Le mystère Arlette et Françoise Gondrée

Les sujets sensibles; les débats qui fâchent... Apportez vos impressions et débatez avec d'autres internautes du site DDay-Overlord.com.
Marc Laurenceau
Messages : 2700
Enregistré le : 20 juil., 23:00
Vérification anti-robot : JE NE SUIS PAS UN ROBOT

Le mystère Arlette et Françoise Gondrée

Message non lu par Marc Laurenceau » 26 juil., 17:38

Connaissez-vous le mystère des soeurs Gondrée, Arlette et Françoise ? Le sujet a été évoqué par-ci par-là sur le forum (voir notamment : wn13-pegasus-bridge-t6663.html), mais il vaut le détour d'un post, peut-être même d'un débat... ou pas ! A vous d'en juger.

EPISODE 1

L'histoire commence le 28 avril 1994 lorsque le journaliste anglais Will Bennett rédige un article dans le journal "The Independent" (qui sur Wikipedia est décrit comme un "quotidien généraliste britannique de langue anglaise, fondé en 1986, de format tabloïd mais de contenu sérieux." : http://fr.wikipedia.org/wiki/The_Independent) dans lequel il explique que le major John Howard "a été banni" par sa propriétaire, Arlette Gondrée, parce qu'il voulait y faire venir des journalistes allemands. L'article fait un grand boum dans la presse, je vous propose ci-dessous sa traduction :

"Le MAJOR John Howard, qui est devenu l'un des plus célèbres héros du Jour J en Normandie quand il a mené l'assaut du Pegasus Bridge, a été banni du café qu'il a libéré.
Ses torts sont d'être en désaccord avec la propriétaire quant à l'avenir du pont ainsi que de revenir au café, le premier bâtiment libéré par les Alliés en France, avec une équipe de journalistes allemands.
Mme Arlette Gondrée-Pritchett, dont les parents tenaient le café lorsque le major Howard et ses hommes s'en emparèrent dans un assaut en planeurs, était furieuse, prétendant que sa mère lui avait dit de ne jamais plus laisser les Allemands revenir à l'intérieur. Elle a poussé le major Howard aux larmes, l'accusant un peu plus tard d'être sénile, et l'a rejeté à plusieurs reprises depuis. Major Howard est décoré du Distinguished Service Order ainsi que de la Croix de Guerre pour bravoure.
Ils avaient déjà un désaccord concernant l'avenir du pont d'origine, qui a été retiré l'an dernier parce qu'il ne pouvait pas supporter le passage de camions modernes. Mme Gondrée-Pritchett veut qu'il puisse être transporté en l'Angleterre tandis que le major Howard et d'autres anciens combattants veulent qu'il reste en France.
Maintenant, d'anciens combattants des forces aéroportées menacent de boycotter le café pendant les cérémonies commémorant le 50ème anniversaire de l'invasion du 6 Juin 1944. Un des plus grands événements sera un parachutage de 1 000 soldats britanniques, français et canadiens près du Pegasus Bridge.
L'incident s'ajoute à l'acrimonie suscitée par l'anniversaire de D-Day. Il ya eu des discussions quant à savoir si les Allemands devraient être autorisés à prendre part à ces cérémonies et des anciens combattants ont critiqué le choix du gouvernement quant aux manifestations choisies pour marquer l'événement.
Le lieutenant-général Sir Michael Gray, président de la Airborne Assault Normandy Trust, a déclaré hier : «Elle a été très désagréable envers lui. Toute cette affaire est assez stupide et ce n'est pas le genre de chose que les anciens combattants voulaient à un tel moment. "
Major Howard, dont la bravoure a été immortalisé dans le film, The Longest Day, a écrit à madame Gondrée-Pritchett afin qu'elle fasse des excuses, mais elle n'a pas répondu. Il a dit: "C'est juste Arlette.Tout irait bien si seulement elle pouvait descendre de ses grands chevaux. "

[...]

Quelques jours avant les commémorations, John Howard fait la demande auprès du journal pour qu'une correction à cet article soit publiée et cette dernière parait le 5 juin 1994 sous la forme suivante :

"Le major John Howard nous a demandé de souligner que, contrairement à notre rapport le 28 Avril, il ne lui a pas été interdit d'entrer dans le café à Pegasus Bridge en Normandie. Le Major Howard a dirigé le groupe planeurs qui a capturé le pont sur le D-Day en 1944."

(Voir l'article original : http://www.independent.co.uk/news/uk/ba ... 72857.html)

EPISODE 2

Les relations entre La famille Gondrée et The Independent ne s'arrangent pas le mardi 2 février 2010 lorsque le journal titre : "La photo truquée, les médailles de guerre disparues et la bataille du Pegasus Bridge" (un article de John Lichfield)

Image

Voici la traduction de l'article :

"Françoise Gondrée-Anquetil prétend être la seule vrai gardienne du Pegasus Bridge, l'un des sites les plus vénérés et visités des plages du débarquement. Pour justifier ses propos, elle gère un site Web, qui héberge une photo d'elle dans un élégant manteau et son chapeau, debout à côté du Prince Charles, le jour où un musée financé par les britanniques, les français et des fonds européens a été inauguré à côté du Pegasus Bridge en 2000.

L'image, comme l'ensemble des revendications Mme Gondrée-Anquetil, est fausse. Elle a grossièrement substitué sa propre image à celle de M. Alain Richard, alors ministre de la défense français, qui était à l'inauguration du musée. Ces affirmations de Mme Gondrée-Anquetil - déjà rejetées à deux reprises par les juridictions françaises - seraient risibles si elle n'avait pas été plus loin. Elle a dupé le fils d'un vétéran britannique du débarquement qui lui a donné des médailles de son père. Et, malgré des demandes répétées, elle refuse de les lui rendre.

La photo originale (prise lors de l'inauguration du Mémorial Pegasus en présence du Prince Charles et du ministre de la Défense Alain Richard) :
Image

La photo truquée laissant penser que François Gondrée a participé à l'inauguration du musée dont elle se réclame la propriétaire :
Image

Au moins une autre famille britannique aurait été flouée par le site Web Mme Gondrée-Anquetil, dans lequel elle explique, à tort, qu'elle est la « fondatrice » du musée. Des anciens combattants craignent que d'autres citoyens britanniques puissent avoir été trompés et qu'ils ignorent à ce jour que leurs souvenirs de guerre ont été pris en otage.

Tony Berridge, 64 ans, d'Oxford, a remis il y a trois ans à Mme Gondrée-Anquetil six médailles appartenant à son père et reçues pour la campagne en Normandie. C'était un an avant qu'il découvre, par hasard, que le Musée Mémorial Pegasus ne les avait jamais reçu. Ses efforts pour persuader les autorités françaises d'intervenir n'ont abouti à rien.

"Je me suis fait rouler par cette dame," a-t-il déclaré hier à The Independent. "Je l'ai contacté par son site web. Elle m'a rencontré pour le déjeuner à Caen et je lui ai donné les médailles. Elle m'a déposé à côté du musée et a demandé à une de ses amies de me faire visiter. Je ne pensais pas devoir me méfier et je ne me suis pas demandé pourquoi elle ne m'y accompagnait pas elle-même. Maintenant, elle refuse de me répondre. Mais je n'abandonnerai pas. Je vais écrire au président Nicolas Sarkozy si je dois. Mon père se retournerait dans sa tombe s'il savait que ses médailles avaient été saisies par cette femme ... Ils doivent être dans le Musée Mémorial Pegasus avec les médailles et les souvenirs de ses compagnons."
Le lieutenant-colonel Alan Edwards est le président de la Airborne Assault Normandy Trust, l'organisation qui a fait campagne pour la création du Musée Mémorial Pegasus il ya 10 ans. L'appel aux dons via The Independent en 1999 a apporté une réponse généreuse de la part des lecteurs, y compris un don de 200.000 livres sterling. Lorsque cette somme s'est ajoutée à d'importantes subventions provenant des gouvernements britannique et français et de l'UE, l'argent a permis au musée - en forme les planeurs Horsa qui ont attaqué Pegasus Bridge en Juin 1944 - pour ouvrir l'année suivante.
"Le comportement de Mme Gondrée-Anquetil a été méprisable", a déclaré le lieutenant-colonel Edwards. "M. Berridge lui a donné les médailles de bonne foi. Elle lui a clairement laissé croire qu'elles iraient au musée, mais elle n'avait pas l'intention de les remettre."
Le Lt Col Edwards a estimé qu'il ressentait un "devoir moral" pour que tout soit fait afin que M. Berridge puisse récupérer les médailles. "Il devra intenter une action juridique en France, mais nous allons l'aider à le faire de toutes les manières possibles."
La première, et vrai, bataille du Pegasus Bridge a pris seulement 10 minutes, peu après minuit le 6 Juin 1944. Les troupes britanniques de l'Oxfordshire et Buckinghamshire Light Infantry sous les ordres du Major John Howard se sont emparés et ont tenu le pont afin de permettre des renforts en provenance des têtes de pont britanniques de passer à travers le lendemain. Le père de M. Berridge, le sergent Wilfred Berridge, alors âgé de 34 ans, faisait partie de la deuxième vague de l'Ox and Bucks qui a atterri près du pont aux premières heures du 6 Juin 1944. Il est décédé en 1969.

Le scandale des "médailles en captivité" est l'escarmouche finale dans une autre bataille, beaucoup plus longue cette fois, Pegasus Bridge : une saga torturée de querelles familiales et les déchirements entre les groupes d'anciens combattants qui devrait encore longtemps occuper la mémoire du site situé sur le canal de Caen, juste au sud de Sword Beach, la plus à l'est des plages du débarquement.

La plupart des divisions ont été guéries par l'ouverture du Musée Mémorial Pegasus en 2000. Mais Mme Gondrée-Anquetil, 65 ans, a mené une croisade visant à prouver qu'elle est le seul véritable dépositaire du site. Sur son site, elle prétend avoir les bénédictions posthumes du major-général Richard "Windy" Gale, commandant la 6ème division aéroportée le Jour J, et du feld-maréchal Bernard Montgomery lui-même.
[...] Mme Gondrée-Anquetil a perdu deux batailles juridiques dans les deux dernières années sur ses prétentions à être la propriétaire, ou la gardienne, des milliers d'objets dans le nouveau Musée Mémorial Pegasus. Mais dans une réponse à un email de protestation de M. Berridge en 2008, elle a affirmé que "tous les biens et les objets" du musée appartiennent à son organisation. Elle a dit que lorsque sa demande aura été reconnue, les médailles du sergent Berridge seront, "au fil du temps, trouver la place qu'ils méritent"
.

L'article original : http://www.independent.co.uk/news/world ... 86356.html

Triste histoire pour honorer la mémoire des vétérans de la 6ème division aéroportée britannique. Mais ce n'est malheureusement pas terminé et j'y reviendrai plus tard dans un deuxième post, concernant le mystère du titre de la "Première Maison libérée de France" ... toujours au Pegasus Bridge.....


Marc Laurenceau
Webmaster du site DDay-Overlord et du forum
Auteur du livre Jour J Heure par Heure

Image

alain2904

Re: Le mystère Arlette et Françoise Gondrée

Message non lu par alain2904 » 02 sept., 08:05

Superbe sujet , je ne connaissais pas cette histoire.
C'est un truc de dingue.
Il faut croire que certain veulent une notoriété .
Cette femme doit à tout prix rendre les objets et ils doivent retourner à leur place



Avatar du membre
Rommel 29
Messages : 492
Enregistré le : 20 avr., 16:22

Re: Le mystère Arlette et Françoise Gondrée

Message non lu par Rommel 29 » 02 sept., 11:24

Bonjour,drôle d'histoire en effet! 8/ Je ne suis pas très étonné...Pour y être allé plusieurs fois dans son café,je peux confirmer que cette charmante dame est tout de même un peu spéciale...Elle peut-être très sympatique mais attention à ne pas demander de renseignements sur l'emplacement actuel de l'authentique pont de Pégasus par exemple...Elle vous répondra que celui-ci est dans le "parc commercial"(musée) situé de l'autre côté du canal.Quand vous rentrez dans son café,tout respire l'authentique et c'est vrai que l'atmosphère qui y règne vous "prend aux tripes",perso j'adore.Je pense que pour elle,Pégasus Bridge se résume au pont et à son café.Le reste étant (à ses yeux),superficiel et "commercial".Le musée de Pégasus est pourtant l'un des plus beaux (avis perso) de Normandie.



Avatar du membre
Luner21
Messages : 135
Enregistré le : 29 janv., 15:49
Vérification anti-robot : JE NE SUIS PAS UN ROBOT
Localisation : Paris

Re: Le mystère Arlette et Françoise Gondrée

Message non lu par Luner21 » 30 janv., 14:14

Quel dommage ! Les commémorations et la travail de mémoire servent justement à oublier les rancœurs passées, à travailler pour la réconciliation générale.
Cette histoire est bien triste et trouvera une fin heureuse, je l'espère :D


"We salute the rank not the man" - Major Richard D. Winters

Avatar du membre
pat40
Messages : 173
Enregistré le : 09 juin, 22:51
Vérification anti-robot : JE NE SUIS PAS UN ROBOT
Localisation : 40260 castets des landes

Re: Le mystère Arlette et Françoise Gondrée

Message non lu par pat40 » 24 juin, 08:18

Comme quoi des gens sont prêts a tout pour un peu de notoriété , je ne connaissais pas cet épisode quelle tristesse de vouloir flouer ces anciens qui nous on tant aidé , alors que l on possède déjà un pan d histoire du DDAY


"Comme disait ma vieille grand mère, pour tout ce qui est mécanique, y a qu'à taper fort!"

"Alors que nous avançons vers la terre, dans la pâleur grise de l'aube, l'embarcation de fer ressemble à un cercueil de 12 mètres, prenant des paquets d'eau verte qui retombent sur les têtes casquées des hommes serrés épaule contre épaule, dans l'inconfortable, l'insupportable, la dure solitude des soldats allant au combat » (Ernest Hemingway – 6 juin 1944)

Avatar du membre
winters78
Messages : 77
Enregistré le : 04 mai, 16:37
Vérification anti-robot : JE NE SUIS PAS UN ROBOT
Localisation : Yvelines

Re: Le mystère Arlette et Françoise Gondrée

Message non lu par winters78 » 24 juin, 10:14

Je ne connaissais pas cette histoire mais là je suis bouche bée, c'est vraiment pitoyable d'avoir un comportement comme ça envers les vétérans.
J'espère que la fin se finira bien ;).

winters78



Avatar du membre
converset
Messages : 329
Enregistré le : 25 févr., 19:03
Vérification anti-robot : JE NE SUIS PAS UN ROBOT

Re: Le mystère Arlette et Françoise Gondrée

Message non lu par converset » 24 juin, 20:12

c'est vrai qu'elle est un peut spécial l'ancienne!



alain2904

Re: Le mystère Arlette et Françoise Gondrée

Message non lu par alain2904 » 24 juin, 21:21

C'est vrai qu'elle est spéciale, lorsque j'y suis allé cette année, j'ai essayé de discuter avec elle, et elle m'a un peu envoyé balader, avant de se raviser.
Elle n'a pas apprécié, le faite d'avoir fait une statue pour Bill Millin, et elle aurait preféréé que 'lon irige une statue pour LORD LOVAT qui ,a ses dires était un grand homme.
Et que lui méritait.
Je lui ai dit que je pensais que tout ceux qui ont participé au debarquement, meritaient une statue.



Avatar du membre
Douve de Beaulieu
Messages : 39
Enregistré le : 18 juin, 02:57
Vérification anti-robot : JE NE SUIS PAS UN ROBOT
Localisation : Ile de Noirmoutier France

Re: Le mystère Arlette et Françoise Gondrée

Message non lu par Douve de Beaulieu » 25 juin, 01:03

C'est pour moi une dame très désagréable qui se prend pour la reine incontestée de Pégasus. Je me suis acrochée avec elle il y a deux ans parce que j'ai "osé" regarder à l'intérieur de son café, sans rien commander ni acheter.


Passant recueille-toi. Ils sont morts pour que tu vives libre.

Avatar du membre
Rommel 29
Messages : 492
Enregistré le : 20 avr., 16:22

Re: Le mystère Arlette et Françoise Gondrée

Message non lu par Rommel 29 » 25 juin, 07:12

Douve de Beaulieu a écrit :C'est pour moi une dame très désagréable qui se prend pour la reine incontestée de Pégasus. Je me suis acrochée avec elle il y a deux ans parce que j'ai "osé" regarder à l'intérieur de son café, sans rien commander ni acheter.
Décidément,elle ne change pas la brave dame....Accueil toujours aussi chaleureux :(




  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Retourner vers « Débats »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité