Le Carrefour des Vignes aux Gendres en 1944 – Calvados – Bataille de Normandie

Le Carrefour des Vignes aux Gendres (Calvados)

Les villes de Normandie pendant les combats de 1944

Libération : 9 juin 1944

Unités engagées :

Drapeau américain 115th Infantry Regiment, 29th Infantry Division

Drapeau américain 110 Field Artillery Battalion, 29th Infantry Division

Drapeau nazi Grenadier-Regiment 916, 352. Infanterie-Division

Historique :

Le 9 juin 1944, les Américains de la 29th Infantry Division ont franchi la vallée de l’Aure et ses marécages : c’est une véritable surprise pour les Allemands qui n’avaient pas imagé que les terres inondées de l’Aure soient traversées aussi rapidement par leurs adversaires.

En début de soirée du 9 juin 1944, le 2e bataillon du 115th Infantry Regiment (29th Infantry Division) commandé par le lieutenant-colonel William E. Warfield atteint le village du Carrefour (que les Américains ont orthographié “La Carretour” sur leur carte, et qui est devenu aujourd’hui Le Carrefour des Vignes aux Gendres) après une longue marche et plusieurs erreurs d’orientation pendant la progression. Les soldats américains sont épuisés par les derniers jours de combats ainsi que par le franchissement du marécage de l’Aure : ils installent rapidement différents bivouacs à l’abri des haies avant la tombée de la nuit, sans creuser de trous de combats et négligeant de maintenir suffisamment de tours de garde. A 20 heures 45, une colonne de soldats et de véhicules blindés allemands appartenant au Grenadier-Regiment 916 (352. Infanterie-Division) en cours de repli vers le sud découvre le dispositif adverse à hauteur du hameau : ils décident de monter une attaque surprise et s’y préparent en discrétion pendant plusieurs heures.

Vers 2 heures 30, les Allemands lancent l’assaut, notamment appuyés par deux canons automoteurs : un combat d’une impressionnante intensité s’engage dans la nuit et désorganise totalement les Américains, leur causant de très lourdes pertes. Une pluie de balles, grenades et obus déchire la nuit et surprend de nombreux soldats dans leur sommeil. Le lieutenant-colonel Warfield, qui réunissait ses cadres dans un bâtiment du village au moment de l’assaut, se retrouve encerclé et refuse de se rendre. Cherchant à rejoindre le verger où se trouve l’essentiel de son régiment, il est tué par une rafale de mitrailleuse allemande en traversant la rue.

Les échanges de coups de feu se prolongent jusqu’à la rupture de contact par les Allemands au lever du jour, le 10 juin. Au total, 150 soldats américains dont 11 officiers sont mis hors de combat (50 sont tués) au terme de cet engagement. Le lieutenant Kermit C. Miller, qui s’était illustré le 8 juin au village de Colombières, fait partie des morts. Le Major General Charles H. Gerhardt, commandant la 29th Infantry Division, se rend aussitôt sur place et se recueille de longues minutes sur les corps sans vie de ses hommes, et notamment celui du lieutenant-colonel Warfield, qui tenait son pistolet à la main quand il a été tué. Gerhardt s’est alors exprimé : “S’il faut mourir, c’est comme ça qu’il faut le faire“.

Le 115th Infantry Regiment réorganise son deuxième bataillon qui est désormais commandé par le lieutenant-colonel Arthur T. Sheppe. Le régiment poursuit dans la journée en direction de Cartigny-l’Epinay.

Cartes du Carrefour des Vignes aux Gendres :

Image : carte du secteur de Le Carrefour des Vignes aux Gendres - Bataille de Normandie en 1944