English version of the web site - Version anglaise du site internet Lien : French version of the web site - Version française du site internet Lien : Spanish version of the web site - Version espagnole du site
Omaha Beach - Historique et photos de la plage La Bataille de Normandie - DDay-Overlord.com   Lien : Page Facebook du site DDay-Overlord
 
Partager
  Accueil / Débarquement de Normandie / Les plages / Pointe du Hoc /  
6 Juin 1944 - Jour J - Débarquement de Normandie
La Bataille de Normandie
La Normandie aujourd'hui
Filmographie du Débarquement de Normandie
Bibliographie du Débarquement de Normandie
Encyclopédie du Débarquement de Normandie
Lien : photos du débarquement et de la bataille de Normandie
Lien : Armographie du débarquement et de la bataille de Normandie
Forum du Débarquement de Normandie
Lien : Boutique du débarquement et de la bataille de Normandie
Lien : Band of Brothers - Frères d'Armes
Contacter le webmaster du site www.dday-overlord.com

Lien : Association DDay-Overlord : Mémoire de la bataille de Normandie - 1944

Pointe du Hoc

Historique et photos de la plage

 

Composition de la batterie de la Pointe du Hoc

A mi-distance entre Omaha Beach et Utah Beach, la Pointe du Hoc domine la mer de sa falaise verticale. Elle est couronnée par une batterie (partiellement sous abri bétonné mais encore en construction en juin 1944) installée par les Allemands : à six kilomètres à l'ouest d'Omaha, six obusiers de 155 mm de fabrication française (155 mm G.P.F. mle 1917) et datant de la Première Guerre mondiale sont installés sur un plateau qui se termine lui-même abruptement en falaises rocheuses de 25 à 30 mètres de haut. Les artilleurs appartiennent à la 2ème batterie de l'Heeres-Küsten-Artillerie 1260 commandés par l'Oberleutnant Frido Ebeling.

Le mot « Hoc » provient de « haugr » en Norois, la langue des Vikings, et qui signifie monticule. Ce toponymie est fréquent en langue normande et en particulier dans « Cap de la Hague » et « Saint-Vaast-La-Hougue ». Les Américains, en recopiant les cartes, ont réalisé une erreur de typographie qui a transformé « Hoc » en « Hoe » sur de très nombreuses cartes et rapports encore aujourd'hui accessibles.

Image : Bombardement en mai 1944 de la Pointe du Hoc
Bombardement en mai 1944 de la Pointe du Hoc par les Alliés.

Pour les Alliés, il faut s'en emparer pour dégager les plages (Omaha et Utah) de la menace que cette batterie fait peser sur elles. Telle est la mission confiée à une unité américaine créée spécialement pour l'occasion, le 2ème bataillon de Rangers. La Pointe du Hoc fait l'objet, dans les jours et les mois précédant le débarquement, de bombardements massifs. La position, au sommet de la falaise, reste cependant importante, et difficile à conquérir.

La stratégie envisagée pour la prise de la batterie de la Pointe du Hoc

Convoqué cinq mois plus tôt par le général Eisenhower, le lieutenant-colonel James Earl Rudder, un ancien fermier du Texas, apprend que le 5ème corps de la 1ère armée du général Bradley doit prendre d'assaut le secteur ayant reçu le nom de code Omaha Beach. En observant les photos aériennes de la Pointe du Hoc, il pense d'abord à une blague du commandement allié en découvrant cette batterie allemande, fortement protégée par des bunkers ainsi que le rempart de hautes falaises, qu'on lui demande de prendre d'assaut. Mais Bradley, venu lui informer de la mission future, n'est pas là pour rire.

