Des dragueurs de mines britanniques au large de Grandcamp le 5 juin 44, sans réaction allemande

Posez dans cette rubrique tous vos commentaires à propos des préparatifs du Jour J et des combats qui suivirent, posez vos questions pour en savoir plus, et discutez avec d'autres internautes intéressés par le même sujet !
Avatar du membre
MLQ
Messages : 542
Enregistré le : 29 août, 23:00
Localisation : 02 Mercin et Vaux

Des dragueurs de mines britanniques au large de Grandcamp le 5 juin 44, sans réaction allemande

Message non lu par MLQ »

Bonjour

Dans ce livre édité il y a 54 ans
https://www.flickr.com/photos/mlq/14548623364/
j’ai appris ceci :
Des dragueurs de mines britanniques au large de Grandcamp le 5 juin 44, sans réaction allemande !
« Le 5 juin, les flottilles de dragage anglo-américaines commencèrent à draguer dix chenaux à partir du point de rassemblement, près de l'île de Wight. Elles déblayèrent quelques engins dans les anciens barrages allemands. Deux de ces formations se rapprochèrent de la côte française en plein jour. Selon le rapport anglais (<< Opération Neptune ») la 14e flottille resta pendant trois heures en vue de la côte, au large de Grandcamp, venant si près que, des bâtiments, on put distinguer, à l'œil nu, les maisons et d'autres détails. La 16e flottille vit la côte à 18 milles et en approcha, toujours en plein jour, jusqu'à 11 milles.
N'importe quel poste de guet, muni des instruments habituels, aurait dû les voir, estiment les Anglais. Or, autant qu'il a été possible de le vérifier, aucun navire n'a été signalé du côté allemand. En tout cas, rien ne parvint au Q.G. de Rommel., ni, apparemment, au Groupe Marine Ouest. Il va sans dire que ces mouvements de navires eussent immédiatement éveillé la méfiance et sans doute fait envoyer des avions de reconnaissance. De toute façon, on aurait fait appareiller des patrouilleurs qui seraient entrés en contact avec la flotte ennemie pendant la nuit. »
Une rcherche Internet donne:
Source: http://www.mcdoa.org.uk/Operation_Neptu ... eeping.htm
14th MS Flotilla Swept Ch. 2 ahead of Force U
16th MS Flotilla Swept Ch. 1 ahead of Force U
Source: http://www.halcyon-class.co.uk/D%20Day/ ... eeping.htm
Voir les paragraphes : 50, 51 et 56 :
The route of Force U, from the West Country to the entrance of approach channels 1 and 2, lay through an unexplored area. Force U convoys sailed on 3rd June. Early on the 4th, the 14th end 16th Minesweeping flotilla sent sweeps to explore the route ahead of them. The 16th Minesweeping flotilla received the postponement signal, at 0840 on the 4th June, and turned back. The 14th Flotilla, which was further ahead, had not yet received the signal when they found mines. The senior officer detached a PT boat to report the minefield, but, the weather rapidly deteriorating, extricated his flotilla and turned to the westward.
The enemy were not alerted by the approaching sweepers, although the 14th minesweeping flotilla, which was operating the lateral convoy route of Force U, and in the first approach channel, was in sight of the French coast from the afternoon of D minus 1.


Michel Le Querrec
RIP [Décédé le 6 janvier 2019]

Marc Laurenceau
Messages : 2702
Enregistré le : 20 juil., 23:00
Vérification anti-robot : JE NE SUIS PAS UN ROBOT

Re: Des dragueurs de mines britanniques au large de Grandcamp le 5 juin 44, sans réaction allemande

Message non lu par Marc Laurenceau »

Une info très intéressante et en même temps plutôt curieuse... 11 milles marins représentant quasiment 20 km.

Surtout quand on sait que les navires alliés ont été repérés au large d'Omaha Beach dès 1 heure du matin, DE NUIT ! Alors, de jour, entre d'une part les points d'appuis du Cotentin et d'autre part ceux de la Pointe et du Calvados... C'est une information plutôt déroutante... L'Administrative History of U.S. Naval Forces in Europe ne précise pas quant à lui la distance des dragueurs avec les côtes françaises...


Marc Laurenceau
Webmaster du site DDay-Overlord et du forum
Auteur du livre Jour J Heure par Heure

Image

Blue Spader
Messages : 139
Enregistré le : 11 août, 23:00

Re: Des dragueurs de mines britanniques au large de Grandcamp le 5 juin 44, sans réaction allemande

Message non lu par Blue Spader »

Le problème est plus grand que cela en effet, les péniches ont une vitesse de 5 nœud max. si les dragueurs de mines partent en même temps que les péniches depuis le point de rassemblement général « Piccadilly Circus ». Les dragueurs arriveraient avec presque 90 minutes d’avance sur les péniches devant les cotes française. Faire stopper les dragueurs, est un risque important de devenir des cibles et avec la perte de toute surprise. Ils ne peuvent s’arrêter durant les périodes de dragage. Le tout avec le problème de changement de marée, surtout lorsque l’on opère par groupe de 6 navires avec en ouverture deux petits vedettes à faible tirant d’eau. Que faire ?
Pour le problème de marée la manœuvre est simple mais compliqué, il faut faire glisser la ligne de drague former par les dragueurs de bâbord vers tribord, tout en déplaçant assurer le dragage sans qu’un seul dragueur entre dans la zone de danger.
Elle fut résolu par une manœuvre de passage à file indienne puis un pivot à 180° pour un dragage de la zone étroite laissé lors du passage de la file indienne en déployant la formation de dragueur ainsi le dernier draguer devient le premier en tète et le chef de ligne le dernier. Une fois la zone nettoyée, mise en place du dispositif comme à l’initiale avec la reprise de l’opération de dragage avec le chef en tête. Cette manouvre avait un double avantage elle faisait perdre du temps (et peut être l’une des raisons de la non réaction des allemands)


14 MS Flotilla du Act Cdr JW A Irvine sur le HMS Romney est en tête et drague pour les convois arrivant de l’ouest sur Piccadilly. Nous sommes le 4 juin vers 10h15, à 30 milles au sud sud est de Needeles et à 15 miles sud de St Catherine point (50°15 N lat, 1°16 W long), et tombe sur un champ de mines, malgré le mauvais temps (7 mines dont 2 exploses lors du dragage.)
En plein travail elle reçoit l’ordre du report du Dday . Mais ne peut répondre à cet appel ni indiquer la présence de mines dans le secteur puisque le silence radio est de rigueur.
Le danger est alors grand puisque ce champ se trouve sur la route menant certain convoi à Piccadilly. Malgré le report, la 14 Flotilla poursuit sa mission est ouvre la route, puis retourne à son port. Néanmoins en assurant sa mission et ne pouvant accuser réception du message de report, une crainte s’installe à l’amirauté, les HMS Campbell et Hind qui sont dans le secteur et qui reçoivent l’ordre commence à faire demi tour et aperçoivent la 14 Flotilla en action. Pesant que cette dernière n’a pas reçu l’ordre les destroyers se dirigent vers eux. Et transmettre par sémaphore l’ordre, et entre dans la zone non draguée. Le Campbell se retourne en plein milieu de mines. Et doit stopper et attendre que la 14 Flotilla viennent à sa rescousse. Pendant ce temps une vedette rapide US est envoyée au port pour indiquer la présence de la 14 Flotilla et surtout du champ de mines.
Malgré le travail accompli la 14 Flotilla ne peuvent draguer totalement un couloir de sécurité en raison du mauvais temps.
En fait ce champ de mines étaient isolés créer au hasard par une vedette allemandes.
C’est sur une de ces mines non draguées que le 1er navire sera endommagé lors de l’opération de débarquement le 5.

5 juin, les dragueurs repartent nettoyer les 10 chenaux. La 14 Flotilla retrouvera encore une mine dans le secteur dragué la veille et le 16 Flotilla, 4 mines dans ce même secteur.

Mais ce qui surprend c’est le faible nombre de mines dans le secteur dit barrière du champ de mines devant les cotes situé au sud latitude 50°N.

Le problème du 14 flotille c’est que lors de leur opération du 5-6 juin, le convoi de LST qui suivait accéléra et avait 30 minutes d’avance sur l’horaire prévu, que Irvine du envoyer via une vedette rapide PT 500 un message aux destroyers qui suivaient de ralentir.

Au soir du 5 juin les 14 & 16 Flotillas sont en vue des cotes de France, et la nuit n’est pas tombée encore. Cependant leur mission est vitale et ne peut être stoppé.
Vers 19h40, la 14 Flotilla voient distinctement les cotes françaises et la nuit ne tombe que dans trois heures. Tout le monde s’attend à une volée d’obus à chaque instant, surtout lorsque l’on sait que lors des opérations de dragage, les navires ne peuvent esquiver.
Cependant jusqu’à 21h45 aucune réaction des allemands, alors que depuis les navires aperçoit distinctement les maisons à l’œil nu depuis 19h57.
23h45 début de réaction des allemands, l’artillerie allemandes tirent, tous à bord des dragueurs attentent la pluie d’obus, mais rien. Les canons tirent mais sur un autre secteur que le leur. Puis l’attaque aérienne débute et là les allemands réagissent en oubliant les dragueurs.
Mais pour le risque en valait la chandelle, d’âpres les officiers en charge de l’opération.

Champ de mine lat 49°38N lat 49°29 N 29 mines entre channel 2, 6 & 7

Pour la 16 flotilla du Commandant MH Brown HMS Shippigan, il arrive devant les cotes de France vers 20h40 à 18 milles (33km.) Puis avance en draguant jusqu’à 11 milles (20km.) A ce moment le changement de bord intervient et s’éloigne de la cote.

Pourquoi cette absence de réaction allemande reste somme toute un mystère, même si certain point peuvent permettre de comprendre le réseau radar est dans un triste état suite aux attaques aérienne alliées incessante. Le réduisant à une portion congrue du réseau originel.
Mais quid de la veille visuelle, qui pendant au moins trois heures à pu desceller la présence de la flotte de dragueur du 14 Flotilla. Aucun tir sur ces navires, ni l’envoi des S-boat de Cherbourg et du havre, ni une reconnaissance aérienne.

Plusieurs possibilités, à cela :

- les allemands sont si persuadés que leur « barrière de mines » est infranchissable en tout cas détruirait un grand nombre de navires et que cette peur empêcherait les alliées de risquer un grand nombre de navires et d’énorme pertes en vie.

- N’oublions pas que la météo est exécrable, que d’après les métrologues allemands la tempête empêchera tout mouvement maritime en tout cas n’est pas favorable pour un débarquement.
Cependant d’après les archives des rapports du journal de guerre de la marine allemande: en date du 6 au matin
…durant la nuit du 5 juin, le temps ne pas être considéré comme favorable. Vent venant du nord ouest force 4 & 6 et voir plus, un ciel fortement chargé en nuage et une couverture base dans le ciel….

- De plus les courants étant importants sont, une énorme, gène pour le dragage de mines et qu’il nécessite un temps important pour nettoyer le secteur et ouvrir des couloirs larges pour l’assaut, ce qui laisserait aux allemands le temps d’intervenir. Les allemands n’ont pas prévu que les alliés trouveraient une parade aussi rapidement et efficace à ce problème de changement dans les courants en mer, ni de disposer de plus de 250 dragueurs coté alliés pour mener à bien l’operation. Leurs techniques particulières dans le dragage qui les faisaient changer de cap à 180° pour draguer bâbord tribord, à peut-être été une autre source d’erreur pour les allemands, puisque les dragueurs avançaient vers la cote puis repartaient en arrière ; un peu comme si on lançait un appât tenu au bout d’un enrouleur.

- enfin Fortitude, cette opération d’intoxication est l’une des clés de la réussite du DDay, et au vu de la réaction des forces allemandes face au débarquement on peut se demander si les allemands ont pu considérer cette opération de dragage ; prémices à l’invasion comme une feinte pour attirer leur force dans ce secteur.

- Il ne faut omettre aussi que lorsque le 4 juin la 14 flotilla commence découvrir le champ de mines, les allemands ne réagissent pas et l’une des raisons est la présence de navires alliées régulièrement dans le secteur. Qui suivent des routes habituelles de port en port, mais toujours derrière la barrière de mines.

- N’oublions pas aussi le travail de contre mesure qui sera mis en œuvre durant cette opération qui brouillera les installations radars.
Cependant d’après les archives des rapports du journal de guerre de la marine allemande: le 5 juin Dans le channel un radar a accroché des navires entre 00h12 et 04h24 au début au nord puis à l’est du Cap d’Hague.


Ci joint la composition des 14 et 16 Flotille

14th MS Flotilla - Dragueurs de mines (6 en action 2 en réserve)
HMCS Guysborough - Lt BTR Russell RCNR
HMCS Kenora - Lt DW Lowz RCNVR
HMS Poole - Lt DA Pochon RN
HMS Romney - Act Cdr GWAT Irvine RN
HMS Rye - Lt F Williams RN
HMS Seaham - Act Cdr RE Brett RNR
HMCS Vegreville - Lt TB Edwards RCNCR
HMS Whitehaven - Lt WE Halbert RNR

Poseurs de bouées (2 en action et 2 en réserve)
HMCS Georgian - T/Lt. AG, RCNVR
HMS Peterhead - Lt D P Croom-Johnson RNVR
HMS Sir Galahad - Ty Skipper A Hales RNR
HMS Sir Lancelot - Ty Lt RNW Fraser Smith RNVR

2d ML Flotilla (Vedettes)
ML 116 - Ty Lt H N Albone RNVR
ML117 - Ty SubLt RE Mac Donald RNVR

15th ML Flotilla (Vedettes)
ML 212 - Ty Lt GT Holden RNVR
ML 300 - Ty Lt FCR Piesse RNVR


16th MS Flotilla Dragueurs de mines (6 en action 2 en réserve)
HMS Beaumaris - Act Lt Cdr SF Hammer-Elliott RNVR
HMS Doroch - Lt PH Rawle RN
HMS Ilfracombe -Act Lt Cdr RK Hart RANVR
HMS Parsborough - Act Lt Cdr JG Raven RNVR
HMS Qualicum - Lt H Stevens RNVR
HMS Shippigan Cdr HH Brown RN
HMS Tadoussac - Act Cdr JP Apps RN
HMS Wedgeport - Lt G Brown RNVR

Poseurs de bouées (2 en action et 2 en réserve)
HMS Blyth - Ty Act Lt Com WRS Smith RNVR
HMCS Canso - T/Lt. J Kincaid, RCNR
HMS Commander Evans Act - Lt G Hatton RNR
HMS Kings Crey - Lt ALG Gillies RNR

4th ML flotilla Vedettes (2 en action et 2 en réserve)
ML 122 - Ty Lt HM Coghlan RNVR
ML 124 - Ty Lt IHG Thomson RNVR
ML 208 - Ty Lt JSE Page RNVR
ML 233 - Ty Lt L De DC Lucas RNVR


Espérant avoir éclairé ce sujet.

source : Archives Navales de la Royal Navy et US Navy ("partielles")



Marc Laurenceau
Messages : 2702
Enregistré le : 20 juil., 23:00
Vérification anti-robot : JE NE SUIS PAS UN ROBOT

Re: Des dragueurs de mines britanniques au large de Grandcamp le 5 juin 44, sans réaction allemande

Message non lu par Marc Laurenceau »

Merci pour ces informations et ce travail complet à partir des archives de la Royal Navy.

Concernant l'absence de réaction de la part des Allemands, il m'apparaît suite à cette lecture et à mon humble avis que l'impact de la météo en ce 5 juin est primordial. Eisenhower avait repoussé le lancement de Neptune de 24 heures en raison de cette tempête avec des conditions de visibilité et d'état de la mer totalement défavorables.

La fameuse réunion météo de James Stagg et son équipe du MET office aux premières heures du 5 juin indique que le vent atteint force 5-6 dans la Manche, avec des creux de plus de 2 mètres en mer. Des ondées font baisser la visibilité (qui baisse à 6 dans la Manche), le plafond nuageux est très bas. Ces conditions s'améliorent légèrement dans la nuit du 5 au 6 juin.

Quelques facteurs qui peuvent donner une première explication sur l'absence de réaction allemande dans la soirée du 5 juin.

Pour info, ce document météo déclassifié donne des informations intéressantes sur les conditions du 1er au 15 juin : http://www.metoffice.gov.uk/media/pdf/1 ... 15_Jun.pdf

Bien cordialement.


Marc Laurenceau
Webmaster du site DDay-Overlord et du forum
Auteur du livre Jour J Heure par Heure

Image

Avatar du membre
MLQ
Messages : 542
Enregistré le : 29 août, 23:00
Localisation : 02 Mercin et Vaux

Re: Des dragueurs de mines britanniques au large de Grandcamp le 5 juin 44, sans réaction allemande

Message non lu par MLQ »

Bonjour

Merci Blue spader
ta doc est toujours aussi impressionnante ;)


Michel Le Querrec
RIP [Décédé le 6 janvier 2019]

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Retourner vers « Préparatifs du Débarquement et de la Bataille de Normandie »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité