Flamethrower, portable, N°2 – Lifebuoy – Histoire, fiche technique et photo

Flamethrower, portable, N°2 – Lifebuoy 

Histoire, fiche technique et photo

Image : Flamethrower, portable, N°2 - Lifebuoy

Historique du lance-flammes Lifebuoy

Au début de la Seconde Guerre mondiale, les Anglais cherchent à doter leur armée d’un lance-flamme efficace. A cet effet, les ingénieurs britanniques s’inspirent largement d’un modèle allemand déjà existant, le Wechselapparat, surnommé « Wex » et datant de 1917.

Deux modèles sont alors créés : le Mark I (utilisé pour les exercices) et le Mark II (dédié au combat). La production de ce lance-flammes dont le nom officiel est « Flamethrower, portable, n°2« , débute en 1943 et la livraison au sein des unités s’effectue en 1944, juste avant le lancement de l’opération Overlord.

Le lance-flammes portable modèle Mark 2 se compose d’un réservoir de forme de bouée de sauvetage (ce qui lui vaut très vite son surnom anglais « Lifebuoy« ) d’une capacité de 18,2 litres et contenant du gazole, ainsi que d’un réservoir de forme ovale contenant du nitrogène. La poignée pistolet permet au tireur d’effectuer 10 tirs d’une durée maximale de 10 secondes : elle se compose de deux queues de détente : une pour projeter le carburant et l’autre pour déclencher le feu.

Le lance-flammes numéro 2 anglais est utilisé pendant toute la durée de la Seconde Guerre mondiale et notamment pendant la bataille de Normandie. Il est retiré du service actif peu après 1945.

Fiche technique du lance-flammes Lifebuoy

Pays créateur : Grande-Bretagne
Pays utilisateurs : Commonwealth
Dénomination : Flamethrower, portable, n°2
Surnoms : « Ack Pack », « Lifebuoy », « Sombrero »

Production totale (1943-1944) : 7 000

Masse en ordre de combat : 29 kg

Carburant : 18,2 litres de gazole

Portée maximale : 36,5 m (40 yards)
Portée pratique : 27,4 m (30 yards)

Durée du tir : 10 secondes