Libération de Torigni-sur-Vire en 1944 pendant la bataille de Normandie

Torigni-sur-Vire (Manche)

Les villes de Normandie pendant les combats de 1944

2 août 1944 : un canon allemand sur plateforme ferroviaire Theodor Bruno Kanone de 238 mm en gare de Torigni-sur-Vire. Photo : US National Archives

Le canon allemand sur plateforme ferroviaire “Theodor Bruno Kanone” de 238 mm inspecté par les Américains le 2 août 1944 en gare de Torigni-sur-Vire.
Photo : US National Archives

Libération : 31 juillet 1944

Unités engagées :

Drapeau américain 134th Infantry Regiment, 35th Infantry Division

Drapeau américain 81st Chemical Battalion, 35th Infantry Division

Drapeau américain 737th Tank Battalion

Drapeau nazi 3. Fallschirmjäger-Division

Historique :

Bombardée à deux reprises par les Alliés les 7 et 12 juin 1944, la commune de Torigni-sur-Vire est meurtrie avant sa libération par la mort de plusieurs de ses habitants lors de ces raids. Malgré le largage de tracts incitant la population à quitter les cités, la majorité des civils étaient restés dans leur maison car les bombardements ne s’étaient pas poursuivis au lendemain du 7 juin.

Les Allemands avaient mis en place dans la gare de Torigni un canon sur plateforme ferroviaire baptisé « Theodor Bruno Kanone » d’un calibre de 238 mm, ayant une portée de vingt kilomètres. Initialement mis en place à Equeurdreville dans le cadre de la défense de Cherbourg, il avait été rapatrié à proximité de Caen depuis le mois de mai 1944 au sein de la Eisenbahn-Artillerie-Batterie 722 suite à l’augmentation des raids aériens le long des côtes. Mais les bombardements successifs à Torigni-sur-Vire ayant détruit les lignes de chemin de fer, le canon s’est retrouvé bloqué à cet endroit.

Plusieurs semaines après le début du débarquement, le 5e corps américain repousse les Allemands au sud-est de Saint-Lô. La 35th Infantry Division, commandée par le Major General Paul W. Baade, était installée le long de positions défensives le long de la route Saint-Lô-Bayeux à compter du 19 juillet. Ses régiments, après une courte période de remise en condition, reprennent la progression dès le 27 juillet en direction de Torigni.

Le 29 juillet à 17 heures, le 134th Infantry Regiment (IR) du colonel Butler B. Miltonberger n’est plus qu’à un kilomètre au nord de la commune. Après un rapide alignement de ses bataillons, Miltonberger ordonne la reprise de la progression peu avant 19 heures : lorsque le 3e bataillon s’engage au sud de La Chapelle-du-Fest, il est violemment pris à partie par un tir d’artillerie qui stoppe son avancée jusqu’au 30 juillet. Le 1er bataillon n’est pas plus chanceux malgré ses tentatives de percée des lignes allemandes à 13 heures puis à 18 heures. Les barrages d’artillerie et les bouchons de mines fixent les Américains au nord de Torigni.

Le général Baade fait alors appel à son artillerie et en particulier la batterie C du 81st Chemical Battalion. En préparation de l’offensive du 134th IR, prévue de débuter le 31 juillet, les mortiers tirent des obus au phosphore qui mettent le feu au village de Torigni. Avec l’appui des sapeurs qui doivent détecter l’éventuelle présence de mines le long des axes, les fantassins américains débutent leur assaut à 8 heures, renforcés par les chars de l’escadron C du 737th Tank Battalion. L’incendie qui s’est déclaré dans la commune dégage une importante fumée permettant aux assaillants de progresser à couvert des observateurs allemands. Tandis que le 2e bataillon progresse depuis le nord, le 3e bataillon contourne Torigni par l’est et le 1er bataillon entame la reconnaissance du village en suivant la route provenant de Saint-Lô. Se sentant débordés et incapables de repousser leur adversaire, les Allemands intensifient leur barrage d’artillerie avec un effort tout particulier sur la commune. Les obus tombent à nouveau sur les habitations, causant de nouvelles pertes dans les rangs des civils.

Torigni-sur-Vire est pris dans la soirée par le 1er bataillon, les défenseurs du 3. Fallschirmjäger-Division s’exfiltrant vers le sud. Le 3e bataillon, après avoir dépassé le village, est à nouveau stoppé par un barrage d’artillerie. Dans la soirée du 31 juillet, le 134th IR installe ses positions défensives à un kilomètre au sud de Torigni, après avoir rencontré une importante résistance adverse. Le 320th IR traverse à son tour la commune et interdit la route menant à Guilberville pour la nuit.

Carte de Torigni-sur-Vire :

Retour à l’index des communes de Normandie

Débarquement de NormandieBataille de NormandieLa Normandie, aujourd’hui

MédiathèqueArmographieFilmographieBibliographieBoutiqueForumInfos du site

DDay-Overlord.com – Reproduction soumise à l’autorisation de l’auteur – Contact Webmaster