La prise de Stuttgart

Vous souhaitez discuter avec les internautes de sujets divers et variés, sans rapport avec la seconde guerre mondiale ? Ce forum est à votre disposition !
Quentin
Messages : 1757
Enregistré le : 13 mai, 23:00

La prise de Stuttgart

Message non lu par Quentin »

Est-ce que quelqu'un aurait des infos sur le comportement des Français à Stuttgart ?
Y paraît que ca à pas été joli. J'aurais aimé savoir ce qu'il en était dans les faits.

Merci


du guesclin
Messages : 58
Enregistré le : 16 mai, 23:00

La prise de Stuttgart

Message non lu par du guesclin »

salut il y a des infos la dessus dans le livre de dominique lormier "c'est nous les africains" d'apres ce que j'ai lu il y aurait eu des cas de viol sur des allemandes de la part des troupes coloniales mais cela reste tres marginal (cela n'a pas empeché certaines allemandes à "se donner" aux troupes francaises).de lattre a d'ailleurs comdamné ces cas de viol et a demander l'installation de bordel militaire pour les troupes francaises en allemagne.de plus il y aurait eu quelques pillages mais tout cela reste assez marginal et n'est certainement pas comparables aux crimes commis par les allemands en france.
PS: les troupes coloniales(nord africaines) étaient accusée de tous les crimes par la population allemandes qui n'acceptaient pas cette domination "indigène". certes il y eut des crimes commis par ces troupes( et punis parfois par comdamnation a mort) mais la population allemande "démonisait" le soldat africain comme perver et voleur


Quentin
Messages : 1757
Enregistré le : 13 mai, 23:00

La prise de Stuttgart

Message non lu par Quentin »

Le comportement des officiers n'a pas été modèle a ce que j'ai entendu dire à Stuttgart...


patton65
Messages : 346
Enregistré le : 23 août, 23:00

La prise de Stuttgart

Message non lu par patton65 »

- Le 14 avril, une nouvelle phase s'ouvre au cours de laquelle le Bataillon, placé d'abord en défensive le long de l'Enz, s'imposera à l'ennemi par une agressivité sans relâche, puis repartira en avant dans une progression rapide marquée par la prise de Nussdorf e de Ditzingen et ouvrira la brèche dans le dispositif ennemi aux portes de Stuttgart.

En fin d'après-midi le 14 avril, le 1er Bataillon reçoit l'ordre d'aller relever un Bataillon du 4e R.T.T. à Enzweihingen. Alors que ce village important est tenu par un Bataillon, c'est avec la Cie. GALHARARGUE, qu'il va falloir l'occuper et tenir tête aux nombreux coups de sonde de l'ennemi.
Il en est de même à Aurich, qu'un ordre du même jour prescrit d'occuper sans délai.
Finalement en fin de soirée, tout le 1er Bataillon se déplace de la zone de Kleinsachenheim - Löchgau vers la région Vaihingen - Aurich - Enzweihingen.
La 1e Cie. traverse Vaihingen à 22 heures. Largement échelonnée, marchant à travers champs pour éviter les tirs de harcèlement sur la route de Vaihingen à Enzweihingen et aux abords de la passerelle traversant l'Enz, la Cie. arrive à destination et procède à la relève malgré les tirs de minen et de 105.
Chaque section de la Cie. prend à son compte le point d'appui initialement tenu par une Cie.
Cette relève est endeuillée par la mort du Sergent-Chef LUBESPIERRE de la 1e Cie. due à la mégarde d'un tirailleur mal réveillé.

Ce n'est pas un climat de confiance qui règne dans le village ; les tirailleurs relevés parlent d'encerclement, d'infiltrations à l'intérieur même du village. Ils situent les positions de l'ennemi à proximité immédiates et les estiment très fortes. Ils semble particulièrement nerveux ; C'est certainement le résultat de leur usure extrême et peut-être aussi celui des bombardements constants qui ne cessent de s'abattre de nuit et de jour sur le village. La

A Aurich la situation est la même. D'accès plus facile que Enzweihingen, le village est dans un fond dominé sur l'autre rive par la croupe 323 et les tirs ennemis ne contribuent pas à créer une atmosphère de tranquillité.

- Le 15 avril, au jour cependant, on reconnaît, la situation dans laquelle on se trouve sur l'Enz.
Deux villages entièrement dominés par les hauteurs au Sud sur lesquelles le Bâche est tapi dans de nombreux trous : 284, 279, 323, 352, tous ces points pendant quatre jours vont revenir dans les conversations et les comptes-rendus et vont faire l'objet d'actions offensives.

Plus en arrière, le fond du tableau est marqué par le Pulverdiger Holz dont le mystère va hanter les esprits et par le village et le château de Nussdorf qui semblent des yeux braqués sur nous pour surveiller tous nos mouvements.
La circulation n'est possible que de nuit et l'ennemi très actif tire sur les isolés qui se montrent. Bien que désemparées par l'offensive du début avril, les unités allemandes se sont reconstituées et renforcées. Elles ont reçu l'ordre de s'accrocher au terrain jusqu'au dernier homme, jusqu'à la dernière cartouche.
Dans son secteur, le 1er Bataillon a en face de lui plusieurs unités qui seront même renforcées dans les premiers jours de notre occupation. D'Est en ouest le dispositif allemand se présente ainsi :
* à Pulverdingen on signale la présence du 104e R.I. (47e Volksturm Grenadier Division) mais il est installé surtout à l'est de cette localité.
* à Pulverdingen également et au Pulverdingen Holz, se trouve une Cie. de l'école des Pionniers. C'est une unité de choc destinée aux coups de main et aux contre-attaques.
* devant Enzweihingen et Aurich, le Kampf-Gruppe Müller (141e D.I.) rattaché à la 16e V.G.D. comprend deux Bataillons de 105 hommes chacun. Le Bataillon Friedrich devant Enzweihingen, le Bataillon Kling à Nussdorf face à Aurich.
* Enfin Nussdorf est occupée aussi par le Polizei-Einsatz-Bataillon Deggingen orienté face à l'ouest.
* De notre côté deux Compagnies en ligne à Aurich et Enzweihingen et une en réserve, la C.A 1, à Vaihingen avec le P.C. du Bataillon. La nuit, des hommes montent la garde dans des postes de résistance installés à des carrefours.

Afin de ne pas laisser le complexe d'infériorité gagner les hommes, des patrouilles sont exécutées dès le 16 avril pour donner de l'air aux villages. Ces patrouilles trouvent le vide aux endroits indiqués comme fortement tenus. Ainsi dans la journée, le dispositif est-il largement étalé sur le terrain. Il apparaît très clairement que le dispositif allemand n'est pas accroché à Aurich et Enzweihingen mais que l'ennemi s'emploie de toute évidence à nous bluffer par des patrouilles extrêmement agressives et venant chaque soir aux abords des villages et principalement Enzweihingen.

- Le 16 avril, A 12 heures les patrouilles deviennent des reconnaissances offensives en direction de :
- Rieth sur l'axe routier Enzweihingen-Riethertal ,
- du Pulverdingen Hole au travers de pentes dénudées qui en descendent,
- de Nussdorf.

Il s'agit avant tout de savoir avec précision où est l'ennemi, ce qu'il fait. D'autre part un observateur de la Division aurait constaté un drapeau blanc à Nussdorf. Le drapeau blanc ! l'a-t-on cherché à la jumelle au cours de cet après midi. En fait il s'agissait uniquement d'un rayon de soleil sur une toiture ou une fenêtre.
A la Cie. GALHARAGUE, l'opération est montée sous forme de coups de main sans préparation d'artillerie, ni de mortiers.
Le coup de main sur Riethertal est confié à l'adjudant-Chef ETHEVENEAUX, 3e section ; celui de Pulverdinger Hole au Sergent-Chef MOTA 2e section, la 1e section est laissée à la défense du village, Sergent-Chef LUCAS.
L'adjudant-Chef ETHEVENEAUX, s'infiltrant de part et d'autre de la route, tombe à 100 mètres de la papeterie, presque à son départ (15 heures) sur un fort bouchon de mitrailleuses enterrées sur le bas côté de la route et prenant celle-ci d'enfilade. Son groupe de droite qui essaye de pousser en avant sur les pentes 279 afin de manoeuvrer la résistance, est cloué au sol, pris à partie par des armes automatiques postées de l'autre côté de la route. Bloqué de partout, l'adjudant-Chef ETHEVENEAUX passe à l'abordage de la résistance qu'il grenade à bout portant faisant 4 prisonniers et tuant le Sous-Officier Chef de pièce qui se défend revolver au poing.

La progression reprend après cet incident lorsqu'une contre-attaque ennemie déboule des pentes Est 279. Elle est difficilement brisée par le groupe de droite qui réussit à faire 2 nouveaux prisonniers. L'interrogatoire de ces 2 hommes acheminés sur le champ au P.C. du régiment apprend qu'une Cie. allemande vient d'arriver à Rieth dans la deuxième partie de la nuit précédente et qu'elle se trouve déployée en vue d'une action offensive. L'ordre de rompre le combat et de regagner le point de départ parvenu vers 18 heures 30 est exécuté vers 19 heures avec quelques difficultés, mais 2 prisonniers sont fait à nouveau. De notre part nous perdons 2 morts : PAVIOT et SANROMAN.

L'opération de Pulverdingen Hole, s'est également heurtée à une très grosse résistance de la part de l'ennemi. Pris au moment où ils allaient pénétrer dans le bois sous un violent tir de mitrailleuses postées à l'intérieur de la lisière, les chasseurs du groupe MOTA essayent pour s'y soustraire, de sauter dans le bois ; ils ne peuvent y réussir :

CATHERINE est tué, deux autres sont blessés dont un grièvement : 2 allemands sont capturés.

De leur déclaration il résulte que le Pulverdinger Hole est truffé de casemates et fortement occupé. Au début de la soirée le sergent-chef MOTA réussit un décrochage avec beaucoup d'habileté. Si le bénéfice de ces deux opérations ne se solde pas par un gain de terrain, du moins deux résultats appréciables sont acquis :
- le renseignement précis sur l'importance et la situation des positions allemandes,
- la démoralisation d'une unité fraîche qui venait de débarquer et son intervention annihilée.

Il y a lieu d'ajouter à ce résultat d'ordre tactique,

Les 10 prisonniers faits, les 10 morts, et 20 blessés estimés, les 4 mitrailleuses capturées.

Pour se venger, dans la nuit, les allemands procèdent à des tirs de harcèlement extrêmement violents et fréquent avec minens, 88, 105 et calibres plus élevés ; quelques infiltrations tentées par l'ennemi le lendemain, sont stoppées par nos tirs d'arrêt.

A Aurich également les reconnaissances gravissent à partir de 16 heures les pentes nord de la côte 323 afin de se porter ensuite sur Nussdorf. Des signes d'occupation récente témoignent de ce que l'ennemi tenait encore la croupe peu de temps auparavant. Dès l'arrivée des premiers hommes sur la crête, les tirs ennemis d'armes automatiques et d'artillerie se déclenchent brutalement.

Utilisant cependant les moindres défilements, des éléments de la 2e Cie. réussissent à atteindre un boqueteau situé sur la partie sud de la croupe 323. Par contre tout essai d'en déboucher est inutile, sous peine d'avoir de lourde pertes. Déjà LAVIGNE et BOUDY ont été tués et en même temps qu'eux des blessés ont du être évacués dont l'un le Sergent-chef BORDES de la C.A.1 mourra de ses blessures.

Entre la côte 323 et Nussdorf ce n'est qu'un glacis dominé par les observatoires ennemis et battu par ses feux. Il est inutile d'insister avec des moyens insuffisants. Le renseignement obtenu est d'ailleurs important. L'ennemi a évacué les avant-postes qu'il avait sur la rive sud de l'Enz, mais sa ligne de résistance est marqué par Nussdorf.
Il se contente de pousser des patrouilles la nuit, qui viennent voir si nous veillons. Cependant elle ne nous trouvent pas en défaut et l'atmosphère de confiance s'accroit, malgré les réactions de l'artillerie qui n'épargne pas plus Aurich que Enzweihingen.
En tout cas l'ennemi s'est rendu compte de notre esprit offensif et il a été fixé en face de nous tandis qu'ailleurs se déroule une autre manoeuvre.

- Le 18 avril, la bride nous est a nouveau lâchée. Il faut essayer de prendre Nussdorf sans attaquer cependant, car nous n'en avons pas les moyens, en artillerie surtout. La C.C.1 du régiment (TENOR) nous aidera et le Capitaine BARTHE vient rejoindre le P.C. qu'il ne quittera pratiquement plus jusqu'à la veille de l'entrée à Stuttgart, nous épaulant du feu de ses canons dans toute la mesure qui lui sera permise. Au besoin le Régiment pourra nous donner quelques tirs d'artillerie mais c'est peu. Aussi c'est par la manoeuvre d'infiltration que nous allons obtenir le résultat. Le 18 à partir de 13 heures, le Bataillon reprend pied sur les croupes 323 et 279.
Mais l'avance sur le glacis de Nussdorf étant toujours impossible, la 2e Cie. s'infiltre par les bois du Sonnenberg pour atteindre la croupe 352. La 3e Cie. venue de Vaihingen tient la croupe 323.

La 1e Cie. a également manoeuvré sur la 279 qu'elle trouve réoccupée par un groupe de mitrailleurs. Tombant à l'improviste sur ce groupe, le Sergent-Chef LUCAS et ses hommes le surprennent et le mettent en fuite.

Faisant 2 prisonniers et capturant 4 armes automatiques et une quarantaine de fusils.

Se lançant à la poursuite des fuyards, LUCAS pousse à plus de 1500 mètres en avant de la 279. Il est tout de même obligé de s'arrêter et s'installe avec ses hommes sur la 279.

- Le 19 avril, dans la matinée la 2e Cie. a suivie la 1e et ensemble se répartissent la défense. Les derniers allemands quittaient le village par le sud au moment où le Bataillon y est entré. Les allemands sont encore dans les bois et les vergers de la cote 390. Quelques coups de feu sont échangés aux lisières sud du village. Nussdorf n'est plus qu'un monceau de ruines. Pilonné par l'aviation quelques jours auparavant il a été achevé par les canons de la l' A.D. et de la C.C.1 du 49e R.I. Des maisons brûlent encore allumées par TENOR. Seul le château du baron Von Reichbach, un ami de ROMMEL en haut du village est à peu près intact. Il a été pillé par les allemands. C'est un spectacle lamentable. Dans les chambres les armoires ont été vidées ; des décorations du baron il ne reste que les rubans ; plaques, croix, médailles, tout a été emporté. Des richesses, oeuvres d'art de valeur, tableaux, armures, statues, provenant du musée de Stuttgart, ont été rassemblées là. Elles sont à peu près intactes.

On ne peux s'attarder à dénombrer tout cela. Il faut s'installer pour la nuit.
La Cie. GALHARAGUE progressant vers le Sud est venue border la route Nussdorf-Rieth le long de laquelle elle s'établit, assurant la liaison avec le 3ème Bataillon. Nous sommes stoppés jusqu'au lendemain à 12 heures avec défense de poursuivre l'avance. Trop en pointe il faut attendre que nos voisins de droite du 3e R.T.A. ( Bataillon ALBONY) aient progressé suffisamment dans le "Heutal Wald".

- Le 20 avril, à 12 heures, le Bataillon marche sur Eberdingen que les allemands ont évacué dans la matinée et l'occupation s'est faite rapidement.

La situation évolue car l'ennemi est maintenant en retraite sur tout le front. La poche de Stuttgart, menacée d'être fermée par l'action de la 5e D.B. dans le Sud, se vide. De partout les unités de la 3e D.I.A. poussent de l'avant.
Orienté d'abord sur Heimerdingen, le 1er Bataillon reçoit à 17 heures l'ordre d'atteindre la côte 388 et si possible Ditzingen. Mais Ditzingen est loin.
A notre gauche, le 3e Bataillon marche en direction de Münschingen tandis qu'à notre droite le 3e R.T.A. n'a pas encore atteint la route d'Eberdingen à Weissach.
Sans attendre la 3e Cie. repart sur Heimerdingen. Les routes sont barrées par des abattis. On passe sur les côtés et l'on réquisitionne des civils pour ouvrir la voie.
La 2e Cie. part dans la même direction. Heimerdingen est occupé. Les allemands l'ont évacué au début de l'après-midi. A 20 heures 15, la Cie. HENRAT repart vers l'est en direction de la croupe 388 puis d'Hirschlanden qu'elle occupe à 22 heures tout en ramassant des prisonniers.
C'est au tour de la 1e Cie. de continuer cette ruée en avant. Chacun voudrait être le premier à entrer dans Stuttgart.


patton65
Messages : 346
Enregistré le : 23 août, 23:00

La prise de Stuttgart

Message non lu par patton65 »

A 17 heures, lorsque l'ordre a été donné de pousser si possible jusqu'à Ditzingen, la 1e Cie. vient de s'installer à Rieth. Elle reçoit l'ordre de se porter sur Eberdingen. Les hommes qui ont été tenus en alerte depuis le 15 avril, et ont combattu depuis le 16 sont fourbus ; aussi, la décision est prise de transporter cette Cie. le plus loin possible. Immédiatement les dodges se trouvant à Eberdingen , sont déchargés sur place, et les hommes embarqués. Les motos du Bataillon sont rassemblées pour former un peloton de reconnaissance avec 2 F.M. sur moto-side. Et la colonne motorisée se met en route. Elle est ralentie par des barrages aux issues des villages. Elle passe à 21 heures à Heimerdingen et atteint à 22 heures 30 Hirschlanden déjà occupée par la Cie. HENRAT. La route est barricadée ; aussi le Capitaine GALHARAGUE fait mettre pied à terre à son unité. Les renseignements recueillis à Hirschlanden auprès des prisonniers français libérés donnent Ditzingen comme fortement occupé par l'ennemi 2 heures auparavant et situent 2 batteries d'artillerie le long de l'autostrade.

- A 0 heure 30, la Cie. débouche d'Hirschlanden largement articulée en profondeur, disposée en un losange axé sur la route. La progression s'effectue dans le plus grand silence au travers d'organisations inoccupées, et chose surprenante non minées.

Parvenue aux abords du village sans aucune réaction de l'ennemi, la Cie. s'y jette par trois côtés à la fois, par les issues d'Hirschlanden, d'Hofingen, et de Minchingen. L'état-major du Volksturn est surpris à son P.C.

La garnison, forte d'environ 50 hommes est faite prisonnière avant d'avoir pu réagir.

Les postes de la Cie. aux issues s'emploient à recueillir les soldats ennemis de toutes armes refluant, vers le village. C'est alors que, brusquement, vers 2 heures du matin le 21, la fusillade éclate un peu partout , déclenchée par des petits groupes de 3 ou 4 civils. La gendarmerie est le centre de ces réactions, de résistances.

- A 7 heures, du matin le ratissage des trois rues menant des postes des issues à la place centrale est terminé et la gendarmerie nettoyée. Plus de 80 prisonniers ont été faits dans la nuit. Des armes, des équipements en grands nombre ont été rassemblés ; il est impossible de les dénombrer, on a pas le temps.

Au Sud et au Nord, les unité voisines poussent de l'avant devant un ennemi en retraite sentant la menace qui grandit sur son flanc droit par la rive droite du Neckar et sur ces arrières par les blindés du C.C.5 avançant sans désemparer.

- A 9 heures, alors que le 1er Bataillon tout entier est rassemblé dans Ditzingen, la 2e Cie. franchit la voie ferrée au Sud avec mission de se porter sur la cote 338 et ultérieurement sur Weil im Dorj. La 3ème Cie. devra suivre et la dépasser. Mais l'ennemi est encore là. Nous n'avons pu avoir de renseignements précis sur les positions qu'il occupe, sur l'emplacement de ses batteries. Les prisonniers français libérés ne savent rien ! Progressant par un fond de ravin, la Cie. DELERUE dépasse l'autostrade et n'est plus qu'à 800 mètres de la cote 338. A ce moment un véritable déluge de feu s'abat sur elle. L'artillerie ennemi crache de partout. Minens de 88, des obus de D.C.A. éclatent au dessus des hommes. C'est un barrage infranchissable. On ne peu que chercher à s'abriter. Les hommes utilisent pour cela des bâtiments agricoles dispersés sur le terrain. Mais les obus les poursuivent jusque là. L'un d'eux pénètre par une fenêtre et tue toute l'équipe du F.M., les Enfants de Choeur sont merveilleux de calme, un autre éclate au-dessus d'un groupe de mortiers. Les tirs ne se limitent pas à cette zone ! Ditzingen en reçoit sa part. Un Escadron du 3e Spahis traversant la ville est pris à partie par l'artillerie ennemie dès son débouché derrière la gare. Allons-nous assister à un massacre ? Durant plus de 2 heures le déluge de feu continue. D'autre part les allemands sont restés derrière et embusqués, mitraillent tout ce qui bouge. Le Sous-Lieutenant BOURGEOIS, l'Officier de renseignements, échappe par miracle à la mort, une rafale de balles venant s'écraser sur le pare brise de sa voiture.

- Vers 12 heures 30, cependant le tir se calme et la 2e Cie. trop en l'air se réinstalle sur l'autostrade. Elle panse ses plaies et compte ses morts et ses blessés.
8 tués, 9 le soir après la mort du Caporal PUGET, et 8 blessés. Tel est le bilan de cette matinée.

- Le 21 avril, dernier jour de combat pour le 1er Bataillon a coûté cher ! Heureusement les autres Cies. n'ont pas souffert du bombardement. La journée s'achève sous la pluie. Tout le monde a le coeur serré. Au soir le 2e Bataillon dépasse le 1er et pénètre sans difficultés dans Stuttgart dont la porte a été ouverte le matin par le 1er Bataillon, grâce à l'esprit de sacrifice et au stoïcisme de sa 2e Cie. qui sera citée toute entière.

- Le 22 avril 1945, Stuttgart est prise. En pointe de la 3e D.I.A. , le 1er Bataillon a magnifiquement participé au succès. En 3 semaines de combats, de veilles et de fatigues.

A nos côtés le 7e RCA et la 5e DB qui nous ont appuyé avec leurs blindés.

il a été de Spire à Stuttgart capturant près de 400 prisonniers et un nombreux matériel.

La prise de Stuttgart fut l'objet d'un différant avec les américains qui devaient l'occuper dans le cadre de leurs opérations. Les chars de la 5e D.B. s'y sont opposé. (faits cités par plusieurs auteurs). Les américains prétendaient que les français pillaient et que les officiers n'arrivaient pas à les tenir.

Pour nous, la campagne d'Allemagne est terminée, la guerre est finie. La fin des hostilités sera fêtée par des salves d'armes automatique le 8 mai 1945 et la capitulation de l'Allemagne sera ratifiée par les alliés à Berlin le 9 mai 1945, le Général De Lattre de Tassigny représentant la France.

- Le 8 juillet 1945. Les américains relèveront le régiment qui quittera Stuttgart

Un peu de mélancolie nous pénètre au lendemain des combats et des succès. La vie que nous avons menée si ardente pendant toute cette période nous parait fade maintenant. Une tâche cependant demeure. Il nous faut garder cette volonté farouche qui nous a donné la victoire et l'appliquer à l'oeuvre du temps de Paix.
Voila c'est ce que j'ai trouvait


du guesclin
Messages : 58
Enregistré le : 16 mai, 23:00

La prise de Stuttgart

Message non lu par du guesclin »

De Lattre a declaré:"qu'il est indéniable que lors de notre entrée en allemagne des actes de pillage et de viols furent commis presque toujours a mains armées, generalement par des indigènes d'unités nord africaines, dans des conditions que pouvaient excuser dans une certaine mesure nos legitime ressentiments mais qui risquaient de nuire tant a l'ordre nécessaire à la bonne marche des opérations qu'à la tranquilité de nos rapports à venir avec les populations occupée"
pour une armée francaise de 400 000 hommes la prevoté militaire relève en avril:14viols,5 sodomies,69 pillages,12vols et 62 cas divers. de mai àjuillet:8 viols,333 pillages,426 vols et 705 cas de conduites desordonnées. sanctions:4 tirailleurs du 3DIA sont fusillés et diverses autres sanctions sont prononcés( prison, travaux forcés,...). quand à l'attitude des officiers; la plupart comdamne ces actes par des peines lourdes et exemplaires meme si ils sentent une baisse de moral dans les rangs surtout de la part des troupes indigènes qui se sentent délaissée par la france et coupées de leur terres natales


Quentin
Messages : 1757
Enregistré le : 13 mai, 23:00

La prise de Stuttgart

Message non lu par Quentin »

merci pour vos post ^^

Mon prof d'Histoire nos a dit que des habitants ont sorti le champagne en entendant le nom des officiers français qui ont pris Stuttgart, prisonniers du Vietminh après la bataille de Dien Bien Phu.
Pour agir comme ca, les Français ont vraiment dû se comporter de manière particulièrement odieuse... Image


du guesclin
Messages : 58
Enregistré le : 16 mai, 23:00

La prise de Stuttgart

Message non lu par du guesclin »

mais aussi certains prisonniers allemands détenus par les francais ont été contraint d'aller se battre en indochine et d'y périr pour la france. anecdote: le père allemand de mon ancien prof d'histoire à été contraint de se battre en indochine, prisonnier à dien bien phu il a rencontré une vietnamienne et de cet union est né mon prof


Retourner vers « Discussions générales »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités