Carrouges en 1944 – Orne – Bataille de Normandie

Carrouges (Orne)

Les villes de Normandie pendant les combats de 1944

Libération : 13 août 1944

Unités engagées :

Image : drapeau américain 12e régiment de Cuirassiers, 2e division blindée

Image : drapeau américain 501e régiment de chars de combat, 2e division blindée

Drapeau américain Combat Command B, 3rd Armored Division

Drapeau nazi 2. Panzer-Division

Drapeau nazi 116. Panzer-Division

Historique :

Pendant la bataille de Normandie et lors de la mise en place d’une vaste nasse dans laquelle les Alliés espèrent faire prisonniers plusieurs centaines de milliers d’Allemands, les Américains envisagent de refermer cette poche au nord de Sées. Le 11 août 1944, les soldats de la 2e division blindée française aux ordres du général Leclerc reçoivent l’ordre de s’emparer de Carrouges tout en reconnaissant une partie de la forêt d’Ecouves. Au même moment, les Allemands veulent contre-attaquer depuis ce secteur en direction du Mans, mais étant donné que l’axe général de l’offensive du XV Corps américain s’oriente vers Argentan à l’est de la forêt d’Ecouves, la contre-attaque menée par le General der Panzertruppen Heinrich Eberbach, commandant la 5. Panzerarmee, est réorientée vers l’est afin de frapper le flanc gauche des divisions américaines. Le début de l’opération allemande est prévu pour le 12 août.

Le 13 août 1944 à 9 heures, les hommes du 4e escadron du 12e régiment de Cuirassiers (appartenant au GTD, Groupement Tactique Dio) se mettent en route en direction de Carrouges, formant l’avant-garde du groupement tactique, et ils détruisent plusieurs véhicules allemands appartenant à la 2. Panzer-Division pendant la progression. Le char Sherman baptisé “Lille” du sous-lieutenant Michel Pity, commandant le 1er peloton du 4e escadron, entre en tête dans Carrouges depuis le sud à compter de midi. Après d’intenses combats qui se prolongent jusqu’en milieu d’après-midi et qui voient l’intervention de chasseurs de chars du Régiment blindé de fusiliers-marins, l’escadron fait notamment prisonnier un lieutenant-colonel parachutiste allemand. Le 2e escadron s’installe à 1,5 kilomètre à l’est de Carrouges, couvrant ainsi le flanc droit du régiment qui y installe son bivouac pour la nuit. A 18 heures, une patrouille adverse est repoussée à cet emplacement, 10 soldats allemands sont faits prisonniers. Deux heures plus tard, l’état-major du régiment arrive à Carrouges puis gagne l’emplacement du bivouac.

Le lendemain, 14 août, des reconnaissances sont déployées depuis Carrouges vers le nord puis le groupement tactique Dio quitte la commune à l’aube du 15 août.

 

Cartes de Carrouges :

Image : Carte de Carrouges dans l'Orne