Décès de Jean Masson, vétéran du commando Kieffer

Décès du vétéran français Jean Masson

Jean Masson était l’un des derniers vétérans français du débarquement de Normandie
Photo : D-Day Overlord

24 février 2019 : Décès de Jean Masson, vétéran du commando Kieffer
Auteur : Marc Laurenceau

Jean Masson s’est éteint le 23 février 2019 à l’âge de 95 ans.

Né le 15 mai 1923 à Saint-Dié, Jean Masson s’engage dans la Marine Nationale au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale puis cherche à rejoindre l’Angleterre après la défaite et l’occupation de la France par les Allemands. Mais emprisonné en Espagne, il tarde à pouvoir réaliser son projet, aux côtés d’autres Français qui subissent le même sort comme Maurice Chauvet. Il parvient toutefois à embarquer à bord d’un bâtiment anglais de la Royal Navy et atteint l’Angleterre le 2 janvier 1944.

Sa parfaite condition physique et son sens du devoir lui ouvrent les portes des Forces Françaises Libres. Se portant volontaire pour rejoindre les commandos, il suit avec succès le redoutable entrainement de ces soldats d’élite à Achnacarry en Ecosse, ce qui lui permet d’intégrer la Troop 1 du 1er bataillon de fusiliers marins commandos. Portant l’uniforme anglais mais avec le badge “France”, il traverse la Manche dans la nuit du 5 au 6 juin 1944 pour participer à l’assaut de la forteresse Europe, durant l’opération Overlord.

Le 6 Juin 1944, Jean Masson participe à l’assaut de la plage de Colleville-sur-Orne (aujourd’hui Colleville-Montgomery), secteur “Sword Beach“. Peu après avoir foulé le sol de France, une violente explosion le projette au sol, inanimé. Plusieurs commandos sont tués par cette même explosion. Placé inconscient au milieu d’autres blessés dans les dunes à proximité de la plage, il ne reprend ses esprits que 48 heures plus tard puis est évacué vers l’Angleterre pour y être soigné.

Remis sur pied, il prend part à l’assaut de Flessingue le 1er novembre 1944 avec les commandos français, participant cette fois à l’ensemble des combats.

Après la guerre, il travaille plusieurs années en Afrique avant de s’installer avec son épouse à Draguignan, où ils profitaient simplement de la vie et du soleil. Jean revenait régulièrement aux commémorations du débarquement, la dernière fois étant à l’occasion du 70e anniversaire en 2014. Il avait prévu de participer au 75e anniversaire du D-Day.

Il ne reste plus aujourd’hui que trois vétérans encore vivants sur les 177 commandos français du 1er bataillon de fusiliers marins commandos partis à l’assaut de Sword Beach : Hubert Faure, Jean Morel et Léon Gautier.

 Retour au menu Actualités des plages du débarquement

 

DDay-Overlord.com – Reproduction soumise à l’autorisation de l’auteur – Contact Webmaster

1 réponse

  1. Luc Vandezande dit :

    Bonjour
    Magnifique programme à l’honneur de ces Braves tombés pour notre Liberté en sacrifiant, leur jeunesse et
    leur avenir pour que nous en ayons un !
    Je suis un ancien militaire de la Belgian Air Force, je tiens a préciser que si la participation Belge au débarquement
    fut modeste ( Nous ne sommes qu’un petit pays) mais proportionnellement importante:
    Section Belge de la Royale Air Force ( 349 ,350, 609 Squadron)
    Section Belge de la Royale Navy
    Brigade Piron, ( +ou-3000 hommes) elle participa à la Libération de Deauville et la Côte Fleurie, elle débarqua à Arromanche au mois d’Août 1944.
    Il est remarquer que dans le programme des commémorations, elle n’y est pas mentionnée, je pense qu’elle y a sa place ainsi que la Brigade
    Hollandaise qui y participa également. Le sacrifice de tous doit être reconnu.
    Pour info, il y a le Pont des Belges à Deauville
    Il y avait également la Section Belge des SAS Britanniques
    Ce fut un météorologue Belge qui donna les derniers bulletins météo pour le débarquement.

    Cordialement

    1er Sergent Chef (ER)
    Vandezande Luc
    Belgian Air Force

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.