Malheureux (ou chanceux) N°13

Ce forum s'intéresse plus particulièrement aux unités américaines déployées pendant la Bataille de Normandie.
Avatar du membre
Dogface Soldiers
Messages : 322
Enregistré le : 26 mars, 00:00

Malheureux (ou chanceux) N°13

Message non lu par Dogface Soldiers »

MALHEUREUX (ou chanceux) NUMERO 13
Image

Entretien avec Clarence HUGHART de la Company H du 507 th PIR.

Le 5 juin 1944 vers minuit, nous étions dans des camions et faisions route vers l? aérodrome. Sur le chemin, je me souviens que tout le monde était calme ; personne ne parlait ni ne plaisantait.
Je me souviens de la réflexion que j?ai faite sur l?endroit où l?on nous allions et que j?allais tuer ou être tué.
A notre arrivée, nous sommes montés immédiatement à bord de l?avion, j?ai trouvé mon siège tout de suite et essayé de trouver le sommeil. Tout le monde était fatigué.

Je me souviens avoir regardé mon lieutenant-colonel, alors que nous passions au dessus des côtes Normandes. Il était blanc comme un fantôme.
Cela allait être mon treizième saut. J? avais douze sauts en pratique et celui de la Normandie, serait le numéro 13. Je n?étais pas superstitieux mais dans mon esprit, je me demandais si le N° 13 serait malheureux.
Soudain, j?ai pu voir le feu vert indiquant que nous étions sur la zone de largage.

Pour ce saut j?étais pleinement chargé d?équipement. Plus de matériel que je n?avais jamais sauté dans mes précédents sauts. J? avais des grenades, une mine antichar, mon sac musette, mon couteau, mon fusil M1, des munitions en plus que les principales.

J?ai eu du mal à me frayer un chemin jusqu?à la porte avec l?ensemble d? équipement que je portais. Alors que je me trouvais devant la porte ouverte afin de sauter, mon pied a glissé sur le seuil de la porte qui était devenu glissant à cause de la condensation qui s? était formée pendant le vol. Au lieu de tomber en avant, j?étais coincé dans la porte à cause de mon fusil. Les hommes derrière moi ont crié : "Get the hell out of the plane ! "

Heureusement, je me suis libéré et effectué mon saut. J?ai atterri dans un champ isolé. Il faisait très sombre et c?était extrêmement silencieux. Alors que je marchais dans la campagne je suis tombé sur une escouade d? Allemands. J?ai essayé de tirer sur le premier que j?ai vu, mais tout à coup, j?ai ressenti une douleur dans ma jambe. La chose que je me souviens ensuite, c?est d?être entouré d?Allemands pointant leur fusil sur ma tête ; je pensais que c?était la fin.

Les soldats allemands ont pris ma montre, crié après moi et m?ont demandé si j?étais américain. J?ai essayé de me lever, mais ma jambe ne supportait plus mon poids. Ils m?ont attaché un bâton à ma jambe et m?ont transporté à travers champs.

Je me suis dit que la guerre était une chose étrange. Nous étions censés nous entretuer, mais maintenant, ces soldats ennemis m?avait épargné. Ils auraient pu me tuer et laisser mon cadavre sur place pendant des semaines.

Ils m?ont posé doucement sur le siège d?un véhicule avec un petit nombre de parachutistes , qu?ils avaient recueillis. J?ai été conduit vers un PC et mis sur un lit de paille pendant plusieurs jours.

J?avais une fracture du fémur et j?ai été transféré dans un hôpital de campagne allemand à Cherbourg, où j?ai été libéré lorsque les Américains ont libéré la région


Source: Personal Interview de Clarence Hughart par Patrick O'Donnell

J'ai essayé de traduire comme j'ai pu. alors soyez indulgent s'il vous plait!


Dogface Soldiers - US Militaria WW2 collector -
Florence
Messages : 1561
Enregistré le : 21 nov., 00:00
Vérification anti-robot : JE NE SUIS PAS UN ROBOT

Malheureux (ou chanceux) N°13

Message non lu par Florence »

Pas de problème et merci. Bel exemple d'humanité.


Nous sommes conscients que ces Américains, là-bas vont à l'abattoir.
"Pauvres bougres" dit Frerking, incidemment à voie basse.....
J'ai moi aussi le sentiment de monter à l'échafaud.

Heinrich Severloh, WN62, Mémoires à Omaha beach
_____________________________________________________________
Membre de l'association DDay-Overlord
Membre de l'association : "Les Fleurs de la Mémoire".
Invité

Malheureux (ou chanceux) N°13

Message non lu par Invité »

C'est clair très bel exemple d'humanité.
En tout cas comme il l'a dit il a eu beaucoup de chance d'avoir été secouru par ces allemands.

Savez-vous ce qui lui ai arrivé par la suite? Après sa libération par les Américains?


Piat
Messages : 669
Enregistré le : 03 oct., 23:00

Malheureux (ou chanceux) N°13

Message non lu par Piat »

il ya une histoire dans le même style mais le personnage centrale est toujours sur d'avoir la guigne alors qu'il a traversé la guerre sans une égratignure malgré ce qu'il a affronté .


Avatar du membre
325th GIR
Messages : 1605
Enregistré le : 03 sept., 23:00

Malheureux (ou chanceux) N°13

Message non lu par 325th GIR »

Cet histoire se trouve en Français de le livre de Dominique François : 507th parachute infantry Regiment editions Heimdal.


Sous chaque croix blanche du cimetière Américain de Colleville-sur-Mer ( Normandie) , dort un morceau de Liberté.
Invité

Malheureux (ou chanceux) N°13

Message non lu par Invité »

C'est bien la première fois que j'entend sa ! Vraiment incroyable ! Image


Invité

Malheureux (ou chanceux) N°13

Message non lu par Invité »

Je prends note du livre merci Image


Retourner vers « Forces américaines »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité