Libération de Sainte-Colombe en 1944 – Bataille de Normandie

Sainte-Colombe (Manche)

Les villes de Normandie pendant les combats de 1944

Libération : 17 juin 1944

Unités engagées :

Drapeau américain 47th Infantry Regiment, 9th Infantry Division

Drapeau américain 60th Infantry Regiment, 9th Infantry Division

Drapeau américain B Company, 746th Tank Battalion

Drapeau nazi Grenadier-Regiment 1058, 91. Infanterie Division

Historique :

Une semaine après le débarquement, lorsque les forces américaines entament leur mouvement visant à couper les lignes allemandes en deux dans le Cotentin, elles réalisent qu’elles doivent d’abord franchir la barrière naturelle de la rivière Douve avant d’atteindre l’ouest du Cotentin. Le 7e corps du général Collins sélectionne plusieurs points de franchissement situés entre Sainte-Colombe et Saint-Sauveur-le-Vicomte. Ces deux communes deviennent ainsi les objectifs des divisions américaines sous ses ordres.

C’est à la 9th Infantry Division du Major General Manton S. Eddy que revient la mission de s’emparer de Sainte-Colombe et des points de franchissement sur la Douve. Eddy ordonne au colonel Frederick J. de Rohan, chef de corps du 60th Infantry Regiment (IR), de lancer ses bataillons en avant et de prendre les Allemands de vitesse afin de les empêcher de saboter les ponts. Le régiment, au sud du fuseau de la division, progresse sur un terrain très compartimenté, favorable aux défenseurs. Malgré ces difficultés tactiques, le 60th IR dépasse Reigneville-Bocage le 15 juin, où les compagnies d’infanterie, appuyées par le 2e peloton de l’escadron B du 746th Tank Battalion, mettent hors de combat une section complète allemande. Les rapports américains indiquent que certains cadavres n’étaient pas armés et que des officiers se tenant en retrait les empêchaient de s’enfuir en les forçant à se battre coûte que coûte.

Le 16 juin 1944, le 60th IR sécurise aussitôt le pont sur la Douve à l’ouest du village de Sainte-Colombe, au lieu-dit La Laiterie. Celui-ci est intact, les Allemands n’ayant pas eu le temps de le détruire. En début d’après-midi, le 47th Infantry Regiment du colonel George W. Smythe reçoit l’ordre de s’emparer de Sainte-Colombe et de Golleville : son 3e bataillon atteint le carrefour entre les lieux-dits La Loge et Les Hauts-Vents dans la soirée, à environ un kilomètre de distance de Sainte-Colombe. Mais au même moment, plus à l’est, le 39th IR fait face à une redoutable résistance allemande qui l’empêche de s’emparer d’Orglandes. Le général Eddy, qui dans cette situation n’est pas pleinement capable d’utiliser son artillerie sans risquer des tirs fratricides, donne l’ordre au 47h IR de couvrir la prise d’Orglandes en interdisant les axes susceptibles d’être utilisés pour le ravitaillement ou le renforcement des Allemands. Cette décision reporte momentanément la prise définitive du village de Sainte-Colombe.

Dans la nuit du 16 au 17 juin, les défenseurs allemands, quasiment encerclés, jugent intenable leur position et décident de se replier à l’ouest de la Douve en profitant de l’obscurité pour s’infiltrer à travers le dispositif de la 60th IR. A l’aube du 17 juin, le 3e bataillon du 47th IR sécurise Sainte-Colombe et reprend sa progression en direction de Néhou.

 

Carte de Sainte-Colombe :

Retour à l’index des communes de Normandie

Débarquement de NormandieBataille de NormandieLa Normandie, aujourd’hui

MédiathèqueArmographieFilmographieBibliographieBoutiqueForumInfos du site

DDay-Overlord.com – Reproduction soumise à l’autorisation du l’auteur – Contact Webmaster