique des ports Mulberry A et Mulberry B

Message non lu par 325th GIR » 22 avr., 12:10

Source : Ouest France 22 Avril 2014
http://www.ouest-france.fr/70e-lincroya ... -b-2285096

70e. L’incroyable défi technique des ports Mulberry A et Mulberry B

http://www.ouest-france.fr/sites/defaul ... erry-b.jpg

Très vite, lorsqu’il fut question d’un débarquement en Normandie, les experts en logistique militaire mirent en avant l’impossibilité de le réussir...

... sans avoir au plus vite un port en eau profonde. Pour approvisionner nuit et jour des dizaines de milliers d’hommes et d’engins motorisés, avançant à l’intérieur des terres sur des dizaines, puis des centaines de kilomètres.

Il fallait disposer d’au moins un port en eau profonde

Or, il était inenvisageable de prendre les deux seuls grands ports fortifiés normands, Le Havre à l’Est, Cherbourg à l’Ouest. Du moins, avant que les Allemands n’aient eu le temps de les détruire.

Comme en 14 – 18 lorsqu’il imposa l’utilisation des chars pour gagner la guerre, Winston Churchill soutint l’idée géniale d’un ingénieur britannique :

Si les Alliés ne pouvaient s’emparer d’un port sur place, eh bien ! ils l’amèneraient avec eux !

Le port artificiel, un des projets les plus osés de l’opération Overlord

http://www.ouest-france.fr/sites/defaul ... ry-b_0.jpg

Le port artificiel était né. Sans doute l’un des projets les plus osés de l’opération Overlord, déjà elle-même, plus grande opération militaire de tous les temps.

Les Alliés entreprennent en Grande-Bretagne la construction non pas d’un, mais de deux ports artificiels, d’une surface de 500 ha chacun. Ces projets ultra-secrets reçoivent pour noms de code « Mulberry A » (pour American), « Mulberry B » (pour British). Le premier sera installé en secteur américain devant Omaha Beach, le second, en secteur britannique, devant Arromanches.

Les architectes vont faire preuve d’une grande audace et de beaucoup de génie pour construire et transporter en pièces détachées, un port artificiel qui rivalisera en tonnage journalier avec celui de New York.

Dès le 7 juin, digues, jetées et pontons traversent la Manche

Le 7 juin 1944, juste derrière les transports de troupe de renfort, une noria de remorqueurs amène devant les côtes du Calvados les premiers éléments du Mulberry A (il sera opérationnel le 16 juin) et du Mulberry B (ouvert au trafic le 14 juin). C’est-à-dire :

http://www.ouest-france.fr/sites/defaul ... ry-b_1.jpg

- Des digues et des jetées, réalisées avec d’imposants caissons de béton, les « Phoenix »

- Des quais qui suivront le mouvement des marées grâce à des passerelles, appelées Lobnitz, coulissant sur quatre énormes poteaux d’acier reposant au fond de l’eau.

- Des voies flottantes, c’est-à-dire des petites passerelles métalliques (whales) reposant sur des flotteurs en béton (1)

http://www.ouest-france.fr/sites/defaul ... ry-b_2.jpg

Ils amènent aussi de vieux navires de commerce et de guerre, des « blockships » qu’ils vont couler sur place pour faire, devant les ports artificiels, des brise-lames face au large. À marée haute, ils émergent encore de deux mètres au-dessus de l’eau. 56 sont coulés dès le 7 juin. Les Anglais saborderont même comme « blockship » devant le Mulberry A d’Omaha, un cuirassé de 26 000 tonnes, le HMS Centurion. Avec ces blockships, les Alliés ancreront aussi sur place pour servir d de brise-lames, des « Bombardons », des caissons métalliques flottants.

Mulberry B permettra jusqu’à sa fermeture, fin 1944, le débarquement de 400 000 véhicules et de 3 millions de tonnes de matériels et produits divers. Mulberry A, victime d’une terrible tempête, le 19 juin 1944, n’aura servi que trois jours !

Jack AUGER.

(1) Ces éléments auront une deuxième vie, après la fermeture du port d’Arromanches. Elles iront remplacer des ponts détruits pendant la guerre. En Normandie, mais aussi dans d’autres régions de France. Dans l’Ouest, il y en a encore 5 en service à Vierville-sur-Mer où elles forment une grande passerelle.


Sous chaque croix blanche du cimetière Américain de Colleville-sur-Mer ( Normandie) , dort un morceau de Liberté.


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Retourner vers « Discussion générale sur la bataille de Normandie »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité