Encyclopédie du débarquement et de la bataille de Normandie
English version Spanish version

Le Mesnil-Patry en 1944 – Calvados – Bataille de Normandie

Le Mesnil-Patry (Calvados)

Les villes de Normandie pendant les combats de 1944

Libération : 25 juin 1944

Unités engagées :

Drapeau canadien de 1944 Queen’s Own Rifles of Canada, 8th Canadian Infantry, 3rd Infantry Division

Drapeau canadien de 1944 6th Armoured Regiment (1st Hussars), 2nd Canadian Armoured Brigade

Drapeau anglais 146th Infantry Brigade, 49th Infantry Division

Drapeau nazi S.S. Panzerpionier-Bataillon 12, 12. S.S. Panzer-Division “Hitlerjugend”

Drapeau nazi S.S. Panzer-Regiment 12, 12. S.S. Panzer-Division “Hitlerjugend”

Drapeau nazi S.S. Panzergrenadier-Regiment 26, 12. S.S. Panzer-Division “Hitlerjugend”

Historique :

Alors que les Canadiens de la 7th Infantry Brigade (3rd Infantry Division) se sont emparés avec difficultés de Putot-en-Bessin le 8 juin 1944, une nouvelle offensive est décidée quelques jours plus tard pour contrôler l’extrémité de vallée de la Mue, un talweg que les Allemands empruntent pour renforcer la ligne de front tout en étant à l’abri des vues. Les forces canadiennes doivent s’emparer des villages du Mesnil-Patry et de Cheux afin de leur barrer la route tout en élargissant ainsi la tête de pont alliée.

L’attaque doit débuter l’après-midi du 11 juin à 14 heures 30 et les unités chargées de participer à l’offensive sont prévenue le jour même à 8 heures. Le régiment du Queen’s Own Rifles of Canada appartenant à la 8th Canadian Infantry est chargé de s’emparer du Mesnil-Patry, appuyé par les chars du 1st Hussars (2nd Canadian Armoured Brigade). Les soldats de la compagnie D grimpent sur les blindés de l’escadron B et débutent la progression depuis le nord-est du village à travers un terrain découvert où les protections manquent. Les Allemands du S.S. Panzergrenadier-Regiment 26 (12. S.S. Panzer-Division “Hitlerjugend”), qui s’attendaient à une attaque alliée dans ce secteur suite à la récupération de codes de transmissions, ouvrent aussitôt le feu, causant de lourdes pertes dans les rangs canadiens. Les obus de mortiers pleuvent sur les assaillants. Malgré les difficultés rencontrées, fantassins et blindés parviennent à atteindre les abords immédiats du Mesnil-Patry et des combats à très courte portée débutent aussitôt pour le contrôle des habitations.

Mais la 12. S.S. Panzer-Division contre-attaque et déploie les blindés du S.S. Panzer-Regiment 12 : les Canadiens ne peuvent plus tenir et le lieutenant-colonel R. J. Colwell commandant le 1st Hussars ordonne à ses chars de se replier sur la ligne de départ. Les fantassins font de même. Cependant, l’escadron B est totalement désorganisé et l’ordre ne parvient aux Canadiens qui sont totalement fixés par l’adversaire : seuls deux chars Sherman retourne à hauteur de Norrey-en-Bessin d’où ils sont partis. Durant ce violent engagement, le 1st Hussars perd 59 tués, 2 disparus, 2 blessés et 11 prisonniers. 51 de ses chars sont détruits et son escadron B est entièrement annihilé. Le Queen’s Own Rifles of Canada enregistre quant à lui 55 tués, 33 blessés et 11 prisonniers. 4 de ces prisonniers (le Corporal Estel Cook, les soldats Ernest Cranfield et Gerald Willet du Queen’s Own Rifles of Canada et le soldat Clayton Perry du 1st Hussars) sont interrogés par des éléments du S.S. Panzerpionier-Bataillon 12 puis déplacés à proximité de la commune de Mouen où ils sont exécutés.

Après le repli des Canadiens, les Allemands renforcent les défenses de la petite commune et installent de nombreux champs de mines. Il faut finalement attendre le lancement de l’opération Martlet le 25 juin 1944, flanc-garde de l’opération Epsom qui débute à proprement parler le lendemain, pour que le village du Mesnil-Patry tombe aux mains des Alliés. La 146th Infantry Brigade anglaise (appartenant à la 49th Infantry Division), profite des effets destructeurs de l’imposante préparation d’artillerie pour percer la ligne de front tout en contournant les défenses du Mesnil-Patry par l’est. Les Allemands, submergés, ne peuvent que se replier, abandonnant ainsi le village à leurs adversaires pour se réorganiser le long d’une nouvelle ligne de défense quelques kilomètres plus au sud.

Cartes de Le Mesnil-Patry :

Image : carte du secteur de Le Mesnil-Patry - Bataille de Normandie en 1944
DDay-Overlord.com – Reproduction partielle ou totale interdite – Contact Webmaster

Actualités de la Normandie

George G. Klein – 2nd Ranger

George G. Klein – 2nd Ranger

Financez le retour de George G. Klein en Normandie aux prochaines commémorations ! Ce vétéran a escaladé la Pointe du Hoc le 6 juin 1944.

Mur du Souvenir

Mur du Souvenir

Le Mur du Souvenir est un espace de mémoire en hommage aux vétérans de la bataille de Normandie qui se sont éteints.

Médiathèque

Médiathèque

Médiathèque du débarquement et de la bataille de Normandie : photos et vidéos d'époque.

Suivez D-Day Overlord sur Facebook