Libération de Saint-Lô-d’Ourville en 1944 – Bataille de Normandie

Saint-Lô-d’Ourville (Manche)

Les villes de Normandie pendant les combats de 1944

Libération : 6 juillet 1944

Unités engagées :

Drapeau américain 47th Infantry Regiment, 9th Infantry Division

Drapeau américain 60th Infantry Regiment, 9th Infantry Division

Drapeau américain 315th Infantry Regiment, 79th Infantry Division

Drapeau américain 357th Infantry Regiment, 90th Infantry Division

Drapeau américain 746th Tank Battalion

Drapeau nazi Kampfgruppe Bacherer, 77. Infanterie Division

Drapeau nazi 265. Infanterie-Division

Historique :

Le 6 juin 1944, l’aviation alliée réalisé une multitude de missions de bombardement visant à retarder l’engagement des renforts en direction des plages du débarquement. L’un des objectifs du 388th Fighter Squadron (365th Fighter Group) est de rendre inutilisable la voie de chemin de fer reliant Carteret à La Haye-du-Puits : lors de cette attaque au sol, le chasseur-bombardier P-47 Thunderbolt piloté par le lieutenant Jack J. Martell est touché par l’une de ses propres bombes qui explose aussitôt après le largage. L’avion s’écrase au lieu-dit La Charpenterie, sur le territoire de la commune de Saint-Lô-d’Ourville, tuant le pilote américain.

Quelques jours plus tard, le 7e corps américain du général Collins reçoit la mission de reconnaître jusqu’à la façade maritime ouest afin d’isoler troupes allemandes au nord du Cotentin. En attendant l’arrivée des troupes au sol, les bombardiers ciblent les axes de ravitaillement le long de la côte ainsi que les dépôts de munitions et de carburant entre Portbail et Saint-Lô-d’Ourville.

Le 17 juin 1944, la 9th Infantry Division du Major General Manton S. Eddy est parvenue à installer une tête de pont à l’ouest de la rivière Douve, à hauteur de Sainte-Colombe, au même titre que la 82nd Airborne Division qui s’est emparée de Saint-Sauveur-le-Vicomte, plus au sud. Cette barrière naturelle étant désormais derrière eux, les Américains ont le champ libre pour rejoindre la façade maritime ouest du Cotentin. La division du général Eddy reçoit l’ordre de s’emparer simultanément de Portbail et Barneville-sur-Mer. Le 47th Infantry Regiment du colonel George W. Smythe traverse Saint-Sauveur-le-Vicomte et progresse avec deux bataillons de front en suivant le tracé de l’actuelle départementale 15 (D15) en main courante (le 2e bataillon au nord, le 3e bataillon au sud) : quinze kilomètres séparent les Américains de la côte.

Au soir du 17 juin, le 1er bataillon atteint le lieu-dit Huanville et la route côtière reliant Barneville-sur-Mer à La Haye-du-Puits, tandis que le 3e bataillon sécurise le flanc gauche du régiment, à hauteur du hameau Carmesnil. Une véritable course contre la montre commence : les Américains cherchent à empêcher définitivement les Allemands d’utiliser la route côtière qui peut encore facilement être contournée. Des dizaines de véhicules blindés et des canons d’artillerie appartenant à la 77. Infanterie Division sont détruits lors des tentatives de franchissement. Le lendemain, 18 juin, le 2e bataillon sécurise le carrefour situé à un kilomètre au nord-est de Saint-Lô-d’Ourville, entre la D15 et la D903 (route côtière). La perte de cet axe névralgique, dernier cordon ombilical entre le nord et le sud du Cotentin, est un coup dur qui isole lourdement les forces allemandes. Les Américains, qui ne sont pas en nombre suffisant pour surveiller l’ensemble du périmètre, se concentrent sur des points de franchissement de la rivière Olonde.

Le même jour, le 47th Infantry Regiment est relevé sur position par le 357th Infantry Regiment (90th Infantry Division). Les Allemands profitent de cette période de flottement entre la relève des deux régiments pour forcer le dispositif américain qui n’est pas complètement hermétique. Les Américains du 357th IR tiennent la ligne de front le long de l’Olonde pendant le siège de Cherbourg, repoussant de nombreuses contre-attaques allemandes dirigées vers le nord. Une longue guerre de position fixe les adversaires des deux camps. Le 22 juin, ils lancent à leur tour une attaque visant à occasionner davantage de pertes dans les rangs adverses, mais sans parvenir à tenir Saint-Lô-d’Ourville qui est abandonné aux Allemands. Le 30 juin, après de longues journées à subir d’importantes attaques et de violents bombardements, le régiment est relevé sur position par le 315th Infantry Regiment (79th Infantry Division), qui défend à son tour la ligne de front.

Il faut attendre le 6 juillet pour que les Américains du 315th Infantry Regiment libèrent définitivement Saint-Lô-d’Ourville, après le repli des Allemands vers le sud.

Carte de Saint-Lô-d’Ourville :

 

Retour à l’index des communes de Normandie

Débarquement de NormandieBataille de NormandieLa Normandie, aujourd’hui

MédiathèqueArmographieFilmographieBibliographieBoutiqueForumInfos du site

DDay-Overlord.com – Reproduction soumise à l’autorisation du l’auteur – Contact Webmaster