Encyclopédie du débarquement et de la bataille de Normandie
English version Spanish version

Caen en 1944 – Calvados – Bataille de Normandie

Caen (Calvados)

Les villes de Normandie pendant les combats de 1944

Libération : 19 juillet 1944

Unités engagées :

Drapeau canadien de 1944 II corps, 1ère armée canadienne, 21ème groupe d’Armées

Drapeau anglais I corps, 2ème armée britannique, 21ème groupe d’Armées

Drapeau anglais VIII corps, 2ème armée britannique, 21ème groupe d’Armées

Drapeau anglais XXX corps, 2ème armée britannique, 21ème groupe d’Armées

Drapeau nazi Panzer-Lehr-Division

Drapeau nazi 12. S.S. Panzer-Division

Drapeau nazi 21. Panzer-Division

Drapeau nazi LXXIV. Armee-Korps, 7. Armee, Heeresgruppe B

Historique :

Le plan initial des Alliés prévoit la libération de la ville de Caen dans la soirée du mardi 6 juin 1944 par les troupes britanniques de la 3ème division d’infanterie.

Ainsi, de nombreux fantassins sont équipés de bicyclettes pliables lors du débarquement afin de se déplacer plus rapidement. Mais durant l’assaut des plages, les unités prennent du retard sur les horaires prévus. Après la phase de débarquement et de nombreux chars se retrouvent isolés, à quelques kilomètres de Caen seulement, sans le soutien de l’infanterie. Ne voulant pas risquer la perte inutile de blindés, l’état-major britannique fait reculer les éléments les plus avancés. La libération de Caen est alors ajournée et les généraux alliés estiment que cela n’est plus qu’une question d’heures.

A Jour J + 1 (7 juin), le général Montgomery, commandant les forces terrestres alliées en Normandie, lance l’opération Perch qui vise à relancer l’offensive de la veille afin de s’emparer enfin de Caen. Mais les Allemands se défendent avec acharnement et empêchent les Britanniques de progresser. Les premiers assauts sont stoppées par les soldats et les chars allemands de la 12. S.S. Panzer-Division défendant Caen et notamment l’attaque menée par la 185ème brigade de la 3ème division d’infanterie britannique dans Lebisey, bordant la capitale. En effet, la défense allemande est prête à défendre ses positions. Le commandant de la 21. Panzer-Division, Edgar Feuchtinger, dispose de 16 000 hommes, 146 chars, 4 bataillons d’infanterie motorisée, environ 50 canons et un bataillon de canons de Flak avec 24 pièces de calibre 88 enterrées au nord de Caen. Le général Montgomery ordonne à la 7ème division blindée (les célèbres “Rats du Désert”) et à la 51st Highland Infantry Division, appartenant chacune au 8ème corps britannique, de débuter l’assaut. Après un début d’encerclement au nord de Caen, l’avance des Alliés dans ce secteur doit s’arrêter : à Jour J + 5 (11 juin), les pertes en hommes et en matériel sont désastreuses : le 12ème bataillon de parachutistes britannique (6th Airborne Division), perd 141 des 160 paras engagés lors de la prise de Bréville.

La prise de Caen prenant un sérieux retard par rapport à la date initialement prévue, d’autant plus que Montgomery décide d’attendre le renfort de suffisamment d’unités avant de relancer l’offensive : ainsi, il prévoit d’utiliser au Jour J + 17 (23 juin) les forces commandées par le général Richard O’Connor, à savoir les 1er, 8ème et 30ème corps d’armée (60 000 hommes, 600 chars et 700 canons). Cette nouvelle opération est baptisée “Epsom“. Mais le 23 juin, une nouvelle tempête fait rage en Manche et les renforts en vivres, matériels et carburants sont bloqués à bord des navires ou en Angleterre, ne pouvant plus être acheminés par la mer pendant un certain temps à cause du temps exécrable. Et si les Alliés souffrent de ne plus pouvoir avancer, les Allemands, eux, profitent de cette acalmie pour renforcer leur ligne de front par une nouvelle division blindée, la Panzer Lehr. Au total, l’effectif allemand dans le secteur de Caen représente 228 chars, 150 canons de 88 mm ainsi que de multiples canons divers.

Le dimanche 25 juin 1944 marque le début de l’offensive terrestre de l’opération Epsom : 60 000 hommes et 600 chars appartenant à la 2ème armée britannique attaquent à l’ouest de Caen.  Deux jours, plus tard, les Ecossais ont percé le front allemand sur près de 10 kilomètres de profondeur, une performance impressionnante mais qui n’atteint pas les espérances de Montgomery qui, depuis son quartier général situé à Blay, est inquiété par les rapports catastrophiques des pertes britanniques depuis le début de l’opération Epsom.

Le 1er juillet, alors que l’opération Epsom est stoppée sur ordre du commandement, Caen n’est toujours pas tombée. Cette offensive a attirée autour de la ville de très nombreux blindés allemands (appartenant au 2ème S.S. Panzerkorps (9ème et 10ème S.S. Panzerdivisions) de Pologne et à la 1ère S.S. Panzerdivision venue de Belgique) qui n’ont pas pu percer par la suite entre Bayeux et Arromanches, comme le voulait Hitler. Ce dernier refuse d’abandonner la capitale du Calvados et remplace la plupart de ses généraux à la tête des unités défendant le secteur environnant Caen : von Kluge va remplacer von Rundstedt, limogé après avoir proposé de faire la paix avec les Alliés. Rommel reste toujours à la tête du groupe d’armée B mais Eberbach remplace Geyr von Schweppenburg blessé.

La ville de Caen se retrouve encerclée au nord (et notamment par les parachutistes britanniques de la 6ème division aéroportée en position depuis le Jour J) et à l’ouest par les positions tenues par les Anglo-Canadiens sur l’Odon. La situation devient extrêmement tragique pour les défenseurs allemands qui doivent supporter un bombardement le 7 juillet au soir, par les forces stratégiques composées d’appareils types Lancaster et Halifax du général Harris. 2 500 tonnes de bombes sont largués au nord de Caen, sur les faubourgs. La 3ème division canadienne et la 3ème division britannique occupent au Jour J + 33 (9 juillet 1944) la partie nord de Caen tandis que la 12ème S.S. Panzerdivision et la 272ème division se replient vers le sud de l’Orne.

L’état-major britannique estime qu’une nouvelle offensive de vaste envergure permettera à ses troupes de contrôler toute la ville et de faire fuir les Allemands hors de Caen et des routes du Sud. Il met sur pied l’opération nom de code Goodwood qui commence le 18 juillet : 750 chars doivent percer par l’est vers Bourguébus. En même temps, une attaque de diversion doit attirer les défenseurs ennemis à l’ouest de la ville, deux heures avant le début de Goodwood. Auparavant, 4 500 bombardiers alliés doivent détruire tous les objectifs sur les routes empruntées par les Britanniques : ils larguent 7 000 tonnes de bombes et sont épaulés par l’artillerie navale et l’artillerie terrestre qui tirent près de 250 000 obus. Mais les chars Tigre et Panther allemands bloquent la route, aidés par les redoutables canons de 88. Très rapidement, avec tous les bombardements précédant Goodwood, les officiers allemands ont ordonné que les chars soient enterrés, ne laissant dépasser que la tourelle : les 36 chars Tigre deviennent plus dangereux que jamais. Le 18 juillet au soir, 6 000 soldats sont victimes des combats et près 400 chars sont détruits pour une avance alliée qui ne dépasse pas 11 kilomètres, Bourguébus n’étant toujours pas sous contrôle britannique. La 11ème division britannique perd 126 chars en cette seule journée.

Très critiqué par l’état-major allié, Montgomery se défend en indiquant que l’offensive de Goodwood n’est pas une défaite : trois obstacles majeurs sont franchis : l’Orne, l’Odon et Caen. De plus, les troupes britanniques ont le mérite d’avoir attiré la plupart des divisions blindées allemandes autour de Caen, libérant un peu plus l’accès vers le sud du Cotentin pour les troupes américaines. La ville de Caen est complètement libérée le 20 juillet, à la fin des opérations Goodwood et Atlantic (cette dernière est confiée au 2ème corps canadien dans le cadre de l’opération Goodwood), et la plaine de Caen contrôlée jusqu’à 7 kilomètres autour de la ville. Mais la ville est presque entièrement détruite par les bombardements incessants des forces terrestres, maritimes et aériennes alliées.

  Photos de Caen en 1944

Cartes de Caen :

Image : Carte de Caen dans le Calvados
DDay-Overlord.com – Reproduction partielle ou totale interdite – Contact Webmaster

Actualités de la Normandie

George G. Klein – 2nd Ranger

George G. Klein – 2nd Ranger

Financez le retour de George G. Klein en Normandie aux prochaines commémorations ! Ce vétéran a escaladé la Pointe du Hoc le 6 juin 1944.

Mur du Souvenir

Mur du Souvenir

Le Mur du Souvenir est un espace de mémoire en hommage aux vétérans de la bataille de Normandie qui se sont éteints.

Médiathèque

Médiathèque

Médiathèque du débarquement et de la bataille de Normandie : photos et vidéos d'époque.

Suivez D-Day Overlord sur Facebook