Northrop P-61 Black Widow - Histoire, fiche technique et photos

Northrop P-61 Black Widow – Histoire, fiche technique et photos

Northrop P-61 Black Widow

Histoire, fiche technique et photos

Image : North American P-51 D Mustang

Historique du P-61 Black Widow

Pendant la Bataille d’Angleterre en 1940, la Grande-Bretagne souffre des raids aériens allemands nocturnes qui ciblent tout particulièrement les grandes villes. A cette époque, les chasseurs britanniques rencontrent des difficultés à évoluer de nuit en raison de l’absence de points de repère : ils ne parviennent pas efficacement à lutter contre les bombardiers de la Luftwaffe, camouflés par l’obscurité. Le développement du radar embarqué, permettant aux pilotes de se repérer à l’aide des nouvelles technologies de l’époque, ouvre la voie à la riposte anglaise pour assurer sa sauvegarde.

Ainsi, les industriels américains appuyant la défense de la Grande-Bretagne participent à l’élaboration d’un nouvel appareil et s’inspirent des travaux destinés à la Royal Air Force pour développer un chasseur destiné à leur propre armée de l’Air. Jack Northrop, ingénieur en aéronautique américain, propose la création d’un avion intercepteur capable d’évoluer dans l’obscurité tout en détectant d’autres appareils. Sa proposition est retenue et Northrop développe ainsi un chasseur bimoteur et bipoutre dont la forme n’est pas sans rappeler celle du P-38 Lightning.

A compter de 1941, les travaux de conception des premiers prototypes débutent : ce chasseur, qui compte trois membres d’équipage (pilote, mitrailleur et opérateur radar), est doté d’une tourelle dorsale avec quatre mitrailleuses Browning de 12,7 mm dont la commande de tir est directement liée au radar embarqué, un émetteur-récepteur SCR-720 situé dans le nez de l’appareil. Le mode opératoire du radar consiste à diffuser les échos d’autres appareils sur un premier écran, permettant d’adapter la poursuite, puis d’appliquer des feux précis en suivant la cible sur un autre écran. L’opérateur radar effectuait la lecture des informations qu’il transmettait en temps réel au pilote et éventuellement au mitrailleur.

L’US Air Force développe, en plus de la partie technique aéronautique, le volet tactique de ce projet, en créant la première escadrille de combat de nuit : le 348th Night Fighter Squadron, installé à Orlando en Floride. C’est néanmoins le 422nd Night Fighter Squadron qui est engagé en premier en opérations en février 1944, rejoignant l’Angleterre dans le cadre des préparations de l’opération Overlord. Si sa vitesse est dans un premier temps critiquée par quelques cadres de l’armée de l’Air américaine, les premiers P-61 du 422nd Night Fighter Squadron sont déployés en Normandie. C’est pourtant dans le Pacifique, où les chasseurs sont également déployés, qu’ils connaissent leur baptême du feu : le 30 juin 1944, un Mitsubishi G4M japonais est abattu par un appareil du 6th Night Fighter Squadron.

En Europe, la première action de combat des P-61 a lieu le 16 juillet contre une fusée V-1, détruite par l’appareil du lieutenant Herman Ernst. Dans la nuit du 14 au 15 août 1944, un bombardier allemand Heinkel He 177A-5 appartenant 5.Staffel/Kampfgeschwader 40 ainsi qu’un chasseur Messerschmitt Bf 110 et un Focke-Wulf 190 sont abattus par des Black Widow au nord de Barfleur.

Le P-61 Black Widow n’a pas connu une carrière opérationnelle déterminante dans la mesure où sa période de développement a été particulièrement longue, compte-tenu du haut degré de complexité technologique qu’il représentait à l’époque. Manquant de vitesse et de rayon d’action pour rester concurrentiel jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, il a néanmoins participé à révolutionner le combat aérien à l’aide de ses nouveaux instruments de navigation et de détection. Plus de treize versions différentes ont été produites et rendues opérationnelles par rapport au modèle initial pendant la guerre.

Après la signature de l’armistice par les Allemands en Europe, et alors que les Américains étudiaient d’ores-et-déjà se doter d’un intercepteur de nuit plus moderne, un P-61 a été utilisé pour participer au développement de la technologie du siège éjectable. Ainsi, après plusieurs mois de tests, le Sergeant Lawrence Lambert a effectué avec succès son éjection d’un modèle P-61B à une altitude de 2 380 mètres et à une vitesse de 486 km/h, le 7 avril 1946. Les derniers exemplaires en état de vol ont été utilisés à des fins d’expérimentation. Le 9 août 1954 marque la fin de service des P-61 Black Widow auprès du gouvernement américain.

Fiche technique du P-61B-15 Black Widow

Pays utilisateur : Etats-Unis d’Amérique
Dénomination : P-61 Black Widow
Production totale : 742
Modèle présenté : P-61B-15 Black Widow

Equipage : 3 (pilote, mitrailleur et opérateur radar)

Longueur : 15,11 m
Envergure : 20,12 m
Hauteur : 4,47 m
Poids à vide : 10 637 kg
Poids en ordre de combat : 13 471 kg
Vitesse maximale : 589 km/h (à 20 000 pieds)
Rayon d’action : 982 kilomètres
Plafond : 10 600 m

Armement : quatre mitrailleuses Browning M2 de 12,7 mm, quatre canons de 20 mm Hispano M2, six roquettes non-guidées HVAR de 127 mm et possibilité d’embarquer deux bombes de 726 kg et une bombe de 454 kg

Moteur : deux Pratt & Whitney R-2800-65W Double Wasp en étoile avec injection d’eau de 2,250 chevaux (1,680 kW) chacun

Bibliographie :
P-61 Black Widow Units of World War 2 (en anglais)
Northrop P-61 Black Widow (en anglais)
Autres ouvrages sur le P-61 Black Widow : cliquez ici

Maquettes :
P-61 Black Widow 1:38 – Revell
P-61 A Black Widow 1:72 – Hobby Boss