Libération de Caumont-l’Eventé en 1944 pendant la bataille de Normandie

Caumont-l’Eventé (Calvados)

Les villes de Normandie pendant les combats de 1944

Libération : 13 juin 1944

Unités engagées :

Drapeau américain 18th Infantry Regiment, 1st Infantry Division

Drapeau américain 26th Infantry Regiment, 1st Infantry Division

Drapeau américain 743rd Tank Battalion, 1st Infantry Division

Drapeau américain 635th Tank Destroyer Battalion, 1st Infantry Division

Drapeau nazi Panzer-Aufklärungs-Abteilung 2, 2. Panzer-Division

Historique :

La planification initiale de l’opération Overlord estime que le village de Caumont-l’Eventé doit être sous contrôle du 5e corps américain neuf jours après le début du débarquement. Malgré de lourdes pertes enregistrées le 6 juin 1944 pour établir la tête de pont dans le secteur d’Omaha Beach, les Américains parviennent à rattraper une partie de leur retard. La commune de Caumont, installée sur une hauteur offrant un large panorama sur la région, en particulier sur la vallée de la Drôme et la forêt de Cerisy, représente un important carrefour routier entre Saint-Lô et Villers-Bocage. Le village est également situé à la limite du fuseau dédié à la 1ère armée américaine, bordant celui de la 2e armée britannique : ces limites de coordinations, d’autant plus entre deux armées différentes, représentent une préoccupation constante pour les militaires qui doivent s’assurer que l’ennemi ne s’y infiltre pas. Le 5e corps américain établi à cet effet de fines mesures de coordination avec son voisin du 30e corps britannique, prenant soin de progresser à la même vitesse.

Côté allemand, la rapide progression américaine dans ce secteur créée un saillant dans leur dispositif, entre la Panzer Lehr Division à l’est de Caumont et le reliquat de la 352. Infanterie-Division à l’ouest. Pour empêcher ce risque potentiel de percée, les premiers éléments de la 2. Panzer-Division qui arrivent au compte-goutte en Normandie sont aussitôt engagés.

Le 11 juin à 17h00, le 5e corps reçoit ses nouveaux ordres en cours d’action qui lui désignent Caumont et la cote 192 comme ses nouveaux objectifs. Sept heures plus tard, la 1st (US) Infantry Division en déduit ses propres directives : appuyée par six bataillons d’artillerie, l’unité progresse avec les 18e (à l’ouest) et 26e (à l’est) régiments d’infanterie de front, ces derniers étant chacun renforcés d’un escadron du 635th Tank Destroyer Battalion.

Dans la soirée du 12 juin, le 2e bataillon du 26th Infantry Regiment (IR) atteint les abords de Caumont-l’Eventé, n’ayant rencontré en chemin qu’une faible résistance allemande. Aux premières heures de la nuit, des reconnaissances légères sont ordonnées pour tester le dispositif défensif dans le village : leur compte-rendu permet d’estimer que la localité n’est tenue que par l’équivalent de deux compagnies du Panzer-Aufklärungs-Abteilung 2 (2. Panzer-Division). Le chef de corps du 26th IR, le colonel John F. R. Seitz, donne l’ordre de s’en emparer dans la nuit. Mais les Allemands tiennent bon et repoussent toutes les tentatives de la compagnie F américaine, appuyant leur défense sur une poignée de véhicules blindés et un canon de 88 mm.

Au lever du jour, les chars américains du 743rd Tank Battalion relancent l’action en pointe pour déloger l’ennemi. Ils sont accompagnés d’observateurs avancés pour délivrer des feux d’artillerie précis et rapides. Malgré ce rapport de force défavorable, les Allemands ne rompent le contact qu’au prix d’une défense acharnée du village. Ce 13 juin à 9 heures, Caumont-l’Eventé est libéré. Aussitôt, les artilleurs observent le nouveau compartiment de terrain qui s’offre à eux depuis les hauteurs du village : ils en profitent pour préparer de nouveaux catalogues de tir.

Conscients de l’importance de cette perte sur le plan tactique, les Allemands tentent de déloger les Américains du village et de la cote 192 : dès le début d’après-midi, ils multiplient les incursions à travers la défense des 18e et 26e régiments qui peinent à sécuriser leurs positions. A 15 heures, l’intervention de l’artillerie repousse définitivement les soldats du Panzer-Aufklärungs-Abteilung 2 : 895 obus sont tirés par les artilleurs américains du 33rd Field Artillery Battalion pour interdire toute infiltration.

Carte de Caumont-l’Eventé :