Libération de Louvières en 1944 – Bataille de Normandie

Louvières (Calvados)

Les villes de Normandie pendant les combats de 1944

Libération : 8 juin 1944

Unités engagées :

Drapeau américain 115th Infantry Regiment, 29th Infantry Division

Drapeau américain 116th Infantry Regiment, 29th Infantry Division

Drapeau américain 743rd Tank Battalion

Drapeau américain 6th Engineer Special Brigade

Drapeau nazi 9. Kompanie, Grenadier-Regiment 726, 716. Infanterie-Division

Drapeau nazi Pionier-Bataillon 352, 716. Infanterie-Division

Historique :

En 1944, le village de Louvières (et plus particulièrement son château, connu comme étant le château de Gruchy), abrite le poste de commandement de la 9e compagnie du Grenadier-Regiment 726 (716. Infanterie-Division). Dans la nuit du 5 au 6 juin 1944, ces soldats sont pris sous les bombardements aériens alliés qui visent Omaha Beach mais qui touchent également l’arrière-pays. Trois habitants sont tués lors des raids précédant l’assaut amphibie (Bernard Oxéant, 15 ans, Louise Oxéant, 39 ans et Louis Bernard, 36 ans).

Les Allemands opposent une redoutable résistance aux fantassins américains du 115th Infantry Regiment (29th Infantry Division) qui parviennent tant bien que mal de s’extraire de la plage et qui cherchent dans un premier temps à sécuriser leur tête de pont aux abords de Saint-Laurent-sur-Mer.

Dans la soirée du 6 juin 1944, les sapeurs du Pionier-Bataillon 352 (716. Infanterie-Division) s’infiltrent à travers Louvières et y préparent une contre-attaque dans la nuit, initialement prévue à 2 heures du matin le 7 juin. Pendant ce temps, le Major General Charles H. Gerhardt, commandant la 29th Infantry Division, donne ses ordres aux différents régiments : les 1er et 2e bataillons du 115th Infantry Regiment (IR) doivent atteindre Longueville à hauteur de la route nationale 13 après avoir traversé Louvières.

Les Allemands montent finalement à l’assaut à compter de 5 heures 30 en direction de l’Ormel et de Vierville-sur-Mer, avec une luminosité suffisante pour combattre, forçant les Américains à se replier. Incapables de tenir le terrain, les sapeurs du Pionier-Bataillon 352 décident finalement de se retrancher à Louvières. Les 2e et 3e bataillons du 116th Infantry Regiment (29th Infantry Division) terminent la reconnaissance de Vierville et reçoivent l’ordre de continuer à progresser en direction du sud-ouest. La situation est extrêmement confuse, les Américains ne disposant que d’effectifs incomplets et épars. Les tireurs isolés allemands sont éparpillés dans l’ensemble de secteur et les assaillants perdent un temps considérable à fouiller l’ensemble des bâtiments et des bois environnants. Atteignant Louvières, les soldats du 116th IR sont pris sous les tirs des mitrailleuses allemandes et doivent se replier vers Vierville à 17h00, ne bénéficiant d’aucun appui capable de renverser la situation.

En milieu de matinée du 7 juin, les 1er et 3e bataillons du 115th Infantry Regiment font mouvement vers l’ouest et prennent la direction du village de Louvières, que les Allemands cherchent à défendre à tous prix. Sous les coups de l’artillerie et des tireurs isolés adverses, la progression est fortement ralentie : les Américains sont dans l’incapacité de s’emparer de la commune et après avoir été repoussés, ils s’installent en surveillance pour la nuit. Appuyés par l’artillerie navale, ils relancent l’action le 8 juin à l’aube et parviennent cette fois à libérer la commune de Louvières, en partie abandonnée par les Allemands durant la nuit.

Plusieurs semaines après les combats de la libération, les civils ont continué de subir les affres de la guerre. Le 6 août 1944, deux habitants de Louvières sont tués accidentellement par le déclenchement d’un dispositif explosif : Clément Marie, 63 ans, et Julien Robillard, 36 ans.

Carte de Louvières :