Sur les traces de l'Obergefreiter Habersack

Ce forum vous permet de poser vos questions ou de demander des renseignements concernant les forces allemandes ayant combattu au cours de l'été 1944 en Normandie.
Marc Laurenceau
Messages : 2699
Enregistré le : 20 juil., 23:00
Vérification anti-robot : JE NE SUIS PAS UN ROBOT

Re: Sur les traces de l'Obergefreiter Habersack

Message non lu par Marc Laurenceau » 25 oct., 11:32

Je vous retrouve avec plaisir pour partager ce verre de l'amitié. Je consulte avec grande attention vos échanges, et j'apprécie tout particulièrement les détails, les photos qui correspondent. Cette recherche méticuleuse se fait rare de nos jours et cet article réalisé avec autant de précision fait honneur au forum. De quoi rédiger un livre à l'avenir, qui sait ?

Cordialement.


Marc Laurenceau
Webmaster du site DDay-Overlord et du forum
Auteur du livre Jour J Heure par Heure

Image

OGefr. Habersack
Messages : 111
Enregistré le : 09 oct., 19:50

Re: Sur les traces de l'Obergefreiter Habersack

Message non lu par OGefr. Habersack » 25 oct., 17:25

Un livre ?

Qui sait en effet, mais vous savez, Marc Laurenceau, c’est à titre purement personnel et sans aucune autre prétention que celle de faire la vérité sur l’histoire de l’Obergefreiter Habersack que je me suis engagé dans ces recherches.

Et c’est peut-être parce que je me suis posé très longtemps des questions sur lui, avec la naïveté de l’enfance et l’enthousiasme de l’adolescence, que maintenant, avec les possibilités réflexives de l’âge mûr, je m’attelle à la tâche de rendre compte aussi précisément que possible de son histoire.

Une chose est certaine en revanche, c’est que, même si les débuts sont prometteurs, tout reste à faire.

Alors œuvrons patiemment et nous verrons bien ce que l’avenir nous réservera...

Bien amicalement.
Modifié en dernier par OGefr. Habersack le 16 mars, 23:04, modifié 2 fois.



Avatar du membre
AIRBORNE58
Messages : 133
Enregistré le : 14 juin, 23:00
Localisation : 58 COSNE SUR LOIRE

Re: Sur les traces de l'Obergefreiter Habersack

Message non lu par AIRBORNE58 » 25 oct., 17:48

Bonsoir,
Je pense très sincèrement qu'une telle histoire mériterait d'être couché sur le papier.
Cette histoire fais partie intégrante de votre vie.
Vous lui avez consacrer du temps, de la peine, des doutes.
Et l'on peut sentir à la lecture de votre récit toute la passion qui vous anime.
C'est à la fois troublant et fascinant.(les ingrédients pour faire un bon livre)
Alors pensez-y.
Pour vous, pour lui et pour nous passionnés.
Cordialement
AIRBORNE58


Membre de l'association "Les fleurs de la mémoire"
Membre de l'ARORM (Association pour la Recherche sur l'Occupation et la Résistance en Morvan).

Membre de l'association "DDAY-OVERLORD"
« Il faut compenser l'absence par le souvenir. La mémoire est le miroir où nous regardons les absents »
[Joseph Joubert]

OGefr. Habersack
Messages : 111
Enregistré le : 09 oct., 19:50

Re: Sur les traces de l'Obergefreiter Habersack

Message non lu par OGefr. Habersack » 25 oct., 19:02

Je ne peux que répéter, mon cher AIRBORNE58, ce que je disais plus haut à Marc Laurenceau.

Il est vrai que l’histoire de l’Obergefreiter Habersack me tient tout particulièrement à cœur, depuis très longtemps déjà, que je ne compterai jamais les efforts que je pourrai consacrer à faire revivre sa mémoire, mais de là à nourrir un projet de publication, il y a un pas que je ne désire pas franchir pour l’instant.

Non, d’ailleurs, ce forum et la possibilité qu’il m’offre de rendre publique l’histoire de Kurt m’apporte déjà beaucoup de satisfaction. C’est dans l’échange et le dialogue avec des passionnés comme vous et tous les autres membres du forum que j’ai plaisir à travailler. Alors certes, l’ordinateur impose sa présence massive entre nous et tend à nous séparer les uns des autres, mais c’est aussi un formidable moyen de communication qui élargit considérablement nos horizons. Ce forum étant le lieu même où le récit de cette « histoire » a vu le jour, c’est grâce à lui et avec vous que je tâcherai de le poursuivre !

Sachez en tous cas que vos suggestions me touchent et m’encouragent à persévérer. Merci donc.

Bien amicalement.
Modifié en dernier par OGefr. Habersack le 16 mars, 23:06, modifié 2 fois.



OGefr. Habersack
Messages : 111
Enregistré le : 09 oct., 19:50

Re: Sur les traces de l'Obergefreiter Habersack

Message non lu par OGefr. Habersack » 27 oct., 09:40

Bonjour à tous.

Et si on reprenait le cours de notre expertise en examinant cette fois la « Gasmaske » et sa « Gasmaskenbüchse » ?
*** Le masque à gaz d’abord.

Il en existe différents modèles. Le masque M 30, premier et second modèle, et le masque M 38, premier et second modèle également. À l’examen, celui de Kurt s’avère être un M 38 second modèle, fabriqué en gomme synthétique noire, avec les sangles de fixation unis à une boucle d’aluminium (tandis que le M 38 premier modèle était en gomme synthétique vert clair, avec des sangles de fixation cousues et collées).

Il porte une inscription énigmatique (sur une peinture ajoutée plus gris-ardoise que celle, rajoutée également, présente à l’intérieur de la bombe du casque qui est davantage vert-de-gris) : « 1557 ». (Remarquons au passage la tendance qu’a Kurt à faire remonter les pattes de ses 5, d'où la confusion possible sur les marquages du casque).

Image

Cette peinture gris-ardoise a assurément été posée (grossièrement) pour masquer d’anciennes marques. Si on zoome en effet, et bien que le rendu d'une photo soit à nouveau moins efficace que celui d'une loupe, on se rend compte qu’au dessous du « 1557 » figurent d’autres numéros ou lettres (très difficilement identifiables) dont le tracé forme un relief et qui sont faits avec la même peinture (on la distingue clairement juste au dessus du premier 5 notamment) que celle qui a servi à écrire « Habersack » sur l’intérieur de la bombe du casque. (Nous allons revenir par la suite sur ce « masquage » et les difficultés qu'il pose).

Image

Pourquoi Kurt a-t-il pris la peine d’écrire ce numéro « 1557 » sur le masque à gaz et, comme on va le voir, sur la boite container ? Cela ne correspond pas à son numéro de matricule (- 100 - 1./A.I.R. 196), ni aux numéros des régiments de la 85.I.D. (Grenadier-Regiment 1053 et 1054), ni aux numéros des bataillons et des groupes (déclinés avec le numéro 85 ou 185 : Divisions-Füsilier-Bataillon 85, Artillerie-Regiment 185, Panzerjäger-Abteilung 185, etc.). Ce n’est pas non plus un numéro de compagnie, puisque celle-ci se décline en 1., 2., 3. Kompanie, etc. Faut-il alors descendre encore dans les échelons de la hiérarchie, mais les sections dans un bataillon de fusiliers, comme dans celui de grenadiers, se déclinent en 1., 2., 3. Zug, etc. Nous butons donc, avec ce « 1557 », sur une première énigme !

À l’intérieur du masque, on peut voir, moulés sur le caoutchouc, les marquages suivants :
  • - « byd » d’abord : c’est le code du fabricant, référencé n° 533 dans le listing du Heereswaffenamt (dont nous avons précisé p. 2 le lien internet dans le post consacré à l’expertise du « Stahlhelm »). Heinrich und Bernhard Dräger, « Gasschutzgeräte » (Dispositifs de protection contre les gaz), Moislingeralle 51-53, Lübeck, Schleswig-Holstein.

    Image

    Image
    ABBC3_SPOILER_SHOW

    Image
    ABBC3_SPOILER_SHOW
    - Et « 42 - 76 ler - B » : 42, pour l’année de fabrication, assurément. En revanche, le sens de l’inscription « 76 ler - B » nous échappe complètement. Seconde énigme.

Image

Entre les deux oculaires du masque à gaz (la teinte rougeâtre étant due à l’oxydation du celluloïd vieillissant), on retrouve sur la languette l’inscription « ler »...

Image

... tandis qu’en dessous figure un numéro : « 3 ».

Image

L’inscription « ler » renvoie-t-elle au fabricant de la partie caoutchouc du masque à gaz, un sous-traitant de « byd » donc ? Mystère. Le « 3 » , en revanche, correspond au code de la taille - les masques à gaz étaient en effet disponibles en trois tailles, 3 étant la plus petite.

La cartouche du masque à gaz, quant à elle, est du modèle « FE 41 » (les initiales FE clairement estampillées signifiant « Filter-Einsatz », filtres d’utilisation). Il en existait trois autres modèles : FE 37, FE 39 et FE 42.

Image

Elle comporte également une autre inscription estampillée « Fe », à ne pas confondre avec « FE » - les lettres « Fe » signifiant « Ferrum » en latin (fer, en fr.).

Sur la cartouche figurent aussi trois autres marques, imprimées à l’encre cette fois :
  • - « fcc » : le code du fabricant (référencé n° 702 dans le listing du Heereswaffenamt), Hermann Nier, « Metallwarenfabrik » (usine d'articles métalliques, en fr) localisé à Beierfeld, Sachsen.

    Image

    - « 3 21 2 » : le numéro d'identification (« Kenn nummer », en all.) assigné à ce type de cartouche par le fabricant.

    Image

    - Un tampon (presque) effacé et illisible : celui du Waffenamt  (le service de contrôle et d’acceptation de l’armement), avec, à droite, son  « Kontrollnummer »,  « Wa.A A 37 », et, à gauche, un aigle maintenant dans ses serres une croix gammée (l’encre n’a pas résisté au temps mais on en distingue encore une aile).

    Image

    Un tampon du Heereswaffenamt qui se présentait originellement ainsi :Image
Voyez que tout n’est pas tiré au clair dans cette expertise du masque à gaz et de sa cartouche. Vos suggestions seront donc les bienvenues !

Quant à la boite container maintenant, sur un marquage plus ancien et illisible fait avec la même peinture que celle qui a servi à écrire le nom Habersack sur le casque (on peut seulement deviner une dizaine de lettres avec, semble-t-il, un « H » pour commencer et un « O » pour finir : H... [ABERSACK ?] O...[pour Obergefreiter ?]), on retrouve donc l’énigmatique « 1557 » peint en noir (avec un 7 qui tend à disparaître).

Notons qu’au dessous de tous ces marquages se trouve à nouveau la peinture gris-ardoise qu’on évoquait s’agissant du masque à gaz. Toutes les pièces de l’équipement de Kurt en notre possession présentent donc une retouche. Est-ce là une rectification due à son changement d’affectation (à sa mutation de la 68.I.D. à la 85.I.D., comme nous l’avons déjà dit) ? Cela doit-il nous conforter dans l’idée que cet équipement (le casque tout du moins) a bien fait, comme son propriétaire, les campagnes de France et de Russie ? Je ne parle pas en effet de la campagne de Pologne, car l’expertise du casque de Kurt nous a appris qu’il était du modèle M 40 de la livraison du 27/01/1940. Et seul le casque peut avoir fait ces deux campagnes, car, le masque à gaz étant estampillé 1942 et le boîtier 1943 comme nous allons le voir, ils ne peuvent avoir fait que la campagne de Russie - pour autant que Kurt, après avoir été soigné de ses blessures à l’hôpital militaire de Colmar, soit bien reparti avec le Grenadier-Ersatz-Bataillon 188 de la 68.I.D. sur le front de l’est, ce qui n'est pas établi pour l’instant.

Image

Ne nous perdons pas en conjectures ! Haut de 27,7 cm (modèle long, le plus typique), le container cylindrique est vert sombre. À l’intérieur, sur le compartiment externe du couvercle abritant les disques antibuées,...

Image

... on lit ces marquages :
  • - « k g b » : est-ce le fabricant de la boite container ? Il est en tous cas introuvable d’après les codes du Waffenamt. Encore une énigme donc.

    - « 43 » : l’année de fabrication, assurément.
 1943, c’est également l’année de fabrication des disques antibuées par « kug » (ce nom apparaît inscrit sur les disques eux-mêmes, mais est-ce toutefois à nouveau le nom du fabricant ?). Comme la respiration avait tendance à se condenser dans les masques et à former de la buée sur les oculaires, l’équipement disposait de disques transparents (« Klarscheiben ») imprégnés d’un produit antibuée (l’acétate) et fixés sur la paroi intérieure des oculaires par une bague métallique.

