Rosie la Riveteuse en Normandie pour le 75e anniversaire du D-Day

Rosie the Riveter

A gauche, l’affiche créée par J. Howard Miller pour lutter contre l’absentéisme en usine. A droite, l’illustration de Norman Rockwell parue en une du magazine Saturday Evening Post en mai 1943.

15 mai 2019 : Rosie la Riveteuse en Normandie pour le 75e anniversaire du D-Day

“Rosie la Riveteuse” est le surnom donné au 6 millions d’Américaines qui ont œuvré dans les usines pendant la Seconde Guerre mondiale, suppléant une population traditionnellement masculine, en l’absence d’une partie des hommes partis combattre en Europe et dans le Pacifique. Riveteur étant l’un des métiers caractéristiques de cette période industrielle, c’est le dessin d’une femme prénommée “Rosie” et accompagnée d’un pistolet à rivet qui fait la une du magazine Saturday Evening Post à l’occasion du Memorial Day 1943, le jour où les Américains honorent la mémoire de leurs combattants. Ce dessin de Norman Rockwell a popularisé le surnom de “Rosie The Riveter” (Rosie la Riveteuse) pour honorer la contribution féminine à l’effort de guerre américain.

Cinq “Rosies” se rendront en Normandie à l’occasion du 75e anniversaire du débarquement, plus précisément au cimetière américain de Colleville-sur-Mer le 6 juin 2019. Grâce à la générosité de donateurs en Europe et aux Etats-Unis, ces nonagénaires pourront participer aux commémorations du D-Day auquel elles ont, à leur manière, permis le déroulement. Pendant la guerre, ces femmes travaillaient notamment aux chantiers navals de Richmond (Californie) qui fournissait des navires de combat à la Navy, en particulier les fameux “Liberty Ship“. Sans ces “Rosies”, le formidable complexe industrialo-militaire américain n’aurait pas pu avoir la même importance et jouer un tel rôle dans la victoire finale des Alliés.

Pour l’une d’entre elles, Marian Wynn, cette participation aux commémorations sera particulièrement chargée en émotions. Son frère, Donald F. Parsons, a été tué le 28 juillet 1944 pendant la bataille de Normandie, alors qu’il servait au sein du 35th Signal Construction Battalion : il est enterré au cimetière militaire de Colleville-sur-Mer. Depuis 75 ans, elle n’avait pas eu l’occasion de se rendre sur place : elle attend avec impatience et anxiété le moment de découvrir sa tombe.

A l’occasion des commémorations du Jour-J en 2019, ces femmes seront honorées telles qu’elles le méritent : à l’instar de véritables vétérans de la Seconde Guerre mondiale. Elles seront en Normandie du 3 juin au 10 juin, et pourront être aperçues notamment au camp Geronimo à Sainte-Mère-Eglise.

Les cinq “Rosies” participant aux commémorations :

  • Agnès Moore, 98 ans, soudeuse sur Liberty Ship.
  • Phyllis Gould, 96 ans, soudeuse sur Liberty Ship.
  • Marian Sousa, 92 ans, dessinatrice/architecte de Liberty Ship.
  • Marian Wynn, 92 ans, soudeuse sur Liberty Ship.
  • Mae Krier , 92 ans, riveteuse chez Boeing à Seattle.

Les “Rosies” avaient été reçues par le président américain Barrack Obama à la Maison Blanche.
Photo : White House.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.