L'assaut est prévu à 6 heures 30 par 225 Rangers sous le commandement de Rudder, participant lui aussi à l'attaque. A 7 heures du matin, soit une demi-heure après l'assaut initial, les Rangers doivent signaler aux bâtiments de guerre alliés positionnés au large que la Pointe est sous contrôle en tirant une fusée éclairante. 500 Rangers doivent alors être envoyés en renfort et l'ensemble des éléments tient le site de la batterie jusqu'à l'arrivée des troupes américaines débarquées à Omaha et appartenant au 116ème régiment de la 29ème division d'infanterie. Les Rangers doivent escalader la falaise des deux côtés de la Pointe du Hoc, à l'ouest et à l'est, s'emparer des bunkers qui protègent les pièces d'artillerie allemandes et détruire ces dernières. L'horaire doit être respecté si les Américains veulent recevoir les 500 Rangers en renfort.

Image :  Photo de la Pointe du Hoc bombardée, prise à partir d'un avion de reconnaissance Allié Photo de la Pointe du Hoc bombardée, prise à partir d'un avion de reconnaissance allié.

Si à 7 heures Rudder n'a pas lancé une fusée éclairante indiquant la prise de la Pointe du Hoc, les 500 Rangers de renforts seront directement envoyés à Omaha Beach, secteur Charlie.

Le déroulement de l'assaut

Sur le pont du navire de transport S.S. Ben My Chree, à 6 heures du matin, le 6 juin 1944, James E. Rudder se tourne vers ses hommes et dit : "Maintenant écoutez... Rangers ! Montrez leur ce que vous valez... Bonne chance les gars ! Démolissez-les... Départ dans cinq minutes." Les 225 Rangers, éclaboussés par l'eau et l'écume glaciale, touchés par le mal de mer, chargés de leur équipement, naviguent dans les péniches de débarquement de type L.C.A. vers les falaises, cachées par la fumée des explosions, des incendies et par l'écran de fumée protégeant l'armada alliée. Une équipe est chargée de s'emparer de la Pointe de la Percée, à l'est de la Pointe du Hoc, surmontée d'un site radar allemand.

Mais le courant est fort ; les barges sont déportées vers l'est et, quelques dizaines de mètres avant d'atteindre la côte, Rudder réalise que la falaise vers laquelle ils se dirigent n'est pas la bonne... Les barges affectées au transport des soldats devant débarquer à la Pointe du Hoc font demi-tour et naviguent en longeant la côté vers l'ouest. Pris sous les tirs d'armes automatiques et de mortiers, ils arrivent enfin en vue de leur objectif : il est 7 heures. A ce moment, les Alliés sur les bateaux, n'ayant pas vu la fusée éclairante signalant la prise de la falaise, s'imaginent que l'opération est un fiasco total. Les 500 Rangers destinés à renforcer Rudder et ses hommes sont alors dirigés vers la plage d'Omaha, où le débarquement a déjà commencé...

Image : L'entrée du poste d'observation et de tir H636a de la batterie allemande de la Pointe du Hoc L'entrée du poste d'observation et de tir H636a de la batterie allemande de la Pointe du Hoc.

Les Allemands, de leur côté, ont eu trente minutes pour se rétablir après le choc du bombardement, rejoindre les bunkers, établir un dispositif défensif, se réarmer... Et ils attendent de pied ferme, armes et grenades avec eux, ces soldats qui s'approchent de leur position. Le courant et les vagues font couler une barge : il n'y a qu'un survivant, les autres Rangers disparaissant en mer, entraînés par leur équipement. Les mitrailleuses allemandes crépitent et déversent une pluie de fer qui s'abat sur les barges d'assaut. Certaines prennent l'eau ; une barge, transportant exclusivement des munitions destinées aux Rangers, explose dans un vacarme étourdissant, projetant des éclats de toutes sortes à proximité. Le premier L.C.A. atteint la plage de galet à l'est de la pointe : la précipitation causée par l'erreur initiale de navigation empêche les Rangers d'escalader la falaise des deux côtés de la Pointe. Ils se dirigent tous vers le côté est. Les soldats américains s'élancent, découvrant une plage de cinq à six mètres de large déjà creusée par de nombreux obus de mortiers.

Image : photo des plages de Débarquement : Pointe du Hoc La Pointe du Hoc surmontée du mémorial dédié aux Rangers américains.

Les premiers corps s'abattent sur les galets, tandis que les rescapés lancent, par l'intermédiaire de mortiers, des grappins et des cordes alors que dans le même temps, l'artillerie navale les appuie au plus près. Mais l'eau alourdie les cordes et les grappins retombent sur la plage. Certains se décident alors à grimper la falaise avec leurs mains, creusant des marches dans la roche avec leur dague. Les Allemands versent une pluie de grenades sur la fine bande de plage et l'arrosent avec les rafales de mitrailleuses MG.

Image : Escalade de la falaise par les Rangers à l'aide de cordes et d'échelles Escalade de la falaise par les Rangers à l'aide de cordes et d'échelles.

Des échelles de pompiers (récupérées chez les pompiers londoniens) installées sur des chalands permettent à des Rangers d'accéder au sommet, tandis que d'autres y arrivent en grimpant avec les quelques cordes que les Allemands n'ont pas eu le temps de couper. Quelques minutes plus tard, les premiers soldats américains se dirigent vers les bunkers et découvrent un espace lunaire, creusé par les bombes. Les Allemands ont disparu mais des tireurs isolés ouvrent le feu. Ces snipers utilisent les trous creusés par les bombes pour se rapprocher au plus près des Rangers.

Image : Un effondrement de la falaise, provoqué par les tirs du croiseur USS Texas Un effondrement de la falaise, provoqué par les tirs de l'USS Texas.

Image : plan de la batterie de la Pointe du Hoc
Plan de la batterie de la Pointe du Hoc
(cliquer sur l'image pour l'agrandir)


En l'espace de quinze minutes, la Pointe est prise et sécurisée par les Américains. Mais les Allemands ont retiré les pièces d'artillerie de 155 mm. Ces dernières ont été remplacées, suite aux multiples bombardements et en attendant la construction de tous les abris bétonnés, par des poteaux en bois qui ont trompé les avions de reconnaissance alliés.

Image : photo des plages de Débarquement : Pointe du Hoc Une des casemates encore en construction au moment du débarquement.

Une fois la surprise passée, le lieutenant-colonel Rudder organise la défense du bout de terre qu'il contrôle. Il lance un appel radio l'après-midi, de son poste de commandement derrière un blockhaus de défense contre avions (D.C.A.), vers l'USS Satterlee : "Ici Rudder, le Hoc est sous contrôle... J'ai besoin de renforts et de munitions... Lourdes pertes...!" On lui répond peu après : "Bon boulot. Désolé pour les renforts, tous les Rangers ont déjà débarqué à Omaha."

Image : Le Colonel Rudder, commandant l'attaque par les Rangers de la Pointe du Hoc Le lieutenant-colonel Rudder, commandant l'attaque par les Rangers de la Pointe du Hoc.

Les pertes sont, en effet, très élevées : sur les 225 Rangers débarqués, 90 sont hors de combat pendant l'escalade de la falaise et la prise de la batterie allemande. Rudder doit faire avec. Les bâtiments de guerre au large effectuent un tir de barrage autour des zones contrôlées par les Américains. Une patrouille de deux Rangers découvre à environ un kilomètre au sud de la batterie les canons de 155 mm, cachés derrière une haie, en position de tir. Une cinquantaine de soldats allemands sont présents, à environ cent mètres plus loin au sud. Le jeune sergent américain qui commande la petite équipe donne ses ordres : son camarade doit fournir un tir très nourri sur les Allemands tandis qu'il lance des grenades thermiques sur les pièces et détruit les systèmes de visée avec la crosse de son arme. Après avoir réussi cette opération, la patrouille revient sur ses pas pour rendre compte à Rudder de leur découverte et de ce qu'ils en ont fait.

Image : Un des canons de 155 cachés à 1 kilomètre au Sud de la batterie Un des canons de 155 mm cachés à un kilomètre au sud de la batterie.

La nuit tombe et les Allemands organisent une contre-attaque. Ils s'infiltrent à travers les lignes américaines puis sont repoussés par les Rangers. Mais les munitions s'épuisent et les renforts ne sont toujours pas là. De plus, de nombreux Rangers sont faits prisonniers car, trop peu nombreux, ils ne peuvent mettre sur pied une défense hermétique et sont souvent pris à revers. Une explosion plus forte que les autres se fait soudain entendre : un Ranger vient de faire exploser le dépôt de munitions allemand.

Au petit matin du 7 juin, Rudder fait à nouveau un terrible constat : les munitions et vivres sont insuffisantes pour tenir ce siège et les effectifs américains sont en baisse. Et le 116ème régiment d'infanterie n'est toujours pas là ! Mais il faut tenir, ce sont les ordres. Le 116ème régiment d'infanterie est en effet retardé par une très forte résistance, à Vierville et sur la route vers la Pointe du Hoc. Personne ne connaît la date, l'horaire de leur arrivée pour relever les Rangers.

La défense allemande se concentre à l'ouest de la Pointe, aux alentours du blockhaus de D.C.A. ouest, renforcée par la présence d'un canon de 88 mm. Rudder abandonne l'idée de  s'en emparer, ayant déjà perdu vingt soldats pour tenter de réduire au silence ce point de forte résistance allemande. Partout ailleurs, de nombreux tireurs isolés blessent et tuent des Rangers.

Image : Depuis les cratères creusés par les bombes, les Rangers défendent leurs positions Depuis les cratères creusés par les bombes, les Rangers défendent leurs positions.

La deuxième nuit tombe sur la Pointe du Hoc depuis que ce bout de terre appartient pour moitié aux soldats américains qui s'y accrochent avec les ongles. Les renforts ne sont toujours pas arrivés, la fatigue gagne (beaucoup n'ayant pas fermé l'oeil depuis deux jours), les munitions et vivres sont pratiquement épuisées et les effectifs sont encore en baisse. Dans le but de mettre un terme à la résistance américaine, les Allemands lancent pas moins de trois contre-attaques sur le secteur tenu par les Rangers. Peu à peu, les points de résistance américains tombent, les combats deviennent des corps à corps sanglants. Au petit matin du 8 juin 1944, alors que les Allemands lancent ce qui doit être pour leur adversaire le coup de grâce, les chars américains du 116ème régiment arrivent enfin à la Pointe du Hoc avec l'infanterie. Les Allemands s'enfuient et Rudder, blessé, peut enfin souffler, la première fois depuis plus de 48 heures. Les Rangers sont relevés.

Bilan de l'assaut de la Pointe du Hoc

Sur les 225 Rangers engagés à la Pointe du Hoc, seuls 90 d'entre eux sont encore en état de se battre et beaucoup sont blessés.

Image : Des prisonniers Allemands sont conduits par les Rangers au pied de la falaise Des prisonniers allemands sont conduits par les Rangers au pied de la falaise.

Les 500 Rangers ayant débarqué le long de la Côte d’Or le 6 juin vers 7 heures 30 ont rencontré une très forte résistance sur la plage. Ils se sont séparés en deux groupes : l'un avec une cinquantaine de soldats débarquent comme prévu sur le secteur Charlie (Vierville), l'autre plus à l'est afin d’éviter le mur de feu et d’acier allemand interdisant toute approche. En effet, sur la cinquantaine de soldats engagés sur Charlie, ils ne sont qu’une dizaine à survivre au débarquement tandis qu'à l'est, les pertes sont bien moins élevées.

Le courage des Rangers sur la plage d'Omaha est exemplaire et ces hommes, particulièrement sur Charlie, ouvrent des brèches au prix de pertes incroyablement élevées comme toutes les compagnies américaines sur Omaha.

De nos jours, la devise des Rangers, unité d'élite de l'armée des Etats-Unis, est "Lead the Way, Rangers !" ("Montrez le chemin, les Rangers !"). Cette devise est prononcée la première fois par le général Cota sur Charlie, pour encourager ces soldats à aider les fantassins de la 29ème division d'infanterie ayant eux aussi de nombreuses pertes.

 
 
 
 
DDay-Overlord.com - Reproduction partielle ou totale interdite - Contact Webmaster