Libération de Gonneville en 1944 – Bataille de Normandie

Gonneville (Manche)

Les villes de Normandie pendant les combats de 1944

Libération : 26 juin 1944

Unités engagées :

Drapeau américain 22th Infantry Regiment, 4th Infantry Division

Drapeau américain 24th Cavalry Reconnaissance Squadron, 4th Reconnaissance Troop, 4th Infantry Division

Drapeau américain D Company, 70th Tank Battalion, 4th Infantry Division

Drapeau américain B Company, 801st Tank Destroyer Battalion

Drapeau américain 44th Field Artillery Battalion, 4th Infantry Division

Drapeau nazi Kampfgruppe Rohrbach, 709. Infanterie-Division

Historique :

Le 19 juin 1944, sous la pression des divisions américaines, l’essentiel des troupes allemandes dans le nord du Cotentin s’est replié autour de Cherbourg. Sur le flanc droit, la 4th Infantry Division progresse dans le secteur du Val de Saire et cherche à empêcher les Allemands de s’y réorganiser.

Les Américains visent Cherbourg et les points clés des environs, dont l’aérodrome de Maupertus. Dès le 20 juin, le 22nd Infantry Regiment (4th Infantry Division), commandé par le colonel Hervey A. Tribolet, déploie des patrouilles en direction du village de Gonneville qui précède l’aérodrome.

Le lendemain, 21 juin, le régiment reçoit l’ordre de s’emparer de la cote 158, une hauteur située sur le territoire de Gonneville, à nord du lieu-dit Haye de Digosville de Haut, qui domine la région et en particulier l’aérodrome de Maupertus. Après le déclenchement d’une préparation d’artillerie, le 1er et le 3e bataillons du 22nd Infantry Regiment, appuyés par les chars de l’escadron B du 70th Tank Battalion, débutent à 16 heures leur progression. Ils sont pris à partie par tirs de canons antiaérien adverses et en début de soirée, le 1er bataillon est stoppé par l’artillerie allemande. Le 3e bataillon, commandé par le lieutenant-colonel Arthur S. Teague, parvient malgré tout à sécuriser les abords de la cote 158 et installe un dispositif défensif pour la nuit. Ils n’ont pas le temps de souffler que les Allemands contre-attaquent depuis le sud-est : il s’agit d’unités appartenant au Kampfgruppe Rohrbach qui ont contourné le 22nd Infantry Regiment pour les attaquer de flanc. L’Oberst Helmuth Rohrbach, chef de corps du (Fest.) Grenadier-Regiment 729 (709. Infanterie-Division), rassemble dans son groupement tactique interarmes (en allemand Kampfgruppe) des éléments de propre son régiment et du (Fest.) Grenadier-Regiment 739. Les Allemands coupent les lignes de communication et de ravitaillement du 22nd Infantry Regiment (IR) qui se retrouve isolé du reste de la 4th Infantry Division.

Le lendemain matin, 22 juin, le 2e bataillon du 22nd IR aux ordres du Major Earl W. Edwards attaque en direction de la cote 158 pour rétablir la liaison avec le 3e bataillon et mettre un terme à son isolement. Un convoi de ravitaillement en vivres et munitions est également envoyé, escorté par des chars, mais il est pris sous les tirs de l’artillerie et des mitrailleuses lourdes allemandes : subissant de lourdes pertes, il est dans l’obligation de faire demi-tour. Un deuxième convoi est déployé : il tombe dans une embuscade et les Américains enregistrent la perte de deux chars légers, trois semi-chenillés, trois canons antichars de 57 mm et plusieurs Jeep. Le 22nd IR est dans l’incapacité de poursuivre la progression en direction de Gonneville et Maupertus. Pendant toute la journée, les éléments du Kampfgruppe Rohrbach allemands continuent de s’infiltrer à travers les lignes américaines, empêchant le 22nd IR de coordonner ses actions. Les soldats du colonel Tribolet valorisent à nouveau leurs positions défensives pour la nuit.

Le 23 juin, l’infanterie américaine reçoit l’appui du 4th Reconnaissance Troop (4th Infantry Division), des chars du 24th Cavalry Squadron et de l’escadron B du 801st Tank Destroyer Battalion. Durant toute la journée, les bataillons d’infanterie consolident leurs lignes et réduisent les poches de résistances situées aux abords immédiats de la cote 158, appuyés par l’artillerie américaine qui pilonne la ligne adverse, afin de préparer l’attaque du 2e bataillon en direction de l’ouest pendant que le reste du 22nd IR reste face à Gonneville. Le régiment peut ainsi couvrir les combats de la prise de Cherbourg face aux forces allemandes situées au nord-est du Cotentin. L’offensive est lancée à 19 heures 30 mais elle est rapidement stoppée par les tirs allemands.

Le 24 juin, la Troop F du 24th Cavalry Reconnaissance Squadron, appuyée par les chars Stuart de l’escadron D du 70th Tank Battalion, attaque en direction de nord à partir du Bois de Blanqueville, mais les Allemands tiennent bon. Il faut attendre le 26 juin pour que le 22nd Infantry Regiment relancent à nouveau l’offensive : à 11 heures, les 1er et 2e bataillons attaquent le village, appuyés par les canons du 44th Field Artillery Battalion. Parvenant à dépasser Gonneville, ils s’engagent aussitôt dans de furieux combats visant à s’emparer de Maupertus et son aérodrome, qui se prolongent jusqu’au 27 juin.

En 2016, la commune de Gonneville devient Gonneville-le-Theil.

 

Carte de Gonneville :