Exposition « Greatest Generation » 2004 – 60ème anniversaire du D-Day

Exposition « Greatest Generation »

60ème anniversaire du débarquement de Normandie

Exposition "Greatest Generation" - Commémorations 2004 - 60ème anniversaire du débarquement de Normandie. Photo : André Nicota

Dates : 29 mai au 13 juin 2004
Lieu : Sainte-Mère-Eglise (50)

Photos de l’exposition

Cet événement dédié aux parachutistes américains de la Seconde Guerre mondiale et à Sainte-Mère-Eglise est une première.

Grâce à son installation originale dans l’espace, sur plus de deux mille mètres carrés, et à son déroulement lors des festivités du 60ème anniversaire du débarquement de Normandie, « The Greatest Generation Memorial Exhibit » a vocation d’événement mémorial et d’expression de gratitude envers nos libérateurs.
Par le biais d’une exposition mettant en évidence la bravoure et le dévouement exprimés par une génération d’américains connue aux Etats-Unis sous le nom de « Greatest Generation » (en français : la plus grande des générations), le visiteur s’est vu replongé soixante ans en arrière. A son entrée, un jeune homme portant les habits d’un « M.P. » (pour Military Police – police militaire) américain et armé d’un fusil U.S. M-1 garde l’entrée…

D’un point de vue historique, l’originalité de l’exposition réside dans la présence de très rares pièces authentiques ayant appartenu aux plus célèbres acteurs de la libération de ce premier village. Empruntés aux plus grands musées américains, prêtés par les vétérans ou faisant partie de l’une des plus riches collections privées, le visiteur a pu y découvrir entre autres des effets ayant appartenu aux généraux Matthew Ridgway et James Gavin de la 82nd Airborne Division, au colonel Vandervoort, immortalisé par John Wayne dans le film « Le Jour le Plus Long« , ou encore au Major Richard D. Winters commandant les célèbres « Frères d’Armes » de la Easy Company, 506th PIR, 101st Airborne Division.

L’exposition n’est pas en reste d’objets insolites mais tout aussi rares, comme le premier drapeau nazi capturé en Normandie par les Américains, les plaques signalétiques d’époque de la ville, l’autopompe qui servit à éteindre l’incendie et même le casque d’un pompier français ayant combattu l’incendie du 6 juin.
En fait, c’est l’image de la ville soixante ans en arrière qui a resurgit. Chaque vitrine était liée à un événement clé de la libération de Sainte-Mère-Eglise et à ses libérateurs.

Un autre volet s’est attaché à la rencontre des générations. Des vétérans parachutistes, comme Forrest Guth, de la « Easy » Company, sont allés à la rencontre des visiteurs et ont dédicacé en exclusivité plusieurs ouvrages.

Enfin, tout autour de l’espace d’exposition, le visiteur a eu le loisir de se promener à travers un campement américain d’époque reconstitué par deux groupes britanniques d’histoire vivante.

Cette exposition a été réalisée par The Way We Were Foundation avec le soutien de la ville de Sainte-Mère-Eglise et la collaboration de l’International Center of Photography of New York.