Image

Les sachets en papier ciré comportent les indications suivantes : « Klarscheiben, vor Feuchtigkeit schützen, nicht wischen, nur am Rande anfassen » : « Disques transparents, protection contre la condensation, ne pas nettoyer, prendre seulement par les bords ».
*** Conclusion.

J’avais annoncé que cette expertise du masque à gaz, de sa cartouche et de la boite container me donnait du fil à retordre. Vous comprenez désormais pourquoi . Le sens de bien des éléments m’échappe encore, mais les membres du forum vont peut-être pouvoir m’aider à résoudre certaines des énigmes rencontrées.

En tous les cas, à étudier ainsi « à la loupe » les objets personnels de Kurt, la même question que celle que je me suis posé dans les premiers instants de leur découverte n'a cessé de resurgir : « quelle tête avait-il au juste mon cher Kurt Habersack ? ». Alors, arriverons-nous un jour à mettre un visage sur ce nom, sur ce casque et ce masque à gaz ? Espérons-le, mais, comme je le disais auparavant à Weyax, dans cette affaire, « Man muss Geduld haben », on doit avoir de la patience...
Modifié en dernier par OGefr. Habersack le 28 août, 08:27, modifié 11 fois.



Avatar du membre
weyax
Messages : 203
Enregistré le : 26 oct., 06:44
Localisation : Moselle/Allemagne

Re: Sur les traces de l'Obergefreiter Habersack

Message non lu par weyax » 28 oct., 07:07

Boah Lionel,

excellent :super:

Je vais telefoner a Berlin encore et demander un foto de Kurt!!! Jawoll!!


Alex



OGefr. Habersack
Messages : 111
Enregistré le : 09 oct., 19:50

Re: Sur les traces de l'Obergefreiter Habersack

Message non lu par OGefr. Habersack » 28 oct., 17:59

Une photo, Weyax ! C'est exactement ce qui me manque, depuis toujours !

Mais attention toutefois, des Habersack, il y en a beaucoup à Berlin, et qui n’ont pas nécessairement de liens familiaux avec Kurt. On ne va pas tout de même pas leur demander leur livret de famille mais il faut s’assurer qu’on a bien affaire aux bonnes personnes.

Voyez, il y a même en Allemagne une rue à son nom !

Image

Plus sérieusement, voici deux photographies (une vue d'époque et une vue actuelle) de la rue...

Image

... très connue où habitait Kurt à Berlin, au numéro 30 de la Große Hamburger Staße.

Image
ABBC3_SPOILER_SHOW
Image
ABBC3_SPOILER_SHOW
Un plan peut-être pour rejoindre le restaurant du 37 de la Große Hamburger Straße?

Image
ABBC3_SPOILER_SHOW
Cette rue a bien évidemment été reconstruite après la bataille de Berlin, mais cela donne une idée...

Grüße aus der Normandie.
Lionel.
Modifié en dernier par OGefr. Habersack le 28 août, 08:52, modifié 3 fois.



OGefr. Habersack
Messages : 111
Enregistré le : 09 oct., 19:50

Re: Sur les traces de l'Obergefreiter Habersack

Message non lu par OGefr. Habersack » 30 oct., 19:14

En Normandie, Kurt appartenait au Divisions-Füsilier-Bataillon 85 de la 85.I.D.

Voici un des « as » de ce bataillon...

Image

... et son « Kommandeur » !

Image
Modifié en dernier par OGefr. Habersack le 28 août, 08:54, modifié 4 fois.



Avatar du membre
weyax
Messages : 203
Enregistré le : 26 oct., 06:44
Localisation : Moselle/Allemagne

Re: Sur les traces de l'Obergefreiter Habersack

Message non lu par weyax » 31 oct., 07:05

Ahh oui le As sans Magazin et le chef avec le BeobachtungsKrad tres haute modele 1871!!! :super:



OGefr. Habersack
Messages : 111
Enregistré le : 09 oct., 19:50

Re: Sur les traces de l'Obergefreiter Habersack

Message non lu par OGefr. Habersack » 31 oct., 15:16

Encore une petite blague pour atténuer l’esprit de sérieux qui anime ce Sujet ? La voici.

J’ai bien étudié les instructions d’utilisation (« Gebrauchsanweisung », en all.) du masque à gaz...

Image

... mais nulle part je n'ai lu qu’il pouvait aussi servir à cela :

Image
Modifié en dernier par OGefr. Habersack le 28 août, 08:58, modifié 3 fois.




  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Retourner vers « Forces allemandes »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité