Oradour-sur-Glane

Vous souhaitez aborder un sujet général concernant la stratégie d'un camp ou de l'autre, ou poser une question particulière en rapport avec la bataille de Normandie ? Cette rubrique est faite pour vous !
jean-claude
Messages : 482
Enregistré le : 08 sept., 23:00

Oradour-sur-Glane

Message non lu par jean-claude »

Je pense comme vous , la chose la plus horrible dans la guerre , c'est de la faire !!!


Olivier
Messages : 335
Enregistré le : 15 juil., 23:00
Localisation : Paris

Oradour-sur-Glane

Message non lu par Olivier »

Il y a une autre chose horrible : c'est faire la guerre et en revenir vivant... bonjour le traumatisme psychique !! Image


Invité

Oradour-sur-Glane

Message non lu par Invité »

A propos d'Oradour, c'est un sujet qui me tient à coeur et qui résume de nombreux faits et circonstances (la répression, la Résistance, la Waffen SS), et finalement je suis si curieux par cela que je recherche la "petite bête"...
C'est ainsi que depuis pas mal de temps, je recherche la liste nominative des soldats de la 3e Kie du régiment "Der Führer", présente ce jour-là à Oradour, simplement pour connaître le nom des assassins, que sont-ils devenus (notamment pendant la bataille de Normandie)...

Je connais seulement quelques noms, à savoir les officiers, quelques sous-officiers ou soldats, notamment ceux jugés au procès de Bordeaux... Mais malgré mes recherches sur le net notamment, impossible de trouver cette liste et ces noms...

Voilà, si quelqu'un aurait des infos pour trouver les noms des soldats de cette compagnie... Merci! Image


Invité

Oradour-sur-Glane

Message non lu par Invité »

Aux dires d'un écrivain ayant beaucoup écrit sur la Waffen SS, écrivain que je n'affectionne pas particulièrement car à le lire on s?aperçoit très rapidement de son admiration pour l?armée allemande, voire pour les W.SS (vous voyez de qui il s?agit je pense), Oradour serait le résultat d?une réunion entre la milice française et les Allemands (la Wehrmacht)
Les Allemands (la WH) ont demandé que l?on fasse un exemple afin de terroriser les civils pour qu?ils n?apportent aucune aide à la résistance et ne se révoltent pas.
Ce massacre commis par la 2e S.S PZ Div Das Reich aurait donc été commandité par la Wehrmacht, ce qui, du reste n?aurait rien d?étonnant, le comportement de la WH, et c?est aujourd?hui clairement démontré, n?ayant rien n?a envier en horreur à celui de la W.SS.
C?est d?ailleurs la WH qui commanditait des expériences sur des cobayes humains dans les camps de concentration?
La Das Reich n?a pas du être trop ??poussée?? pour commettre cette abomination ; elle en avait l?habitude puisque sur le front de l?Est, c?était Oradour tous les jours.
De plus, ce fut une ??splendide occasion de se venger?? du fait de devoir remonter de Montauban vers la Normandie par la route suite au sabotage des essieux des plateaux porte-char par des cheminots résistants. Sa route à partir de Montauban est une vraie trainée de sang dans l?Histoire.
En tout cas, ce jour là le diable a gagné une manche contre l'Humanité...
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image


Invité

Oradour-sur-Glane

Message non lu par Invité »

Bonsoir,
A l'attention de Fantomas, la liste de la 3.KP existe et je crois bien qu'elle est exposée au mémorial d'Oradour. Je connais quelqu'un qui la possède. Mais ce n'est plus un secret, c'est une liste de noms et les principaux responsables sont connus depuis longtemps.
Personnellement je travaille sur le III/Deutschand qui commis du 10 au 12 juin 44 une série de meurtres dans les Pyrénées centrales (femmes et enfants tués à Marsoulas par exemple). Au départ, je n'avais que les noms des commandants de compagnie, un peu maigre... Aujourd'hui j'ai réussi à retrouver des vétérans qui ont bien voulu causer des opérations et de la vie dans les compagnies. Je possde une liste d'une centaine de noms, dont ceux des bourreaux d'enfants. Des détails m'ont été donnés sur l'opération, le profil des sous-off et des officiers et parfois leur devenir en normandie. Je pense publier prochainement le fruit de mes recherches. Ce type d'investigation n'est pas facile, on marche sans cesse sur des oeufs, c'est pour cela que l'on polémiquera toujours sur Oradour, tant l'ampleur et la cruauté du massacre est grande. Certes, ces recherches, OBJECTIVES, ne ramèneront pas à la vie les victimes innocentes, mais elles permetttent de ne pas les oublier.


Invité

Oradour-sur-Glane

Message non lu par Invité »

C'est ainsi que depuis pas mal de temps, je recherche la liste nominative des soldats de la 3e Kie du régiment "Der Führer", présente ce jour-là à Oradour, simplement pour connaître le nom des assassins, que sont-ils devenus (notamment pendant la bataille de Normandie)...

Tu trouveras cela au mémorial.
Comme tout le monde le sait, il y avait hélas des alsaciens dans le groupe de combat du régiment Der Führer. Ils ont été graciés par le Grand Charles.


Invité

Oradour-sur-Glane

Message non lu par Invité »

Bonsoir, effectivement, à l'exception de BOOS, il y a avait des alsaciens incorporés de force, qui n'avaient d'autres choix que de suivre les allemands ou de se faire fusiller et voir leurs familles déportées au camp de Struthof. Non contente de les avoir abandonnés aux allemands, la France leur a craché au visage après la guerre. Comme souvent notre beau pays, fidèle à sa tradition de compromis et de lacheté, a préféré livrer à la justice de jeunes français d'Alsace plutôt que d'arrêter Lammerding et ses sbires en territoire anglais, comme l'aurait fait tout pays courageux -Israël par exemple.- Les vrais coupables auraient dû être pendus à l'époque. Je sais de quoi je parle car je recherche depuis 10 ans les bourreaux d'enfants de Marsoulas dans la Haute Garonne. Ils appartenaient à la 10ème compagnie du régiment Deutschland. Beaucoup sont morts au front, et tant mieux, ce n'est que justice, les autres se sont faits petits en Allemagne ou ailleurs. J'ai loupé de peu le commandant de compagnie, Gross, mort en juin 2003. Ses crimes étaient prescrits, mais je n'aurais pas hésité à lui rendre visite de manière à ce qu'il ne parte pas sans se rappeler les victimes de Marsoulas et d'ailleurs. Concernant les alsaciens, 99% d'entre eux sont à considérer, à degré moindre bien entendu, comme victimes ; car dès qu'ils le purent, ils désertèrent, se firent tuer ou blesser par les bombardements, ou se firent abattre en tentant de se faufiler entre les lignes. J'ai même le cas d'un gars de la 11/Deutschland qui a abattu son gradé allemand pour déserter. Croyez bien que tous ces hommes, âgés à l'époque de 17 ans, regrettent profondément d'avoir porté l'uniforme SS. Ils n'en tirent aucune gloire, au contraire, ils ont parfois honte. Parce que le massacre d'Oradour dépasse de loin les limites de l'horreur, il nous revient de porter une regard plus objectif et de travailler avec plus de recul afin de comprendre le rôle de chacun. Je le répète, les vrais responsables des massacres, ont été rarement condamnés.


Big
Messages : 324
Enregistré le : 20 nov., 00:00

Oradour-sur-Glane

Message non lu par Big »

Les alsaciens étaient majoritairement versés dans les SS, parce que les allemands eux-mêmes avaient une confiance très limité en leur loyauté. Le moyens le plus efficace de les "serrer" c'était justement les SS.
Je vous conseille vivement la visite du Memorial Alsace-Lorraine de Schirmeck, on voit clairement là-bas que tout n'est jamais tout noir ou tout blanc. Le scandaleux procès de Bordeaux a ouvert en Alsace, une plaie qui n'est pas près de se refermer; Comme le dit si bien Tonton Jean, c'était plus facile de faire payer des lampistes qu'on pouvait trouver sur place que d'aller chercher les vrais coupables.


Invité

Oradour-sur-Glane

Message non lu par Invité »

Tout à fait, déjà durant la 1re guerre mondiale, les désertions ne furent pas rares. Les "têtes de français" comme les appellaient les allemands, étaient surveillés étroitement par l'encadrement. Je possède le récit d'un Ustuf de la 10/Deutschland, que j'ai par ailleurs interrogé chez lui en Allemagne, et qui évoque la présence des jeunes alsaciens. Le degré de confiance était faible, croyez bien. Les cadres SS savaient pertinenment que ces recrues forcées leur tourneraient le dos à la moindre occasion. On parle beaucoup des gars de la 3/DF mais rarement de ceux qu'on a pendus en Italie parce qu'ils regrettaient qu'Hitler ne soit par mort dans l'attentat du 20 juillet, ou bien de ceux que l'on a fusillé pour désertion. Lire l'ouvrage de Nicolas MINGUS et André UGEL à ce sujet - ENTRE DEUX FRONTS -. Il recueille divers parcours d'incorporés de force dans la SS. Il est à mon sens objectif et réabilite l'honneur de ces hommes. Je pense honnêtement que tout a été fait pour que les bourreaux d'Oradour, Tulle, Monpezat, Bagnères, Marsoulas. etc... ne soient pas inquiétés au nom de la reconstruction et de la normalisation des rapports franco allemand. J'ai mis moins de 3 mois pour retrouver et contacter un officier SS qui avait pourtant été déclaré mort en Normandie et dont le nom était toujours cité comme témoin et non comme mis en cause, dans des procédures en 1990. J'en tire donc les conclusions évoquées supra. Je suis convaincu que l'obersturmführer Gross de la 10/D a passé une vie paisible à Dusseldorf et qu'aucune convocation ne lui a été adressée après guerre.


Invité

Oradour-sur-Glane

Message non lu par Invité »

[quote="TONTON JEAN"]Bonsoir, effectivement, à l'exception de BOOS, il y a avait des alsaciens incorporés de force, qui n'avaient d'autres choix que de suivre les allemands ou de se faire fusiller et voir leurs familles déportées au camp de Struthof.

Non, non et non ! L'homme a toujours le choix de ses actions et les résistants, réfractaires au RAD (pour parler de l'Alsace et de la Moselle, voire du Luxembourg) réfractaires au STO l'ont prouvé !
Même les résistants communistes (doctrine pour laquelle je n'ai aucune admiration) de la première heure sont entrés en dissidence avec leur parti pour combattre les Allemands.

Dire qu?il s?agissait de choix terrible, d?accord, mais le choix existait !
J?ai des exemples qui me touchent personnellement : l?oncle de mon épouse s?est soustrait au RAD, toute la famille a été déportée. Le frère de ce réfractaire, mon beau-père enrôlé de force dans le RAD a refusé le serment au drapeau et lorsqu?on lui a demandé pourquoi, il a simplement dit : parce que je suis Français.
Certes, ils en ont bavés pendant deux ans et demi mais ils ont dit non.
J?ai un oncle qui, à 16 ans, en juin 1940 fut l?un des premiers résistants de l?Est de la France.
Inversement, l?une de mes tantes était beaucoup plus riche à la fin de la guerre qu?au début, comme quoi, dans la même famille, on pouvait prendre des décisions, et des décisions très différentes mais dire qu'on n'avait pas le choix c'est faire bien peu de cas de ceux qui se sont sacrifiés pour leurs idées.


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Retourner vers « Discussion générale sur la bataille de Normandie »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité